Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #l'heure de la verite ! catégorie

La France est devenue une Ineptocratie...

La France est devenue une Ineptocratie

 

Après la révolution, la France était une République. Durant les dernières décennies, la France est devenue une Démocratie, ce qui est une bien mauvaise chose. Et les deux dernières années, la France est devenue une Ineptocratie. Le problème est que la plupart des Français aujourd’hui ne savent pas ce que ces termes politiques veulent dire et pensent souvent que République et Démocratie, c’est la même chose.

 

Il y a plusieurs définitions de ces deux termes qu’on peut facilement trouver dans les dictionnaires. Mais la pratique nous enseigne que la République est dirigée par la volonté du peuple où chacun est sujet aux mêmes lois, a les mêmes statuts et les mêmes droits et devoirs que tous les autres. La République défend les droits du peuple donnés par le Dieu Tout-puissant.

 

Une Démocratie, par contre, est dirigée par un groupe de bureaucrates qui s’approprient le rôle de Dieu en donnant des droits au peuple et qui croient qu’ils sont privilégiés et au-dessus des lois qui gouvernent le reste du peuple.

 

« Entre une République et une Démocratie, la différence est la même qu’entre l’ordre et le chaos », a dit John Marshall.

 

« La Démocratie est le droit du peuple de choisir leur propre tyran », a déclaré l’ex-président américain James Madison.

 

Il n’y a aucun doute sur le fait que pendant les derniers 50 à 100 ans la France a changé son régime politique de République en Démocratie. Malheureusement, il y a presque deux ans, les choses ont gravement empiré : la France est devenue une Ineptocratie. Et vous avez le droit de vous demander ce que c’est que l’Ineptocratie.

 

« L’Ineptocratie est un régime politique où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire, et où les membres de la société les moins capables de se prendre en main ou de réussir, sont récompensés par des biens et des services, payés par la confiscation de richesses produites par un nombre toujours décroissant de producteurs. »

 

Je ne trouve pas une meilleure description de notre pays sous la présidence de François Hollande et sa bande de copains ineptes, élus sans aucune qualification d’être des leaders de la nation ce qui a été démontré maintes et maintes fois depuis ces tragiques jours en 2012.

 

M. Hollande a été élu par des millions de Français pauvres, avec l’aide de millions d’immigrés invités spécialement pour que la gauche puisse s’accaparer du pouvoir. Toutes ces personnes vivent de l’assistance de l’état et sont toujours tenues dans la pauvreté sciemment pour que leur vote soit assuré pour ceux qui « s’occupent d’eux ».  Ils sont rémunérés pour ne produire rien d’autre d’utile, mais une nouvelle génération qui va aussi avoir besoin de l’aide de l’état et qui va voter pour eux.

 

Et tout cela va être payé par ceux d’entre nous qui travaillent dur et qui sont taxés de plus en plus afin que ceux qui ne produisent rien puissent voter pour ceux qui nous volent. Une fois, j’ai vu un T-shirt avec l’inscription : « Tu ne voleras point, l’état n’aime pas la concurrence ». Quelle profonde sagesse !

 

Quelle tristesse ! Avec l’aide de Hollande et de sa clique, et à cause de leur politique inepte, le nombre de producteurs actifs baisse constamment. Les chiffres du chômage sont en constante augmentation, mais ce n’est pas important pour eux : l’important, c’est que leur troupeau de moutons votants augmente pour s’assurer qu’ils seront toujours là en 2017.

 

L’économie et la sécurité financière des familles ne sont pas importantes pour eux. Ce qui est important c’est de donner des droits aux homosexuels, d’enseigner la théorie du genre et le sexe aux enfants dès leur plus jeune âge, de laisser le peuple sans références et sans repères pour mieux le manipuler. Ainsi ils peuvent rester au pouvoir, croient-ils !

 

Louis Boné (RIPOSTE LAIQUE)

Voir les commentaires

H.L.M. : Si t'es blanc, tu peux t'gratter !!!!

HLM : Manque de «mixité sociale» ou manque de «Blancs» ?

Le Monde interroge Christophe Guilluy, géographe et consultant auprès de collectivités locales, sur le mode d‘attribution des logements sociaux en France.

Quand on dit qu’il n’y a pas assez de «mixité sociale», on dit souvent qu’il faut faire venir des «classes moyennes». Mais c’est un terme qui veut dire «Blanc» et, dans la pratique, les bailleurs font du panachage ethnique sans le dire.

 

Comment se passe, sur le terrain, l’attribution des logements sociaux en France ?

 

Dans les quartiers de logements sociaux des grandes villes, cela se passe de façon a priori bienveillante et avec des objectifs souvent très pragmatiques. Les bailleurs essaient par exemple de rapprocher les familles divorcées ou polygames. Cela peut se faire au sein du même immeuble ou du même quartier. C’est logique dans un contexte où l’on est passé d’une immigration majoritairement de travail à une immigration majoritairement familiale.

 

Les bailleurs sont dans un combat perdu d’avance. Dans les grandes métropoles, la plupart des dossiers de demande de logements sociaux viennent de familles issues de l’immigration. Il y a très peu de demandes de «Blancs». […]

Le Monde

Voir les commentaires

Franc-maçon islamophile - Une invention française...

Posted On 19 fév 2014By :   (DREUZ.INFO)
 

Franc-maçon-2

 

Michel Garroté, réd en chef  –  Je n’ai ni allégeance, ni allergie, aux frères et sœurs de loge. Je ne pense pas qu’ils et elles participeraient, soi-disant, à un « complot maçonnique mondial ». C’est, selon moi, donner trop d’importance aux loges, que de leur attribuer un hypothétique pouvoir « mondialiste ». Les thèses conspirationnistes sont, à mon avis, le lot de celles et ceux qui n’assument pas l’échec ou l’insuccès de leur camp politique.

 

Loger au GOF

Cela dit, je constate que chez nos amis français, la Franc-Maçonnerie en général et le Grand Orient de France (GOF) en particulier, qui est une loge gauchisante ultra-laïcarde, n’est ni étrangère à la laïcité, ni étrangère à la République. On peut même affirmer que tous les partis politiques français (y compris le Front National par le biais du Mouvement Bleu Marine), ont des liens avec le gauchisant et ultra-laïcard Grand Orient de France.

 

Pour mémoire, rappelons qu’en vue des présidentielles de 2012, la loge maçonnique la plus à gauche de France, donc le Grand Orient, avait fait venir les candidats à l’élection présidentielle dans son temple, rue Cadet à Paris, dans le IXe arrondissement. Le grand maître Guy Arcizet avait rendu compte de cette initiative, à l’occasion de la parution d’un livre de 360 pages retraçant l’intégralité des débats. François Bayrou, Nicolas Dupont-Aignan, François Hollande, Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon, Hervé Morin et Dominique de Villepin étaient venus à ces Grands Echanges. Marine Le Pen n’avait pas été invitée ; cela dit, son allié, Me Gilbert Collard, est membre du GOF.

 

Quant à Sarkozy, il avait organisé, aux Bains Douches, un happening nocturne pour les grands PDG, les Francs-maçons et les homosexuels, chose impensable, sauf en France…

 

Parmi ces présidentiables cuvée 2012, seul Jean-Luc Mélenchon est officiellement franc-maçon, et, plus précisément, membre du GOF. François Bayrou a revendiqué un compagnonnage sans être initié. Les candidats ont été interrogés entre autre sur la laïcité, la loi de 1905, les cellules souches, l’euthanasie, etc. De fait, les objectifs du GOF pour le président qui serait élu en 2012 étaient principalement : renforcer le laïcisme et renforcer l’éducation laïciste ; se soumettre aux lobbys LGBT ; garantir davantage le droit à l’avortement. En 2014, via le mariage gay avec adoption d’enfants, le GOF a largement atteint ses objectifs.

 

Les francs-maçons de gauche avaient décidé de peser dans la campagne. Le grand-maître Guy Arcizet expliquait : « On a un réseau, on va s’en servir. Y compris en allant voir ceux qui nous représentent, en les empêchant de dormir, même à 2 heures du matin ». Ce qui était intéressant dans cette histoire qui remonte à 2012, c’est d’une part, que la loge la plus gauchisante de France, le GOF, s’étend du Front National avec Gilbert Collard au Front de Gauche avec Jean-Luc Mélenchon. Et d’autre part, que le GOF ait ouvertement proclamé : « On a un réseau, on va s’en servir. Y compris en allant voir ceux qui nous représentent, en les empêchant de dormir, même à 2 heures du matin ».

 

J’essaye d’imaginer, ne serait-ce qu’une seconde, à la réaction des partis et des médias français, si un évêque et un rabbin de l’Hexagone avaient osé déclarer publiquement : « On a un réseau, on va s’en servir. Y compris en allant voir ceux qui nous représentent, en les empêchant de dormir, même à 2 heures du matin ».

 

La triste réalité, c’est que dans le jargon politico-médiatique français, un terroriste musulman est un « activiste ». Un Juif pieux est un « ultra-religieux ». Un catholique pratiquant est un « intégriste ». Et un chrétien évangélique est un « fondamentaliste ».

 

La République islamophile

En 2012, plus de 80% des électeurs de confession musulmane avaient voté pour l’actuel président, François Hollande. Mais, à l’UMP, on se dit persuadé qu’une partie de cet électorat, excédée notamment par les débats sociétaux (mariage pour tous, PMA, genre, etc.), se détournerait de la gauche. Début février 2014, le ministère de l’Éducation nationale avait recensé une centaine d’écoles publiques perturbées par des absences d’élèves, essentiellement musulmans, après des appels à boycotter une école qui ferait la promotion de « l’ABCD de l’égalité ».

 

« Chez les musulmans, la frange la plus religieuse et pratiquante est à l’unisson du monde catholique sur ces sujets-là, analyse le député PS Malek Boutih. La gauche est clairement en perte de vitesse chez cet électorat, qui a été perturbé ».

 

Or, voici qu’une fois encore, Hollande répète que l’islam est compatible avec la République. Cela dit, on ne verra pas François Hollande se rendre dans une église ou une synagogue pour rendre hommage aux soldats juifs et chrétiens tués lors de la Grande Guerre de 1914-18. Le chef de l’Etat rend-il hommage aux soldats français sans distinction de religion ?

 

François Hollande s’est rendu à la grande mosquée de Paris pour un hommage aux soldats musulmans morts pour la France lors des deux guerres mondiales. Hollande en a profité de pour alléguer que l’« islam de France » et son « message d’ouverture » seraient selon lui « parfaitement compatibles avec les valeurs de la République ». Peut-il dire cela du judaïsme et du christianisme ? Non, il ne le peut pas, car ce serait une atteinte à la laïcité.

 

La République ultra-laïque

Le 28 novembre 2013, Manuel Valls déjeunait avec sept hauts dignitaires maçonniques : Daniel Keller (GODF), Marc Henry (GLDF), Jean-Pierre Servel (GLNF), Michel Meley (FFDH), Catherine Jeannin-Naltet (GLFF), Alain Bauer (ex-GM du GODF) et Roger Dachez (IMF). A cette occasion, il avait été demandé à chacune des cinq obédiences représentées de fournir une liste d’invités pour la cérémonie de vœux de Manuel Valls aux obédiences maçonniques, cérémonie qui a bien eu lieu le 30 janvier 2014.

 

Le 12 février dernier, NKM était l’invitée d’honneur lord d’un dîner avec plusieurs obédiences maçonniques. Interrogé par l’Express, un autre intervenant du dîner du 12 février a rappelé que : « Nathalie (NKM) s’était déjà très bien défendue au GODF, confie son ami Michel Maffesoli. Elle a également été brillante, le 22 janvier dernier, devant Les Enfants de Cambacérès (la fraternelle des francs-maçons homosexuels) ». Notons aussi, en passant, la présence ultra-médiatisée de Sarkozy au premier grand meeting de NKM.

 

La République sarkozyque

A propos de Sarkozy justement, la revue de presse LSB signale ce commentaire paru dans Les 4 Vérités (extraits): « Les rumeurs de retour en politique de Nicolas Sarkozy se font insistantes. Il est assez vraisemblable que l’intéressé a fort envie de se présenter aux présidentielles de 2017 et il est incontestable que ses successeurs à la tête de l’UMP peinent à le remplacer. Cependant, ce retour me semble à la fois difficile et dangereux. D’abord, parce qu’il montrerait que la droite française croit encore à l’homme providentiel. Ce qui la dispense de remettre à jour un logiciel idéologique passablement ancien.

 

Ensuite, parce que Nicolas Sarkozy est la meilleure chance de gagner de François Hollande en 2017. Ce dernier a toutes les chances d’être battu, sauf si on lui offre une personnalité aussi détestée que lui. Sans doute une bonne partie de cette détestation de Sarkozy est-elle injustifiée, mais nous sommes tout de même bien obligés d’en tenir compte. D’autant que la France n’a pas les moyens de s’offrir un nouveau quinquennat socialo-écolo-communiste. Enfin, parce que la rumeur qui va bon train, en ce moment, dans le monde politico-médiatique, est que Nicolas Sarkozy, s’il était candidat en 2017, voudrait faire campagne au centre (dans l’espoir d’être opposé à Marine Le Pen au 2e tour).

 

Sa présence au premier meeting de NKM en serait un signe. Tout comme la cabale contre d’hypothétiques enregistrements de lui qu’aurait faits son conseiller Patrick Buisson (l’artisan des deux campagnes à droite de 2007 et 2012) à son insu. Si Nicolas Sarkozy veut avoir des chances de gagner en 2017, il doit, au contraire, d’abord montrer « qu’il a changé » (comme il l’a annoncé tant de fois) en résistant à la tentation d’apparaître en permanence dans les médias et en prenant de la hauteur – ce que, pour le moment, DSK, autre possible « revenant » pour 2017, fait mieux que lui. Et il doit surtout aller jusqu’au bout de la logique de ses campagnes de 2007 et 2012. Et, pour cela, je ne vois pas d’autres solutions pour lui que d’annoncer qu’il gouvernerait avec le FN ».

 

En finir avec les mythes

Pour ce qui me concerne, je ne vois pas pourquoi l’UMP ou Sarkozy n’auraient pas d’autres solutions que d’annoncer qu’ils gouverneraient avec le FN. D’abord, le FN ne veut pas gouverner avec l’UMP ou avec Sarkozy. Ensuite, l’UMP et Sarkozy sont certes étatistes, mais dans une économie un brin libérale. Alors que le FN, lui, prône une économie non seulement étatiste, mais aussi, protectionniste, et, surtout, foncièrement anti-libérale. Un gouvernement UMP-FN, c’est un mythe français parmi d’autres mythes français. Voilà pour ce qui concerne l’économie.

 

Et pour ce qui concerne la société libre et laïque de culture judéo-chrétienne, aucun parti politique français, pas même l’UMP ou le FN, ne la défendent. Les Etats-Unis ont le parti Républicain. L’Allemagne a la CDU et la CSU. L’Espagne a le Parti Populaire. Le parti Républicain américain, la CDU et la CSU allemandes et le Parti Populaire espagnol ne sont pas des partis politiques ultra-laïcards, à la fois grand-orientalistes et islamophiles.

 

Les partis politiques français, eux, le sont tous, quoi qu’ils puissent alléguer en la matière. Même le Parti Chrétien Démocrate français s’allie aux centristes fortement marqués par l’idéologie du Grand Orient de France. Avec son étatisme économique cryptocommuniste, corrompu et ruineux ; avec ses valeurs, d’une part, islamophiles, et d’autre part, judéophobes et christianophobes, la France a inventé un étrange homo sapiens, ultra-laïc amoureux de l’islam. Il fallait le faire.

 

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté réd en chef www.dreuz.info

Sources :

http://www.dreuz.info/2012/03/la-franc-maconnerie-de-gauche-sinvite-dans-les-presidentielles/

http://www.lepoint.fr/politique/francs-macons-la-main-invisible-27-01-2011-130544_20.php

http://www.labussolaquotidiana.it/ita/articoli-lombra-dei-massoni-sulleliseo-4377.htm

http://benoit-et-moi.fr/2012-I/0455009fcb0e2340d/0455009fec0a04b02.html

http://actualitechretienne.wordpress.com/2012/02/28/paul-ohlott-le-programme-politique-de-melenchon-le-franc-macon/

- See more at: http://www.dreuz.info/2014/02/franc-macon-islamophile-une-invention-francaise/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.mjbGDMEU.dpuf

Voir les commentaires

Un peuple vit selon son intelligence collective...

   

Un peuple vit selon son intelligence collective

Posted On 21 fév 2014
By :     (DREUZ.INFO)
 

BfZR8_nIcAEz0oT.jpg-large

 

 

Pourquoi deux peuples voisins, séparés par une frontière poreuse, ont-ils un niveau de vie si radicalement opposé ?

       

Pourquoi les Etats Unis créent la richesse, dominent la culture littéraire, cinématographique et musicale, guident le monde de la haute technologie et de l’internet, et son voisin immédiat, le Mexique, lutte encore pour sortir son peuple du tiers monde, et pourquoi ses élites ne songent même pas qu’il soit possible d’atteindre le niveau de liberté, de sécurité, d’avancée sociale et de démocratie de son voisin Yankee ?

       

Pourquoi les Suisses, séparés de la France par trois fois rien, jouissent d’une démocratie optimisée, d’une économie florissante, d’un chômage quasi inexistant, d’un niveau de vie quatre fois supérieurs, malgré une pression fiscale quatre fois inférieure, et se classe parmi les peuples les plus heureux au monde, tandis que les Français sont le plus malheureux des peuples européens sur l’indice Gallup ?      

       

Les Etats Unis ont démontré, avec le Président Obama, qu’une démocratie, la première démocratie au monde, peut avoir de nombreuses failles, et qu’un habile président peut s’y glisser et en diminuer les attraits.

       

Les Américains ont voté une première fois pour Obama. Ils l’ont élu une seconde fois.

       

Durant ses deux mandats, près de 600 procès ont été intentés pour demander que soit faite toute la lumière sur l’acte de naissance du président et son état civil exact. Aucun des 600 juges n’a accepté d’ouvrir le dossier pour demander à consulter les documents officiel.

       

Obama a annoncé qu’il va maintenant gouverner avec “son stylo et son téléphone” par executive orders (ordres exécutifs), et contourner le processus démocratique du passage par la validation du Sénat et du Congrès. Les Républicains sont furieux… et impuissants : ils savent qu’une destitution est impossible, aucun juge ne la prononcerait.

       

L’affaire Benghazi a montré à quel point la Maison blanche peut neutraliser les commissions d’enquête du Congrès destinées à faire la lumière sur cette tragique affaire. Elle a montré que la duplicité des médias peut accomplir un travail de désinformation à l’échelle du pays.

       

Les médias, courroie de transmission essentielle de la démocratie, ont fait plus de bruit autour d’une basse magouille politicienne pour bloquer deux files de circulation sur le pont George Washington par l’entourage du gouverneur républicain Christie, dont la candidature à la présidentielle de 2017 inquiétait les Démocrates, que pour faire toute la lumière sur les fautes qui ont couté la vie à l’ambassadeur et à trois américains à l’ambassade américaine de Benghazi.

        -midi.

L’élection du maire de New York est aussi un cas d’école. Le concurrent du maire élu De Blasio a été à ce point boycotté par les médias que les New yorkais ne connaissaient pas son nom – encore moins son parcours. Le New York Times, en quasi monopole à New York, a si bien travaillé que beaucoup ont même pensé que De Blasio était le seul en course pour la mairie !

       

J’avais compté dans le moteur de recherche du célèbre journal que De Blasio était cité 142.000 fois, tandis que son concurrent républicain 2400 fois. Si le citoyen n’est pas informé ou s’il reçoit des informations orientées, ses décisions sont viciées, la démocratie ne fonctionne pas. D’ailleurs De Blasio a été élu avec un score de république bananière.

       

Les Américains seront un test intéressant. La question se pose ainsi : ont-ils remarqué, ont-ils été gênés, par les attaques du gouvernement Obama contre la démocratie, veulent-ils y porter remède, vont-ils le faire, et comment.

       

Un leader politique qui possède une vision et des valeurs supérieures ne peut naitre que dans un pays capable de nourrir des tels leaders politiques, où les médias sont disposés à le laisser s’exprimer, et dont les citoyens sont assez éclairés pour le mettre au pouvoir.

       

La France n’a été capable que d’élire des beaux-parleurs sans idée propre, des individus sans vision : François Hollande, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, etc. et leurs gouvernements n’ont jamais valu tripette.

       

En France toujours, le gouvernement veut changer la structure qui appartient au domaine privée : la famille, l’éducation, les valeurs, la sexualité. Ils ont remplacé la population. Rien de tout cela ne s’est fait à la demande, avec le consentement du peuple français.

Un peuple vit selon son intelligence collective.

       

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

- See more at: http://www.dreuz.info/2014/02/un-peuple-vit-selon-son-intelligence-collective/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.nLnZWhcK.dpuf

Voir les commentaires

Il est urgent de revenir à l'école de jadis !!!

Il est vraiment urgent de revenir à l’école d’avant !

Le quotidien Le « Monde » du 5 février dernier nous apprenait que 22% de jeunes Français de 15 ans « sont trop faibles en mathématiques » pour répondre à la question : « si Hélène a parcouru 4 km en dix minutes puis 2 km les cinq minutes suivantes, elle a roulé à une vitesse constante ».

La difficulté était double : d’abord comprendre le texte, savoir lire la question, pour comprendre la question, située dans l’énoncé du problème, et deuxièmement : savoir qu’une heure c’est 60 minutes, que c’est six fois dix minutes, donc six fois 4 kilomètres, soit 4km x 6 fois = 24 km, et que cinq minutes est un douzième d’une heure, et que si l’on parcourt 2kilomètres en 5 minutes, en une heure (60 mn) on en parcourra douze fois plus, soit 2km x 12 fois = 24 km.

Le quotidien comparait les jeunes français à leurs homologues finlandais et chinois de Shanghai qui, respectivement  répondraient à 88 et 96% à cette question élémentaire.

Cet exemple de l’inefficacité croissante de l’institution scolaire est consternant, à plusieurs titres. Ce que l’étude et le quotidien appellent « mathématiques », -quand j’étais écolier-, s’appelait « calcul », « arithmétique ». C’était encore l’époque où l’école primaire communale, tenue fermement en main par des « Maîtres » et des « Maîtresses », par des instituteurs et des institutrices, apprenait aux enfants à lire, écrire et compter.

En supplément, instituteurs et institutrices donnaient aux élèves les points de repères formant l’armature morale de la Nation. D’où venait-elle ? Comment s’était-elle formée ? L’enseignement,  partait de ce paradigme : que nous étions tous les descendants des Gaulois, les fils de Vercingétorix qui avait combattu les légions de Jules César pour défendre  les libertés et l’indépendance celtiques ou gauloises, même si nous étions enfants de Polonais, d’Espagnols, d’Italiens, de Juifs ou de Kabyles.

Nous devenions tous de petits Vercingétorix ! Il ne se trouvait personne pour trouver que c’était mal.

Vercingétorix était notre héros à tous, comme l’était le chevalier Bayard-sans peur-et sans reproche. Quand nous jouions à l’épée, dans la cour de récréation, on organisait des charges et des tournois, le moins lourd sur le dos du plus costaud, on se battait en duel. On était Bayard ou un autre vaillant chevalier, des héros dont l’Histoire de France était riche ; le doigt en avant et tournoyant était  notre épée, notre Durandal. Quelques fois, un doigt-épée n’évitait pas un œil. Mais aucun d’entre nous n’est jamais devenu aveugle, à cause d’un duel ou d’une charge de Bayard de cour de récréation, se ruant sur le Prince noir.

Ce problème de « mathématique », pour élèves de quinze ans, était alors un de ces problèmes presque quotidiennement posé et résolus depuis longtemps, déclinant les « problèmes de trains qui se croisent », de baignoires qui se vident tout en s’emplissant, dont on commençait à chercher et à trouver les solutions, en classe de CM1 (entre 9 et 10 ans), et que l’on continuait à apprendre à approfondir en classe de CM2, – et pour ceux qui restaient à l’école communale- et jusqu’au certificat d’études primaires (14 ans).

Après avoir passé une année en classe de fin d’études, – ayant raté une première fois mon examen d’entrée en classe de sixième à la fin du CM2-, je suis arrivé avec un an de retard au cours complémentaire d’un quartier ouvrier (le haut de Ménilmontant). Le Professeur, enseignant les mathématiques, fit précéder son premier cours d’un discours. Je me rappellerai toujours de ses paroles empreintes de solennité: « Messieurs, -(Messieurs, nous avions entre 11 et 12 ans)- je suis votre professeur de mathématiques. Désormais, vous n’allez plus apprendre l’arithmétique, vous allez étudier… les mathématiques. Vous verrez, c’est plus de travail. Au début, vous devrez admettre ce que je vais vous dire même si vous ne le comprenez pas. C’est ainsi ! Plus tard, quand vous posséderez cette matière, vous comprendrez pourquoi les mathématiques disent une chose plutôt qu’une autre, pourquoi vous allez apprendre ce que je vais vous dire, sans discuter (…) ».

C’était du sérieux et de l’ardu, que Monsieur Bonnet nous promettait, pas du « neuf fois neuf font combien », ou un pourcentage, comme : combien y-a-t-il de fois 5 dans le nombre 60 ? C’était une autre matière. En effet, on l’apprendra par la suite, avec les équations et la géométrie, on allait se mettre à jongler avec la logique appliquée aux choses, aux phénomènes et à l’espace.

Pour revenir au test pour enfants de quinze ans, dont parlait le quotidien : la première année de classe de fin d’étude me verra, appliquant les lois basiques du calcul.

Je m’appliquerai toute une année scolaire à les mettre en œuvre, pour fabriquer un porte-chapeau en fer et un objet de bois soigneusement scié, limé et poncé au papier de verre. Je me retrouverai avec ceux des élèves de CM1 qui n’étaient pas partis au cours complémentaire pour étudier d’autres matières ou approfondir celles déjà vues à la « communale ».

L’encadrement du cours complémentaire était assuré par des instituteurs blanchis sous le harnais, ayant passé l’examen ou le concours leur permettant de devenir Professeur PEGC,  pour enseigner jusqu’en classe de troisième préparatoire au Brevet d’enseignement du premier cycle (BEPC).

Tous les vendredis matins, alternativement, en travaillant ces deux matières, une semaine le bois et une semaine le fer, nous étions devenus de petits apprentis menuisiers et de futurs chaudronniers-traceurs. Pour ceux qui iraient vers le « schmattès », le travail sur le tissu, pour fabriquer des vêtements, ces opérations de base étaient également nécessaires.

Nous écrivions des mesures et nous tracions des angles sur le bois et le métal, afin de déterminer où allait passer, scie à bois, scie à métaux, rabot, varlope, lime à bois, queue de rat, lime à métaux. Nous utilisions des équerres et des compas. Selon que nous marquions des dimensions sur la pièce de bois ou  sur celle en fer, les outils n’étaient pas les mêmes.

Nous étions tous dans notre douzième année. L’école primaire communale de notre quartier, peuplée très majoritairement d’enfants d’ouvriers, nous avait appris à maitriser les opérations de base (addition, soustraction, multiplication, division, connaissance des distances par le système métrique, maîtrise des termes et des concepts liés aux volumes). En nous préparant à notre avenir de prolétaire, visant à ce que nous devinssions des ouvriers qualifiés, l’école primaire communale nous demandait de mettre en application ces opérations sur la future matière que beaucoup d’entre nous seraient amenés à travailler leur vie durant; la métallurgie étant alors un des importants débouchés professionnels des enfants d’ouvriers parisiens.

L’école qui instruisait, l’école qui « n’éduquait » pas, l’école qui ne prétendait pas initier à la vie et aux relations sexuelles (les « relations sexuelles », c’est comme cela que l’on appelle désormais la relation physique et la pulsion amoureuse), ne fabriquait pas chaque année 18 à 20% d’illettrés et 40000 nouvelles victimes « d’innumérisme » (un nouveau barbarisme langagier pour désigner le phénomène de personnes qui, malgré la scolarisation jusqu’à dix-huit ans, ne savent pas compter, ni de tête, ni sur leurs doigts, en plus, pour beaucoup, de ne pas savoir lire un texte ni même le déchiffrer ).

L’article du journal  essaie de l’expliquer par « un marquage social (qui)est aussi fort en maths qu’en maîtrise de la langue ».

L’école de la république, l’école des instituteurs sortis d’écoles normales – où ils entraient généralement à quinze ans après le BEPC- formait et reproduisait ce peuple français dont Victor Hugo dira « qu’il était le plus instruit du monde ». Pour Victor Hugo, – comme pour tous les républicains en actes, se situant dans la tradition jacobine du Danton déclarant : « l’instruction est le Premier besoin du Peuple après le pain »- l’instruction (savoir, au minimum, lire, écrire, compter, connaître le passé de la nation) était l’outil sans lequel la citoyenneté et la souveraineté populaire n’étaient que mots creux, slogans démagogiques, discours de bateleur.

L’école communale que j’ai connue, c’était celle où chacun de nous devait lire à voix haute, en CM1. On devait « mettre le ton », pour que le maître sache si l’on comprenait effectivement ce que l’on lisait ou si l’on ânonnait.

L’école primaire communale, c’était les classes de CM1 et CM2 où était moqué celui qui bafouillait, parce qu’il n’arrivait pas à lire correctement ou ne comprenait pas l’histoire de ce petit italien, parti seul rejoindre son père travaillant en Argentine. Le moqué n’était pas une vedette. Celui qui lisait mécaniquement était un âne, et il en avait honte. La classe se moquait avec bonhomie, et, si elle abusait, le Maître rappelait à l’ordre.

Dans les classes de cette école, on était fier de savoir lire et encore plus comprendre les mots. On était fier de dire le texte, « avec le ton ». On recevait ainsi les outils pour se comprendre et pouvoir lire et connaître les textes établissant nos droits et nos devoirs.

En classe, nous n’étions pas entrés dans l’anti-civilisation du bolos ; nous étions dans le règne de la récompense et dans celui de la fierté de l’effort. Pourtant, tous, nous étions enfants d’ouvriers. La semaine de travail de la grosse majorité de nos parents était longue. La loi des quarante heures hebdomadaires avait été suspendue en 1945, pour reconstruire le pays. Il faudra la grève générale de mai-juin 1968 pour revenir aux 40 heures hebdomadaires pourtant devenus légaux en juin 1936. C’est dire, que nos parents ouvriers n’avaient guère de temps à consacrer à leurs progénitures qui travaillaient, -avec parfois un coup de règle reçu sur le bout des doigts-, dans des classes peuplées de trente élèves et plus.

C’était ainsi, dans les classes de quartiers ouvriers. A l’époque ou  le BEPC était un véritable examen et quand notre cours complémentaire de la rue Henry Chevreau, -instruisant des enfants du peuple-, avait plus de reçus à cet examen national que tous les grands lycées parisiens.

Est-ce que ce n’est pas la reconstruction, de fond en comble, de l’école, de cette école, qui est à l’ordre du jour, par le retour indispensable sur ce qui produisait le « peuple le plus instruit du monde, le peuple français» ?

Est-ce que la reconstruction de l’école n’est pas un enjeu vital pour la société française, un enjeu stratégique de déliquescence ou de restauration de la Démocratie ?

Alain Rubin

Voir les commentaires

Libération : la chute de la maison bobo

Libération : la chute de la maison bobo

15 février 2014 par Vivien Hoch (LES 4 VERITES)

 

Je connais un endroit à Paris où l’on ne ricane plus tout à fait de la même façon. Oh, on ricane encore, parce que c’est mécanique, automatique, mais on a compris que le temps du ricanement heureux est terminé. Au siège de Libération, il y a comme un goût de cendres dans les ricanements de cet hiver 2014. On perçoit que le type de méchanceté qui était la raison d’être de ce repère de bobos a fait long feu et ne se porte déjà plus.

 liberation-tt-width-604-height-403

Durant trente ans, la fonction de Libération a été de moquer, de stigmatiser les braves gens, ceux qui ne voulaient pas devenir des mécaniques mentales téléguidées par l’industrie culturelle, ceux qui refusaient de voir leur personnalité entièrement déterminée par le marché du cinéma,  de la musique,  de la high-tech. Ceux qui refusaient de devenir des zombies « fabriqués » par le marché mondialisé en un mot.

 

Pour cela, les gens de Libération ont ressassé à satiété les mêmes invectives, les mêmes amalgames, les mêmes ignominies , les mêmes trucs d’école de photo, les mêmes banalités d’école de cinéma, les mêmes ricanements hautains et méprisants, tout cela toujours dirigé contre les mêmes cibles, les français attardés, les ploucs ringards, les provinciaux sous- développés, les beaufs grossiers.  Les mêmes trucs photo lamentables utilisés pendant trente ans pour ridiculiser les braves gens. Il faut le faire !

 

« Nous sommes un journal » titrent ces pitoyables bobos de l’ex-Libération en réponse aux financiers qui viennent de siffler la fin de la récréation et de leur signifier en clair qu’ils sont devenus des idéologues superflus et, si j’ose le dire, et j’avoue que j’ai plaisir à le dire : ringards.

 

Mais non : vous n’avez jamais été un journal, bobos ahuris ! Vous n’avez été qu’une association de malfaiteurs chargée par le marché capitaliste de démoraliser et de désespérer un peuple sain et drôle, la classe populaire française. Classe promise à la liquidation et à l’éradication par différents moyens, parce qu’elle représente tout ce que le marché mondial ne peut supporter : l’ironie et l’esprit frondeur. Il se trouve qu’aujourd’hui, le marché n’a plus besoin de vous pour ce sale boulot, que votre type de méchanceté est éventé et vieillot et que vous rejoignez votre destination naturelle : la poubelle aux collabos usagés.

 

Vous ne saviez donc pas ceci que le marché capitaliste ne fait de promesses à personne, et qu’il les tient toujours. 

Voir les commentaires

Manuels Valls : un de ses meilleurs amis est un néo-nazi...

SAMEDI 1 FÉVRIER 2014

L'un des meilleurs amis de Manuel Valls est un

néo-nazi, Terry Cooper

  WIKISTRIKE   

Après François Mitterrand décoré de la francisque et ami de René Bousquet jusqu’à sa mort, Enquête et Débat révélait fin novembre que Manuel Valls, alors maire d’Evry, entretenait des liens très étroits avec l’ancien néo-nazi Terry Cooper.

valls-cooper

_
Je suis le seul qui arrive à le faire rire. Je le connais, il me connait. Il m’appelle « le Britannique ».
Terry Cooper

 
C’est une photo datant de 1992 qui révèle le scandale. Publiée dans Death by Dior, un livre paru en mai 2013 en Angleterre, elle montre l’actuel ministre de l’intérieur Manuel Valls qui prend la pose, sourire aux lèvres, aux côtés de Terry Cooper, ancien néo-nazi et secrétaire de Colin Jordan, « figure représentative du mouvement national-socialiste de la Grande-Bretagne d’après-guerre ».

En effet en 1962, Colin Jordan créait le National Socialist Movement en Angleterre. Un an plus tard il épousait Françoise Dior, nièce du célèbre couturier, qui deviendra par la suite la maîtresse de Terry cooper.

Dans la vidéo ci-dessous, Cooper affirme que Valls connaissait parfaitement son passé.

02 oct. 1963.Jacques Olivier CHATTARD, correspondant à Londres de l’ORTF, est allé rencontrer chez eux en Angleterre, Françoise DIOR et le national socialiste britannique Colin JORDAN. Françoise DIOR évoque leur prochain mariage et précise qu’elle partage l’idéologie nationale socialiste de son futur époux.

Intégralité de l’entretien.

Suite et source : Enquête et Débat

 

 

Voir les commentaires

Qu'est-ce que la franc maçonnerie ??? Eléments de réponse.

Qu’est-ce que la franc maçonnerie ? Éléments de réponse

Publié par : Régis Ollivier | Categorie : Société | Le : 27-01-2014

le 26 jan 2014 par Maxime de La Devèze

le 26 jan 2014 par Maxime de La Devèze

 

 

Une secte

Qu’est-ce que la franc maçonnerie ? Eléments de réponse.

 

La Mission interministérielle de lutte contre les sectes (MILS) définit en 1999 une secte comme une « association de structure totalitaire, déclarant ou non des objectifs religieux, dont le comportement porte atteinte aux droits de l’Homme et à l’équilibre social. »

 

Une structure totalitaire… : Dans cette organisation tous les pouvoirs sont hiérarchisés et concentrés de la base au sommet, l’information est filtrée de degrés en degrés jusqu’aux plus hauts grades. Le principe de ce totalitarisme étant que chaque degré supérieur connait tout du degré inférieur, la réciproque n’étant pas vraie. Chaque degré est tenu au secret par un serment de plus en plus contraignant.

 

… déclarant ou non des objectifs religieux… : les objectifs philosophiques et spirituels de la secte, le serment sur la Bible, les références aux ordres de chevalerie historiques se veulent empreints d’une religiosité respectable. Ils cultivent un mélange d’attirance et de rejet à l’égard des vrais ordres comme Malte ou l’Opus Dei.

 

… dont le comportement porte atteinte aux droits de l’Homme et à l’équilibre social : Cette secte se présente classiquement comme un contre-pouvoir qui « œuvre » pour mettre de l’huile dans les rouages et fluidifie le fonctionnement de la démocratie par la vertu supérieure de ses membres. Ils se déclarent « éclairés » par opposition aux autres concitoyens qui eux seraient dans l’obscurité de leur superstition religieuse, de leur environnement social ou familial. Mais peut-on parler d’équilibre social lorsque sont directement influencées des lois, des décisions de justices, des attributions de marchés publics, ou l’octroi de financements au seul bénéfice des membres de la secte ?

 

Une mafia

L’organisation en loges contrôlées par des « maîtres », la prestation d’un serment à la mort, l’obsession du secret, le langage codé, n’ont pas grand-chose à voir avec le code d’honneur d’un chevalier. C’est plutôt le code d’un milieu qui ressemble à s’y méprendre à celui des familles calabraises. Ainsi, un frère jure-t-il de porter secours à un autre menacé de mort au péril de sa propre vie, quelle que soit la menace et la raison de cette menace.

 

Le premier atout de la mafia maçonnique est de savoir qu’elle survivra si elle ne se livre à aucune activité trop risquée ou trop violemment illicite. Ainsi va-t-elle se mettre au plus près des institutions régaliennes (police, justice) ou présentant une situation de rente (énergie, transports, services financiers), ce qui est un bien plus juteux positionnement que celui, risqué, de braquer des banques ou vendre de la cocaïne. Ainsi, on retrouve les franc-maçons dans des infractions financières, des affaires familiales de criminalité pédophile, des divorces sordides car les enfants sont des victimes influençables, la matérialité des faits difficiles à établir et leur parole peu audible sans l’appui d’experts, de policiers et de magistrats, de tout un réseau facilement contrôlable par cette mafia. Ce type de criminalité sied à leur goût du secret, de la manipulation et leur culte obsessionnel de l’acte sexuel.

 

Le second atout est son unité. Sous une apparente multitude de loges, les obédiences se tiennent la main. En province elles partagent les mêmes locaux : GO le lundi, GLNF le mardi, etc. Ils se font une concurrence modérée entre eux et seront toujours unis face aux « profanes ». Pour se protéger, la mafia maçonnique n’hésite pas à sacrifier l’un des siens (Cahuzac) qui se donnera volontiers car il sait qu’il sera protégé en sous-main. Exactement comme un mafieux ne donne pas les membres de sa famille.

 

Un service de renseignements parallèle

Les ministres régaliens et le chef de l’État lui-même ont reçu tout au long du seul mois de décembre les « grands maîtres » des différentes « obédiences » sectaires et mafieuses, qui viennent faire leur rapport sur l’état « moral » du pays. Par leur maillage territorial et leurs accès à toutes les corporations les membres peuvent collecter de l’information en grande quantité et la tamiser de degré en degré de la base au sommet. Ainsi la secte avait été mise à contribution lors de la séparation de l’Église et de l’État en 1905 par le général André. Tous les officiers fréquentant les églises étaient répertoriés par les espions de cette mafia.

 

En résumé, ils ne sont ni francs, ni maçons…

Quels sont leurs objectifs ?

Le dernier témoignage public reconnu sur la secte maçonnique est celui d’Albert Vigneau en 1934, après avoir occupé diverses responsabilités maçonniques, et crée sa propre loge, il est exclu pour avoir pris la défense de catholiques et de patriotes.

 

Son témoignage est passionnant. Il rapporte que, pour le maçon de base de l’époque, les sujets de discussion ont trait au socialisme, au communisme, à l’anarchie, à l’opposition à la religion, à l’abolition de la peine de mort, à l’objection de conscience, au désarmement, à la recherche de la paix mondiale, à l’antimilitarisme (pour eux, supprimer l’armée, c’est également supprimer les guerres).

 

Il cite le Grand Maître de son obédience, Jacques Maréchal, qui lui a affirmé que le but secret de la franc-maçonnerie est la déchristianisation. Et il précise les « missions » dévolues aux plus hauts grades :

  1.  

Venger les templiers et combattre l’Église Catholique,

  1. Abattre les frontières pour établir la République universelle,
  2. Supprimer la famille traditionnelle par l’émancipation des enfants et de l’épouse, soit le plus haut de la FM, la mission suprême à accomplir par ceux qui atteignent le 33° degré, le plus haut, et contrôlent tous les autres.

 

Ainsi un sujet qui est central pour les français, secondaire dans les préoccupations de nos décideurs politiques, est-il depuis toujours le but ultime, la clé de voûte du système maçonnique.

 

Le malheureux Vigneau est mort en prison après la guerre. Ayant fait l’erreur de collaborer avec Vichy pour répertorier les sociétés secrètes, il ne sera jamais amnistié. Son obédience restera confidentielle, la secte maçonnique se développera sur la GLNF et le GO.

 

Alors que faire ?

Oui, la secte maçonnique fait penser à cette bête de l’apocalypse dont les membres coupés repoussent sans cesse.

 

La répression collaborationniste a été aussi criminelle qu’inutile. Toute idée de répression par la violence est à écarter et ne fait que renforcer la bête.

 

De même, l’entrisme en maçonnerie, l’idée de la « pénétrer » pour en révéler les secrets est tout aussi mauvaise. Il y aura toujours un « frère » pour expliquer que sa loge est différente, que le félon ne parle qu’en son nom propre. Et la loge qui aurait été mise à jour s’éteindra au bénéfice d’une autre, comme la bête. La complexité des secrets, rites, et mensonges maçonniques sont le premier piège. Ils sont une séduction sophistiquée, un kaléidoscope fascinant qui ne représente aucun intérêt intellectuel tant ils sont faux, biaisés et mensongers. Ces « rites » ne peuvent se considérer qu’avec mépris. On pourrait en rire si l’objet social de cette secte mafieuse n’était pas si dangereux pour les hommes.

 

Puisque il nous a été donné de connaître le « secret » du « 33e degré », nous savons aujourd’hui comment frapper à la tête : luttons pour nos familles et nos enfants, pour maintenir leur existence et leur unité. Nous connaissons le stade ultime du combat contre la secte mafieuse et les menaces qu’elle fait peser : avortement, divorce, mariage homo et tous les sujets qui concernent la famille doivent tenir désormais la première place. Car c’est dans la famille que sont transmis la foi et le patriotisme des origines. Le combat est gagné d’avance, mais il sera long et il faudra le mener. Ne nous laissons pas disperser par la colère…

La vraie famille vaincra, car elle est un éternel recommencement, là ou la Franc Maçonnerie n’est qu’une mafia funeste, une secte ridicule, un piège pour l’égo des gogos. Et si nous échouons, qu’importe, nos enfants réussiront.

 

Source : http://www.ndf.fr/poing-de-vue

Voir les commentaires

Mort de Coluche : Le conducteur du camion sort de son silence

Mort de Coluche. Le conducteur du camion sort de son silence

France - 01 Juillet 2013   (OUEST FRANCE)etez votre journal numérique

Le conducteur du camion qui avait mortellement percuté Coluche, est sorti de son silence 27 ans après le drame, en se confiant à l’hebdomadaire Le Petit Niçois. L’homme, âgé de 75 ans, ne s’est jamais remis de cet accident.

Albert Ardisson est un homme meurtri. Ce retraité de 75 ans est tristement connu pour être le conducteur du « putain de camion » (pour reprendre les paroles de Renaud) qui a tué Coluche lors d’un accident, le 19 juin 1986 à Opio, près de Grasse (Alpes-Maritimes).

« Une sérieuse dépression »

Aujourd’hui encore, ce souvenir le hante : « C’est une longue affaire qui dure depuis 30 ans », confie t-il, exaspéré, à l’hebdomadaire Le Petit Niçois, qui a mis un an à retrouver sa trace.

Ce « grave » épisode de sa vie l’a traumatisé et l’a fait plonger dans « une sérieuse dépression ». Vivre avec la mort de Coluche sur le dos est un fardeau dont il n’a jamais réussi à se débarrasser.

« Une victime collatérale de l’accident »

À l’époque, Albert Ardisson s’était exprimé sur Antenne 2. « Je ne l’ai pas vu. Il a débouché. Je l’ai vu quand il a tapé là. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise d’autre ? Il allait vite, très vite ! », avait-il expliqué.

Les rumeurs sont allées bon train sur les circonstances de l’accident. Certains ont soupçonné Albert Ardisson d’avoir volontairement tué le fondateur des Restos du cœur, une accusation qui l’a terriblement blessée.

 

Le journaliste du Petit Niçois qui l’a retrouvé grâce à sa passion pour la pétanque a expliqué vouloir « faire taire les théories du complot et montrer qu’Albert est une victime collatérale de l’accident. »

Voir les commentaires

CLUB BILDERBERG - Les réponses sur les incohérences de notre monde. Nous sommes des pions sur un immense échiquier...

Groupe Bilderberg, le groupe qui dirige le monde et nos politiciens corrompus

 

Bilderberg-Group-meeting-rome-meeting-in-2012

 

Qui dirige vraiement le monde ? Pourquoi nous envoient ils vers le chaos ?
Qu'est ce que le groupe Bilderberg Un juge accuse le groupe Bilderberg de terrorisme !. Lire la suite ... » et quels sont leurs plans pour l'humanité ?

Avant de continuer à lire l'article, merci de regarder cette vidéo en francais :

Qu’est ce que Bilderberg ?
(source modifiée et mise à jour par stopmensongesEcrire un article. Lire la suite ... ».com depuis l'article : http://www.nouvelordremondial.cc/group-bilderberg/)

Le groupe Bilderberg tient son nomNouvel Article de Benjamin Fulford : Un avis officiel a été envoyé à la mafia Cabaliste. Lire la suite ... » de l’hôtel Hollandais où le groupe se rencontra pour la première fois en 1954, pendant la jeune période de son origine. L’élite se rencontre régulièrement, vraisemblablement 1L’homme qui en savait trop sur le 11 septembre 2001 a été trouvé mort chez lui avec ses deux enfants, tous tués par balle!. Lire la suite ... » fois par an, à différents endroits du monde, toujours dans le secret absolu (les membres vous diront que ce n’est pas secret mais privé, encore un ramassis de mensongeWikileaks percé à jour comme étant un organe de désinformation du N.O.M. Lire la suite ... » de leur part…), toujours dans un hôtel contrôlé par les RockefellerMensonges sur l'extermination des Juifs pendant la seconde guerre mondiale.. Lire la suite ... » et les RothschildMensonges sur l'extermination des Juifs pendant la seconde guerre mondiale.. Lire la suite ... », et à une période ils ne se rencontraient seulement que dans des hôtels 5De multiples sources confirment que 2014 sera l'année de la révolution occidentale.. Lire la suite ... » étoiles.

bilderberg-2011-19 La famille Rothschild est la famille leader des forces Européennes au sein du Bilderberg Group, partageant son pouvoirL'abandon de son pouvoir et sa reconquete.. Lire la suite ... » avec la famille Rockefeller basée aux USAFil rouge sur l'éfondrement du Nouvel Ordre Mondial. Lire la suite ... ».

Le groupe Bilderberg compte environ 120 membres provenant de l’élite des Etats-Unis, de l’Europe de L’Ouest et des pays de l’OTAN.

Les sociétés et groupes détenus par les membre de Bilderberg sont les suivants : (cliquez sur l'image ci-dessous pour agrandir)
Et cette liste n'est pas exaustive !

bilderberg2

Les représentants de l’Union Soviétique et du bloc de l’Est font partis des récents meetings. Cependant, Le groupe mondialiste maintient une extrême discrétion et ne publie jamais de rapports ou d’études pour le grand public, du moins sous son égide officiel.

 

Les participants de Bilderberg et plusieurs journaux ont refusé d’admettre l’existence du groupe pendant des années jusqu’au jour où ils ont été forcés de faire jaillir une étincelle dans les médias publiques.

Les Secrets de Bilderberg

La cabaleNouvel Article de Benjamin Fulford : Un avis officiel a été envoyé à la mafia Cabaliste. Lire la suite ... » la plus pernicieuse du 21ème siècles

Bilderberg Group, son nom en anglais, appelé ainsi à cause de leur premier rendez-vous en Mai 1954 dans l’hôtel Bilderberg, pas loin de Arnhem en HollandeL'Empire attaque, Dieudonné contre-attaque !. Lire la suite ... », et, selon le « Christian Jeremiah Project » basé aux USA:

« Astucieux et calculateurs, leurs cœurs sont remplis de convoitise de pouvoir, et sont consumés par le désir de l’argent. Riches et aristocratiques, ils méprisent les chrétiens et ils exècrent la classe de travail la plus humble. Ils contrôlent la presse du monde et virtuellement toutes les banques et les institutions financières. Ils protègent et choisissent qui seront les leaders Américains et même ceux qui vont diriger le parti Démocratique et Républicain »

« Orgueilleusement, ils complotent la corruption afin de s’emparer des constitutions des gouvernements partout dans le monde. Leur but est d’avoir un gouvernementLe futur de l'humanité peut ressembler a cela.... Lire la suite ... » mondial, exclusivement dirigé par les marionnettes qu’ils auront choisis »

Leur but est l'installation du Nouvel Ordre MondialInterview explosif de Laurent Louis !. Lire la suite ... » par la création du chaos dans chaque nation.

ACTION, REACTION, SOLUTIONLa Vraie Démocratie passera par une révolution ! . Lire la suite ... » (ordor ad chaos) représenté par un emblème qui est celui du phénix a 2L’homme qui en savait trop sur le 11 septembre 2001 a été trouvé mort chez lui avec ses deux enfants, tous tués par balle!. Lire la suite ... » tetes (détruire pour reconstruire de ses cendres).

ordoabchao

La grande conspirationUn physicien en colère parle de l'énergie libre. Lire la suite ... » nous vient tout droit du 18ème siècles, quand Adam Weishaupt, qui admira beaucoup les études de Platon, forma une société secrète appelée les IlluminatisUn policier se dit prêt à passer du côté de la liberté. Lire la suite ... » de Bavière généralement basée sur les principes de la franc-maçonnerie. Ils se disent détenteurs d’un savoir supérieur et d’avoir un accès aux vérités du monde. Cela a été utilisé pour élever la race humaine dans une fraternité, au-delà des conflits fratricides.

John Ruskin, anglais et connu en tant que critique social et philosophe, a fait revivre ces idéaux dans les années 1870 à  travers ses études et écritures à Oxford. Il voulait motiver la classe supérieure d’utiliser son éducation, reproduction et argent pour civiliser le monde.

cecil-rhodes

Cecil Rhodes a fondé la Rhodésie (Rhodesia) qui est aujourd’hui le Zimbabwe (1980) et qui fut un millionnaire en Afrique du Sud dans le commerce de diamants, et qui fut un disciple dévoué de Ruskin, a utilisé sa fortune pour faire la promotion de ce grand plan de fédérations où les habitants parleront internationalement l’anglais et le tout sous un contrôle impérial bénin.

embleme-rhodesia

A cette fin, Rhodes et d’autres acolytes de Ruskin, formèrent une société secrète connu en tant que The Round Table Group (Le Groupe de la Table Ronde) en 1881.
THE-BILDERBERG-GROUP

Ce groupe d’académiciens, de rêveurs et d’aristocrates fut capable d’avoir accès à la fortune de Rhodes après sa mort en 1902. Sous la tutelle de Lord Milner, un autre impérialiste numéro 1, ils cherchèrent à répandre et à réaliser les ambitions que Rhodes qui viennent de Ruskin.

ruskin
John Ruskin, avec Cecil Rhodes, formèrent une société secrète en 1881 connue en tant que le Groupe de la Table Ronde

Milner était gouverneur général d’Afrique du Sud entre 1897 et 1905 et utilisa ces contacts pour recruter un groupe de jeunes hommes, provenant principalement de l’élite intellectuelle d’Oxford et de Cambridge pour l’assister dans la réalisation de ses rêves. Ces hommes furent capables de gagner des postes importants dans le gouvernement et la finance internationale et devinrent l’influence dominante de la Grande-Bretagne impériale et des affaires étrangères jusqu’à  la seconde guerreLa 3eme guerre mondiale va peut etre arriver plus vite que nous le pensions.. Lire la suite ... » mondiale. Ils furent connus en tant que « Milner’s Kindergarten », et organisèrent en 1910 un rassemblement confidentiel exclusivement connu en tant que The Round Table Groups, uniquement dans la langue de Shakespeare entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

 

Après la tourmente de la première guerre mondialeLa Syrie est un prétexte pour attaquer la Russie. Lire la suite ... » et le triomphe de l’ouest anglo-saxon, ce fut au Majestic Hotel à Paris durant la conférence pour la paix, que le Round Table Groups enleva son masque de secret et fut officiellement connu en tant que le US Council on Foreign Relations et le UK Royal Institute for International Affairs.

 

Cette évolution, dans l’opinion du Liberty Lobby, un autre groupe chrétien ultra conservateur, basé à Washington DC, est le début de ce qu’ils appellent une conspiration juiveLa fausse démocratie & les Religions sont nos pires ennemies.. Lire la suite ... »-communiste pour contrôler le monde par la voie d’un « Nouvel Ordre Mondial » dont le but éventuel est un gouvernement mondial – une sorte de mariage apocalyptique entre le Manifeste du Parti communiste (Communist Manifesto, en anglais) et le faux Protocole des Sages de Sion, (un plan judaïque prévoyant de dominer la race humaine). Les membres du groupe Bilderberg, d’après le Liberty Lobby, seraient les descendants de « Marxistes Sataniques » Illuminatis, le groupe de la Table Ronde et une des deux subséquentes organisations des affaires étrangères.

 

La ‘BibleLes fondements des religions monothéistes viennent des Summériens, il y a 7000 ans.... Lire la suite ... »’ des théoriciens de conspirations est un livre écrit en 1966 appelé « Espoir et Tragédie », écrit par Dr. Carrol Quigley, un professeur distingué de l’université de par ses services à l’étranger, à Georgetown. A l’intérieur, il détailla comment avant 1914, l’économie et la bourse d’aujourd’hui ont été influencé, par le complexe financier et celui des relations commerciales, principalement entre les britanniques et les américains. Quigley utilisa son livre comme le texte de ses cours sur la civilisation de l’ouest à l’université.

 

Le livre est devenu très difficile à localiser. Quigley eut quelques problèmes à le publier; les plaques originales disparurent et les autorités bancaires et plus hautes dans la pyramideIl y a quelque chose à l’intérieur de la pyramide qui "n’est pas de ce monde". Lire la suite ... » nous ont fait part de leurs mécontentements sur ce que son contenu révèle. C’est les raisons pour lesquelles que « Tragedy and Hope » devint le saint graal des théoriciens de conspirations. Pourtant cela irrita Quigley, criant ces révélations dénonçant que c’est le genre de livre que n’importe quel chercheur assidu pourrait produire.

 

Le meeting Bilderberg est l’idée originale du remarquable Polonais Dr. Joseph Retinger. D’après le Prince Bernhard d’Hollande, il était un homme avec un caractère extraordinaire qui se déroba à travers 50 ans d’histoire européenne ayant des relations proches avec des premiers ministres, des syndicats de salariés, des magnats de l’industrie, artistes, intellectuels et des révolutionnaires. Son carnet d’adresse fut rempli de personnes intimes et de confidents, qui se lit comme un « Qui est Qui » des gens internationaux qui remuent et font bouger le monde. Il est né en 1888, d’une famille de parents bourgeois à Cracovie avant la première guerre mondiale. Il est allé à La Sorbonne à Paris pour compléter son éducation et fit rapidement parti des cercles critiques littéraires et artistiques. Il était un Polonais féroce et patriote, et cela l’a rendu très impopulaire auprès des Allemands et des Autrichiens, qui durant la première guerre mondiale ont mi sa tête à prix.

 

Ses machinations au nom du peuple Polonais ont fait qu’il a été banni de Londres et été envoyé en prison aux USA (il transportait un passeport ennemi). Ses expériences ont affutées ses qualités de l’intrigue et de la diplomatie. Il retourna en Angleterre après la guerre et trouva une entrée dans les cercles politiques qui comptaient Herbert Asquith et Lord Balfour en tant que membres.

lord-balfour

Il travailla à Londres en tant que secrétaire pour le célèbre romancier et nationaliste Polonais, Joseph Conrad. Bien que Retinger fut atteint de la polio, il ne laissa jamais sa maladieVaincre la maladie (ou la créer) par la volontée de l'esprit. Lire la suite ... » interférer avec sa vie incroyablement active.

 

Au début de la Seconde Guerre Mondiale, il devint une aide pour la Pologne « libre », le général Sikorski, et malgré son handicap douloureux il se parachuta en Pologne pour prendre contact avec l’armée du pays pour arranger le transfert de plusieurs millions de dollars. Quand l’armée rouge se positionna dans le Centre et l’Est de la Pologne, elle devint alors un bastion du Stalinisme, Retinger dévoua le reste de sa vie dans l’unification de l’Ouest contre l’hégémonie Marxiste. Il agissait comme un sorte d’Éminence grise, un Talleyrand sans portfolio (collections de travaux dans le but de les présenter à des futurs clients, c’est un mot beaucoup utilisé dans la langue anglaise). Le Cardinal Richelieu aurait été impressionné.

 

Étant un réaliste, il savait que l’Europe de L’Ouest, dévastée par la guerre ne pouvait pas se retrouver seule face à la montée du communisme et aussi à la montée de l’anti-américanisme, dans toutes les classes sociales. Cette peur, d’origine illogique, d’Oncle Sam, menaça les défenses de l’Ouest contre le pouvoir d’invasion de l’Est. Retinger arrangea un plan pour la présente situation, mais il avait besoin d’alliés puissants pour le mettre en œuvre. Convaincu du besoin de renforcer les liens entre les USA et l’Europe de l’ouest, il approcha un grand nombre de contacts, politiciens, hommes d’affaires, ex-militaires qui étaient intéressés de cimenter la coopération de l’Atlantique.

 

Ils demandèrent Bernhard zur Lippe Biesterfeld, Prince d’Hollande, d’agir en tant que directeur désigné, car ils ont bien pensé que ce serait difficile de trouver une politicien non sali dans un partenariat et qui pourrait recevoir l’aide de politiciens peu importe de quel parti ils sont, sans peur ou faveur (Il fut silencieusement oublié que l’aristocrate né-Allemand, Bernhard fut un membre honorifique des SS durant les années 30).

 

Ainsi la couche de ciment du mouvement Atlantique fut améliorée, déjà fondée par le plan Marshall, l’OTAN et le mouvement Européen qui est aujourd’hui l’Union Européenne. Les deux sont les « enfants » de Joseph Retinger. Il a été nommé un ‘vrai homme de renaissance‘, ‘un jésuite machiavélique‘ et avoir une ‘Brillance pour l’intrigue‘. Malgré que son nom soit virtuellement inconnu dans le monde d’aujourd’hui, son influence a été immense – que ce soit bien ou mal, cela dépend de vôtre point de vue. Jusqu’à sa mort en 1960, Retinger a dévoué sa vie à consolider l’Ouest contre « la menace de l’Est ». Il aurait été ravi de l’effondrement du communisme, l’entrée de la Pologne dans l’OTAN et dans l’Union Européenne.

 

Vers la fin de Mai 1954 à un petit hôtel d’Oosterbeek dans la région de la forêt très boisée d’Arnhem, les plus puissants hommes principalement de la région Ouest de l’Europe se sont rassemblés. Il n’y eu absolument aucune publicité. Le personnel de sécurité entourait l’hôtel et les journalistesQuestion de Dédé sur les médias. Lire la suite ... ». Les participants ont juré de ne rien révéler et ont eu leur statut officiel retiré temporairement, pendant les 3Mensonges sur l'extermination des Juifs pendant la seconde guerre mondiale.. Lire la suite ... » jours de discussion ils ne sont que de simples citoyens respectifs à leurs pays d’origine. Tous les participants pouvaient dire ce qu’ils aimaient sans peur ni répercussion. Ce rendez-vous et tous les autres ont eu des effets énormes dans l’histoire de l’après guerre.

 

Prince Bernhard fut directeur pendant 22 ans du rendez-vous Bilderberg, jusqu’à ce qu’il eut été obligé de démissionner à cause du scandale de corruption impliquant Lockheed. Puis ensuite le Premier MinistreRévélations de l'ex Ministre Canadien Paul Hellyer concernant les ovnis. Lire la suite ... » Britannique Lord Home prit le contrôle, et ensuite c’est au tour de son allié politiqueLa Vraie Démocratie passera par une révolution ! . Lire la suite ... » Lord Carrington. Tous les ans, le directeur de consultation compile une liste d’invitations. Les individus sont choisis en fonction de leur savoir et de leur importance sur la scène internationale. Pour assurer une discussion compréhensive complète, la liste inclue des invités dans toutes les gammes de points de vue politiques et économiques.

 

Parmi les 100 participants, ou plus, un tiers proviennent approximativement des gouvernements et de la politique et le reste provient d’une grande variété de domaines tels que la finance, le journalisme, les académies et la labeur. Ils assistent en tant que civils et non en ayant leurs capacités officielles. Depuis le début, les participants des conférences proviennent incroyablement de l’Amérique et de l’Europe et les deux langues pour débattre sont le Français et l’Anglais. La signification de ce rassemblement ne peut pas être sous-estimée. Les participants auraient été étiquetés en tant que membres « Dirigeants de la classe » en Europe ou aux USA – Les hommes les plus puissants, dans les corridors du pouvoir des démocraties de l’Ouest.

 

Le rendez-vous a lieu à un endroit différent chaque année, en alternant l’Amérique du Nord et l’Europe de l’Ouest. Officiellement, la discussion de chaque meeting est centrée sur des « sujets concernant les relations avec les peuples étrangers, l’économie mondiales et autres problèmes contemporains ». Afin d’assurer une liberté de parler et une franchise d’expression, les rassemblements sont confidentiels. Aucunes décisions ne sont proposées, aucun vote n’est fait, et aucune déclaration politiques n’est délivrée après le rendez-vous.

 

C’est la coutume de Bilderberg de réserver un hôtel pendant un weekend ou plus, avec la totalité du bâtiment dépeuplé de tous ses autres invités, peu importe ce qu’ils pensent et leurs statuts. Deux jours avant le rendez-vous, le personnel bouge à  travers le lieu de rendez-vous avec un peigne fin pour être sur qu’il y aura confidentialité et sécurité pour les congressistes. Tout le personnel et les domestiques sont absolument examinés et ceux qui sont suspectés sont mis de côté durant tout le long du séjour. Pour les personnes provenant de l’extérieur, cela peut ressembler à une opération cape et d’épée.

 

Les meetings ne sont jamais sourds et pas tout le temps avec un consensus. Les étincelles fusent régulièrement. A St. Simons en 1957 les français, britanniques et américains explosèrent sur le sujet de Suez. A un autre ce furent les chinoisLe procès à 1000 milliards en bons du trésor US !. Lire la suite ... » avec les iles Quemoy et Matsu (article sur First Taiwan Strait Crisis, en anglais). Les Européens pouvaient comprendre l’attitude des Américains sur la défense de Taïwan. D’autres problèmes de controverses ont été les attitudes britanniques et américaines envers l’unification de l’Europe, et la politique envers Cuba.

———————-

Manuel VallsManuel Valls, le nazi et raciste éternellement attaché à Israel rencontre le peuple Francais à Rennes.. Lire la suite ... », membre reconnu du Groupe Bilderberg :

Vous comprenez maintennt pourquoi il fait la chasse aux "conspirationistes" comme Dieudonné ou Alain Soral Comment créer de l'Antisémistisme en France en s'attaquant à Dieudo et Soral. Lire la suite ... » ?

Circulez, il y a rien a voir…

 

—————————-

Autre article posté le 14 05 2013 sur http://resistance71.wordpress.com/2013/05/14/nouvel-ordre-mondial-agenda-bilderberg-2013-et-monte-en-puissance-du-google-berg-et-de-son-agenda-totalitaire-technocratique/

Nouvel Ordre Mondial: Agenda Bilderberg 2013 et monté en puissance du Google-berg et de son agenda totalitaire technocratique…

L’oligarchie accélère la mise en place de la grille de surveillance, Google est maintenant ouvertement une force de contrôle du Nouvel Ordre Mondial, son PDG Eric Schmidt un totalitaire avéré

 

Le temps du boycott à grande échelle d’un grand nombre d’entreprises a sonné. N’oubliez jamais une chose: Sans nous… Ces ordures ne sont RIEN ! Ils n’existent que par notre consentement, souvent forcé ou obtenu par tromperie sur la marchandise, le cas de Google est un exemple typique de la vaste entreprise d’abus de confiance et d’oppression du capitalisme monopoliste, seul capable de fonctionner la main dans la mais avec des gouvernements hautement centralisés et ainsi parvenir à la réalisation d’un fascisme supranational.

Bilderberg 2.02014 sera l'année de la quenelle et de la fin du Nouvel Ordre Mondial. Lire la suite ... » + Google-berg 1.0 = Fascisme 2.0

– Résistance 71 –

 

Google-berg: l’élite globaliste se transforme pour une révolution technocratique

Les réseaux de pouvoir autoritaires et anti-démocratiques sont revampés en forums tendance de style philanthropique

 

Paul Joseph Watson

 

13 Mai 2013

 

url de l’article:

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>