Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #francais... reveillez-vous !!! catégorie

La France, vue des Etats-Unis...

Voir les commentaires

Le quartier de Barbès a-t-il été annexé par l'Algérie ?

Le quartier Barbès a-t-il été annexé par l’Algérie ?

Le 11 avril 2014 (BOULEVARD VOLTAIRE)

 

Alors que l'élection présidentielle mobilise les énergies à Alger, les portraits d’Ali Benflis et d'Abdelaziz Bouteflika s'affichent aussi dans les rues de Paris.

 

Le quartier Barbès, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, est bien connu : il s’agit d’un laboratoire grandeur nature du Grand Remplacement en cours.

 

Ses boutiques halal, ses prières de rue, ses coiffeurs avec emplacement réservé pour les femmes voilées, ses trafics à ciel ouvert… Si les Parisiens connaissent bien cette destination exotique, un certain nombre d’entre eux ont toutefois pu être surpris — et cela à juste titre — d’y découvrir des tracts et des affiches pour une campagne électorale algérienne. En effet, alors que l’élection présidentielle mobilise les énergies à Alger, les portraits d’Ali Benflis et d’Abdelaziz Bouteflika s’affichent aussi dans les rues de Paris.

Quel silence assourdissant de la part des autorités publiques, des médias et des politiques, mis à part, peut-être, la réaction du député UMP Éric Ciotti qui a écrit sur son compte Twitter : « Je m’étonne du silence du gouvernement et du préfet de police face aux différentes publicités électorales algériennes en plein Paris [...] Ces tracts et affiches électoraux pour les élections présidentielles algériennes n’ont pas leur place dans notre capitale. » Une simple déclaration non suivie d’effet, car la règle est de tout faire pour ne pas froisser un électorat potentiel, même si celui-ci se sent aussi concerné par des élections en Algérie…

La publicité et l’affichage sont très réglementés pour les élections françaises. Mais personne ne trouve donc rien à redire lorsqu’il s’agit d’un affichage sauvage, qui plus est pour des élections étrangères. Les Parisiens ont pu, par exemple, admirer une affiche géante du candidat Ali Benflis déployée sur la façade d’un immeuble du quartier Barbès. Mais les partisans d’Ali Benflis sont allés bien plus loin en collant des affiches jusque sur les murs de l’église Notre-Dame-Réconciliatrice qui se trouve à l’angle de la rue de la Fontaine-au-Roi. Que des Algériens s’amusent à transformer un lieu de culte catholique en panneau électoral pour un candidat musulman, en plein Paris, ne semble pas déranger les propagandistes du vivre ensemble. Ils préfèrent certainement réserver leur discours d’indignation pour les actes qui touchent les mosquées.

Cette campagne électorale algérienne en plein Barbès n’est pas sans rappeler l’ambiance particulière qui règne dans ce quartier les jours où l’équipe de football d’Algérie joue un match. Les façades d’immeubles sont décorées aux couleurs algériennes même quand l’équipe de France joue le même jour. Les défilés exubérants de ces « supporters » constituent, chaque fois, une véritable démonstration de force étrangère. Il ne faut donc pas grand-chose — un rendez-vous électoral, une rencontre sportive — pour réveiller l’instinct patriote de ces populations et ainsi donner le sentiment désagréable qu’une partie du XVIIIe arrondissement de Paris a déjà été annexée à l’Algérie. Mais il y a un léger problème. Ici, c’est Paris et pas l’Algérie.

Voir les commentaires

Tournées anti-racailles à Lille (reportage)

          

Tournées anti-racailles à Lille : reportage de BFM, Itélé et Le Figaro

Addendum du 27/03 : Nouvelle tournée de sécurisation à Lille :

 

 

_______________________

 

Dans le cadre de la campagne « Génération Anti-racailles » les militants Génération Identitaire Lyon ont assuré une opération de sécurisation des transports en commun du centre de Lyon ce lundi soir.

 

L’objectif était de montrer aux usagers des transport en commun qu’il existe une jeunesse qui prône la solidarité et l’auto-défense face à l’insécurité de la racaille et à la démission des forces de l’ordre mais également d’interpeller les candidats à la mairie de Lyon sur le thème de l’insécurité dans les transports. La sensibilisation, la prévention et la dissuasion étaient les mots d’ordre de cette action, qui s’est déroulée sans accroc et avec le soutien et les remerciements de nombreux usagers.

Rebeyne – Génération Identitaire Lyon

 

Voir les commentaires

Criminalité : l'inquiétant projet de Taubira

Criminalité : l’inquiétant projet de Taubira

Hebergeur d'image

 

La ministre veut supprimer la garde à vue de 96 heures pour les escroqueries en bande organisée. Douane et police judiciaire s’inquiètent.

 

La garde des Sceaux, Christiane Taubira, a fait adopter au Sénat, le 24 février dernier, au nom du gouvernement, en «procédure accélérée», un amendement qui ulcère tous les spécialistes de la police judiciaire et des douanes. Insérée dans le projet de loi sur le «droit à l’information dans le cadre des procédures pénales», qui sera examiné à l’Assemblée en avril, cette disposition interdit le recours à la garde à vue de quatre jours dans les affaires d’escroquerie en bande organisée.

 

Un dossier type ? La gigantesque fraude à la taxe carbone dont le cerveau présumé a été arrêté le 10 janvier dernier à Roissy. Elle a conduit à des dizaines d’interpellations de Paris à Tel-Aviv. Les protagonistes sont suspectés d’avoir détourné 6 milliards d’euros, à travers des sociétés écrans ayant ouvert des comptes à Hongkong et Dubaï. [...]

 

Avec l’amendement Taubira, «les grands truands reconvertis dans ces arnaques juteuses, où nous ramassons régulièrement des cadavres, auront droit au même traitement que le simple conducteur arrêté en état d’ivresse, soumis au mieux à 24 heures de garde à vue renouvelables une fois. C’est ahurissant! Il ne se passe pas un mois désormais sans que l’on tente de désarmer les acteurs de l’investigation», proteste Jean-Paul Mégret, numéro deux du Syndicat indépendant des commissaires de police.

 

Pour justifier son choix, le gouvernement dit s’appuyer sur une décision du Conseil constitutionnel du 6 décembre 2013 relative à la lutte contre la fraude fiscale. Celui-ci avait, en effet, estimé qu’en matière fiscale, mais aussi pour les délits de corruption ou de trafic d’influence, une garde à vue de 96 heures n’était pas proportionnée, puisque ces délits ne portent pas «atteinte en eux-mêmes à la sécurité, à la dignité ou à la vie des personnes».

Mais voilà : les Sages ne visent pas dans leur décision l’escroquerie en bande organisée. [...]

Pourquoi l’amendement est-il passé en procédure accélérée, avec des soutiens à droite comme à gauche ? Patron de Synergie-officiers, Patrice Ribeiro spécule : «Peut-être certains ont-ils voulu se préserver un avenir, car les affaires d’argent sale tombent souvent sous le coup d’une telle incrimination

Voir les commentaires

Voilà des Corses intelligents et plus Corses qu'eux, tu meurs !!

J’ai rencontré des Corses patriotes qui refusent le régionalisme

 

 

Voilà des Corses intelligents, et, pourtant, plus Corses qu’eux, on ne trouve pas. Je le sais, j’en ai rencontré quelques-uns lors de mon voyage en Corse de février dernier.

 

Ils n’ont que LA COOORSE à la bouche. Ils n’ont que la fierté de leurs racines corses et de leurs ancêtres à la bouche.

 

Et pourtant ils refusent de faire le jeu de Bruxelles et de nos élites qui voudraient leur faire prendre des vessies pour des lanternes et leur vendre la Charte des langues régionales et minoritaires. Les Corses ne veulent pas d’une Corse sans la France et sans le français.

 

Ils savent que la Corse sans la France ce serait une catastrophe, économique et humaine. D’ailleurs, n’ont-ils pas, déjà, mis à mal le pernicieux projet de Jospin le 6 juillet 2003 ? On se souvient que le dépeçage de notre pays qui avait été prévu a été bloqué par les Corses qui, comme un seul homme, ont dit non au referendum qui leur était proposé. Non, les Corses ne voulaient pas d’un statut à part. Non les Corses ne voulaient pas devenir une espèce de Territoire d’Outre Mer supplémentaire. Non, les Corses ne voulaient pas que l’Assemblée de Corse ait des pouvoirs législatifs spécifiques. Non, les Corses ne voulaient pas de la fusion des deux départements (et, depuis, les Alsaciens, eux aussi, ne se sont pas laissé prendre et ont dit non au referendum attrape-idiot qu’on leur proposait à leur tour ; on lira pour mémoire le communiqué de Résistance républicaine avant le vote).

 

Ils savent aussi que la Corse cessant de parler français dans les tribunaux ou dans les administrations ce serait, également, une catastrophe absolue, et ils le disent très bien dans le Journal de Campagne de la liste Ajaccio Bleu Marine.

 

Je vous invite à lire attentivement les explications, limpides, des candidats de la liste RBM pour dire pourquoi ils sont opposés à la Charte européenne des langues régionales et minoritaires. Il s’agit là d’un élément complémentaire que nous versons à notre dossier sur le sujet.

ajacciobleumarine

Nous sommes heureux de retrouver sous la plume des candidats du RBM les arguments que nous nous évertuons à répéter depuis que Hollande a annoncé, pendant la campagne présidentielle, son intention de ratifier la Charte infâme. Rien n’empêche, actuellement, chacun, d’apprendre et pratiquer le corse, le breton, le catalan, le basque… en famille, entre amis ; à quoi bon ratifier une Charte qui ferait, de fait, disparaître le français et empêcherait que l’on se comprenne d’un bout de la France à l’autre ?

 

Il faut avoir une haine viscérale de la France et le désir  de tuer la mère pour rêver de la ratification de cette Charte, arme privilégiée par Bruxelles pour faire disparaître l’Etat nation et ce qui peut encore résister au rouleau compresseur de la mondialisation.

 

 

 

Les Corses de la liste Bleu Marine à Ajaccio ne sont de ces idiots utiles, ce sont nos frères d’armes. Puissent-ils  remporter les élections et apporter à Ajaccio la voix de la raison.

 

Christine Tasin

Voir les commentaires

En Italie, on dégraisse, en France, on engraisse !!!!

En Italie, on dégraisse, en France on engraisse !

Le nouveau chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, 39 ans, qui a pris ses fonctions il y a deux semaines, a présenté ce mercredi ses mesures pour faire prendre à l’Italie « le bon tournant » – http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/matteo-renzi-baisse-les-impots-et-promet-d-abolir-le-senat-italien_1499596.html 

 Matteo-renzi

https://www.youtube.com/watch?v=0Gc461dxwlU

L’Italie ose de vraies réformes économiques et politiques

Matteo Renzi, nouveau leader de l’Italie, propose une véritable révolution économique et politique pour son pays :

- Diminution des impôts et des dépenses publiques,

- Baisse de la pression sur les entreprises,

- Suppression de 315 postes de parlementaires

Cela ne vous dit rien ??? 

Si, si, vous y êtes, c’est bien ça : exactement le contraire de ce qui est réalisé en France !

Déjà, comparons ces efficaces mesures annoncées seulement deux semaines après la prise de fonctions de Renzi … aux redondantes affirmations de Hollande : « le changement c’est maintenant » … dont nous attendons toujours la première mesure positive (pour les citoyens) presque deux ans après son élection !

 

Pendant ce temps-là chez nous, « on » décide que pour réaliser des économies (qui seront utilisées injustement comme toujours) les petits retraités « feront tintin » cette année (et peut-être les suivantes, au train d’enfer où nous sommes menés à la ruine) en matière d’augmentation annuelle de leurs pensions, pourtant habituellement déjà pas bien grasses.

 

Et dans un même temps, le ministre Fabius a forcément donné son accord pour que « monsieur de Vil-lepin » puisse bénéficier d’un complément de retraite de 100.000 euros, s’ajoutant à ses insuffisantes retraites  de parlementaire + premier ministre … ajoutées à ses honoraires d’avocat.

 

Les petits retraités qui ne peuvent déjà plus s’offrir de sorties culturelles (cinéma, théâtre, concert …) ou conviviales (restaurant, « pots » entre amis), ni partir en vacances, et peuvent tout juste se nourrir après avoir payé leur loyer, leurs impôts et taxes (sans les injustes et scandaleux abattements consentis justement aux élus) approuveront sans aucun doute.

 

Le seul doute qui reste est le suivant : vont-ils enfin se décider à bien voter aux toutes prochaines élections, qu’elles soient municipales ou européennes, en virant tous ces malpropres morpions qui se gavent de notre sang et notre sueur en s’empiffrant sans limite ?

l-insatiableè-villepin

Le porte-parole du ministre l’affirme :

« Il n’y a pas eu de traitement discrétionnaire ou préférentiel. »

 

Ah ! Alors si le porte-parole du ministre le dit … pourtant il y a justement du souci à se faire lorsque ces porte-mensonges s’adressent au Peuple !  En l’occurrence il s’agit sans aucun doute d’un « prêté pour un rendu », ou d’une faveur « à charge de revanche » … ça peut toujours servir.

http://www.bvoltaire.fr/mariedelarue/les-petits-retraites-feront-tintin-pas-monsieur-de-villepin,53220

 quand-les-riches-volent-les-pauvres

 

Alors les frileux, les douteux, les tièdes … elle n’a pas raison Marine Le Pen lorsqu’elle prétend que UMP = PS et inversement ? 

 

L’UMP a beau aujourd’hui montrer les dents (si peu) aux coups-fourrés de leurs pseudo-adversaires avec ces « affaires » , arrivant inopinément à quelques jours des élections, et en pensant aux suivantes (notamment celle de 2017) pour évincer l’ex-président ayant l’aplomb de remontrer son museau quand il s’est fait virer violemment par un peuple en colère, nous connaissons trop maintenant les querelles internes qui opposent ceux qui « attendent leur tour » pour les croire sincères.

 

Ces dégoûtants personnages qui se gargarisent du terme « nauséabond » pour désigner les patriotes qui osent aimer leur pays et le clamer haut et fort, sont précisément des êtres sans valeur, sans éthique et sans limite lorsqu’il s’agit de s’enrichir au détriment des pauvres cloches qu’ils savent admirablement bien brosser dans le sens du poil quand ils ont besoin de leurs voix … pour mieux les trahir et les piétiner dès qu’ils ont obtenus ce qu’ils voulaient : une place au soleil jusqu’aux prochain scrutins !

 

Un doute persiste, me gâchant un peu le plaisir provoqué par les sondages annonçant sans équivoque la défaite prochaine du PS … au vu du peu de citoyens descendus dimanche 9 mars dans les rues de Paris pour réclamer un référendum … les électeurs français ne vont-ils pas au dernier moment renouer avec leurs vieux réflexes, pourtant mortifères : le vote à droite pour punir la gauche ???

 

Bon, c’est juste une petite baisse de moral passagère … demain cela ira mieux, c’est promis. En attendant, je vous aurais prévenus : travaillez au corps si besoin est, vos amis, familles, contacts … pour leur démontrer que choisir à nouveau l’UMP ne serait en aucun cas mieux que revoter encore pour les zombies au pouvoir !

Umps-contre-Fn

Josiane Filio RIPOSTE LAIQUE

Voir les commentaires

Cournon-d'Auvergne : des commerçants roués de coups ; par qui ??

Cournon-d’Auvergne. Des commerçants roués de coups : « Après on dit qu’on est raciste»

 

Deux commerçants de Cournon-d’Auvergne (Puy-de-Dôme) ont été tabassés par un groupe de quatre à six personnes. À l’origine de l’agression : la dette d’un client d’un montant de 180 euros.

Le client à l’origine de l’altercation a été interpellé. Il a passé une nuit en garde à vue avant d’être laissé libre. L’enquête du commissariat local se poursuit.

Yannick Prière tient un vidéoclub sur l’avenue des Dômes. Il a le bras gauche enserré dans une attelle et une minerve autour du cou. «J’ai pris quatre coups d’antivol de moto, que j’ai parés comme j’ai pu avec l’avant-bras, et des coups de poing. J’ai aussi deux cervicales déplacées».

 

Son compère, Michel Thiery a été plus grièvement blessé encore. Bilan, selon lui : nez cassé, entorse cervicale, luxation d’un doigt et de la mâchoire, traumatisme crânien et multiples contusions.

 

«Je me souviens de trois coups de poing dans la tronche, raconte le gérant de la boutique Mediline, située dans le même quartier. Ensuite, j’ai vu un truc jaune arriver sur moi. C’était un casque de moto. Ils m’ont aussi frappé avec l’antivol. Et les lumières se sont éteintes… ».

 

Les deux amis s’étaient retrouvés pour boire un café dans le magasin de Yannick Prière. Entre alors un client avec lequel le gérant des lieux entretient un différend. L’homme a égaré un DVD loué plusieurs semaines plus tôt. Les pénalités de retard s’accumulant, il doit 180 € au commerçant.

 

«Ce monsieur m’a laissé d’autres DVD en guise de caution. Il arrive devant nous, et me dit qu’il veut récupérer ses DVD. J’ai refusé, précisant qu’il ne m’avait toujours pas remboursé. Il a commencé à devenir violent. On l’a donc pris par le col, sans le frapper, et on l’a foutu dehors».

 

La situation dégénère peu après. Devant le vidéoclub, un groupe de quatre à six jeunes déboule et s’acharne sur les deux commerçants, avant de prendre la fuite devant l’intervention de témoins. […]

La Montagne (Merci à marie salers)

Complément d’enquête de Dreuz info (extraits) :

« C’est des jeunes du quartier, entre 18 et 21 qui trainent souvent. Je ne sais pas s’ils sont issus de l’immigration, mais ils sont d’origine algérienne ou marocaine, tous sans exception, les quatre ou six, je ne sais plus combien ils étaient.

Je ne me sens plus en sécurité chez moi comme on dit. Surtout que c’est pas la première agression, c’est la 3e en quatre ans.

Et là déjà c’était des marocains ou des algériens ?

Tout à fait… après, j’ai des amis d’origine africaine ou marocaine, il est pas question de racisme, mais c’est des petits délinquants…

Je ne sais pas comment signaler ça, c’est compliqué, après on dit qu’on est raciste.

C’était plus calme quand on avait la gendarmerie et la BAC à Cournon. La gendarmerie arrivait beaucoup plus vite, ils étaient plus nombreux, il y avait plusieurs brigades. Mais depuis plusieurs années, ça devient désastreux.

Il trainent par bandes de 10 ou 12, ils saccagent tout. La laverie automatique à coté, ça squatte, ça fume, ça deale leur drogue, ça joue au basket dans la laverie, ça fait un boucan du tonnerre, on est toujours en train de les jeter dehors, d’appeler la police.

J’ai une tour en face du magasin, des logements sociaux, je les vois dealer, je les vois entrer dans la cave tous les soirs à grands coups de pompes ils défoncent la cave et ils vont dealer leurs trucs, c’est hallucinant.

On les voit se garer sur le parking, des grosses voitures que même moi je pourrais pas me payer, des dernières Audi, des dernières Mercedes et BMW. On voit qu’il se passe des choses par les fenêtres, c’est hallucinant.

Et en plus de ça, le frère de mon client – mon ex-client car je ne veux plus le voir dans la boutique - me menace de mort et de brûler ma boutique à trois mètres des policiers – et ils « ont rien entendu, rien vu », c’est un de mes clients qui a du se porter témoin.

Il m’a menacé cinq fois d’affilée sans aucun complexe. Avec une aisance déplorable : « Je vais t’cramer, je vais cramer ta boutique, je vais te tuer si t’enfonces mon frère »

Je l’ai regardé, et je lui ai dit : « votre frère il assume ce qu’il a fait et c’est tout. »  Et il me dit : ouais mais si t’enfonces mon frère je te tue. Mon client est sorti et lui a dit qu’il a tout entendu, il s’est porté témoin et j’ai déposé plainte à la police pour éviter des représailles.

 

Je suis écœuré du système parce qu’un salarié, il va être en arrêt maladie on va le soigner, mais moi commerçant, c’est « démerde toi ». (…) Aucune aide de l’Etat, de l’ANPE pour me mettre quelqu’un en remplacement, je suis obligé de venir travailler et de me débrouiller avec les médecins. Aucune aide.

 

Le maire est passé me voir en me disant qu’il était de tout cœur avec nous, et qu’il allait demander à ses gars de passer plus souvent, mais je ferme le magasin à 20h, et ses gars ils finissent à 17 h ! Et puis, après trois agressions, c’est la première fois qu’il se déplace me voir… c’est bientôt les élections municipales. Pour bien se faire voir, il est venu nous voir. Les fois précédentes, j’ai pas eu droit à la visite du maire.

 

Vos agresseurs, ce sont des gens qui travaillent ?

 

Non non, sur que non. Mon client il ne travaille pas. Une fois je l’ai entendu se vanter qu’il touchait le RSA et « qu’il voyait pas pourquoi il allait se ‘casser le cul’ à aller bosser » voilà ses propres mots.

Moi ça m’énerve. Quand je vois qu’ils touchent en moyenne 600 et 800 euros par mois sans rien faire, et moi je me casse la tête tous les matins pour aller bosser, et je faisais deux emplois, pour toucher quoi ? Ils ont droit à tout et moi j’ai droit à rien. Eux ils payent rien, on leur donne tout. 

Dreuz info

Voir les commentaires

Vidéos de la manif du 09 mars pour un référendum sur l'immigration

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=WK2YqyLL-6A

 

Ce dimanche matin, Jeanne Bourdillon pestait contre le silence total des médias traditionnels, sur la manifestation organisée par Riposte Laïque et Résistance Républicaine.

 

Curieusement, ce dimanche soir, à l’heure où j’écris ces quelques lignes, de retour de Paris, j’apprends que Le Parisien, Liberation, Métro, L’Express, Le Point et le journal Suisse Arcinfo ont déjà publié un compte-rendu de notre initiative. Et Fdesouche, dans un autre registre, l’a fort bien relayée…

 

La similitude des articles confirme que la majorité des journalistes ont repris la dépêche de l’AFP, et l’ont arrangée un peu à leur sauce. Certes, on y trouve quelques passages pas forcément sympathiques, voire manipulateurs, mais on a connu tellement pire… Par contre, les commentaires des lecteurs sont particulièrement élogieux pour l’initiative.

 

Une vidéo de Christine Tasin, interviewée par l’AFP, circule également sur Internet. Nous avons eu le plaisir de répondre, d’autre part, aux questions d’Elise Blaise, de TV-Libertés, qui, en principe, fera un sujet ce lundi soir sur cette initiative.


Paris: manifestation pour un référendum sur l… par 20Minutes

 

Dans les prochains jours, nous mettrons en ligne les premières vidéos, ainsi que les différentes interventions. Comme toujours, les chiffres varient, entre ceux des organisateurs et ceux de la Police. Ceux-ci exagèrent, quand ils annoncent 450 manifestants. Mais 2.000 nous paraît un chiffre un peu excessif, la vérité nous paraît plus près de 1.500, ce qui fort appréciable quand on sait l’absence de promotion qu’a rencontrée cette initiative.

 

Chose importante, les patriotes présents étaient ravis de l’initiative, et de son déroulement. Ils reprirent les slogans demandant un référendum sur l’immigration, le départ de ce gouvernement, tout en affirmant que ce jour, ils étaient tous des Suisses allemands.

 

Le Bloc Identitaire, placé en fin de cortège, amènera son dynamisme, et mettra davantage la remigration au cœur de ses slogans. L’indispensable arrêt de l’immigration, pour sauver notre civilisation, unissait tous les marcheurs.

9mars

 

Aucun incident sérieux à signaler, grâce à la qualité de notre service d’ordre, qui se renforce, et à une présence policière dissuasive. Bien évidemment, aucun policier ne fut agressé, aucune vitrine brisée. Les journalistes préférèrent retenir l’attitude hostile d’un couple de bobos et d’un anarchiste dégénéré, et pas du tout les encouragements et applaudissements de nombre d’autres personnes, à leur fenêtre ou sur les trottoirs. Ils préférèrent ne pas parler du mot d’ordre qui saluera les premiers : « la burqa pour les bobos, la burqa pour les collabos« , ni le fait que notre vaillant anarchiste, au troisième étage, laissera, après quelques courageux bras d’honneur, devant des mots d’ordre qui le ridiculisaient, son drapeau devant la fenêtre avec double vitrage de son appartement à digicode, et se repliera courageusement devant sa télévision.

Islamraslebol

 

Une fois arrivés place d’Italie, nous eûmes un début d’Assises sur l’immigration. Successivement, Christine Tasin, qui, outre sa propre intervention (où elle habilla Farida Belghoul pour l’hiver) lut un message d’encouragement du cinéaste algérien Jean-Pierre Lledo, puis un texte de soutien d’Oskar Freysinger, Fabrice Robert, très applaudi par ses troupes, Lucia Laporte, pour le Siel, Daniel Fedou pour « Agir pour la France », Alain Wagner, venu de Belgique, Benjamin Blanchard, lisant un message de soutien de Jacques Bompard, Pierre Cassen, lisant un texte de Michel Ciardi, président de l’Union des Français Juifs, Renaud Camus, bien sûr, et Pierre Cassen, qui conclut, amenèrent leur contribution pour finir au mieux cette journée.

 

Chacun, après la dispersion, se retrouvera au quartier général de Riposte Laïque, où le journaliste américain Daniel Pipes vint discuter plus d’une heure avec les organisateurs.

 

Il sera temps, dans les jours qui viennent, de faire un bilan plus approfondi de cette initiative, et surtout de savoir quelle suite nous voulons lui donner, avec les soutiens amis. Mais à chaque jour suffit sa peine, la semaine a été suffisamment chargée avec toute la tension que nécessite l’organisation d’une manifestation, toutes les dispositions qu’il faut prendre (merci à tous ceux qui ont mis la main à la pâte), sans oublier, ce mercredi, le procès de Pierre et Pascal, raconté avec un humour féroce par notre amie Martine Chapouton.

http://ripostelaique.com/proces-pascal-pierre-4-temoignages-qui-ont-aneanti-les-imposteurs-de-lantiracisme.html

 

Mais la tendance générale, autour d’un bon verre, était plutôt, de la part des manifestants, d’encourager les organisateurs à remettre cela au plus vite…

POUR COMMANDER LE LIVRE PAS DE VOILE POUR MARIANNE

Faire un chèque de 14 euros (frais de port offerts) adressé à Riposte Laïque, Boite Postale 10001, 78570 Chanteloup.

Par paypal : http://ripostelaique.com/acheter-nos-livres/

Voir les commentaires

A quand la révolution ? 61 % des jeunes, prêts à se révolter...

Mercredi 26 février 2014      (WIKISTRIKE)

 

Climat social : 61 % des jeunes prêts à se révolter

 


3623633_000-par7688855-new_640x280.jpgPlus de six jeunes Français sur dix (61 %) seraient prêts à participer à un mouvement de révolte de grande ampleur dans les prochains mois, selon une  réalisée auprès de 210 000 personnes âgées de 18 à 34 ans. Quelle que soit leur situation professionnelle, une majorité de jeunes est tentée par cette éventualité, mais l'envie de révolte concerne d'avantage les jeunesintérimaires (66 %), les chômeurs (63 %), les CDD, les stagiaires et de jeunes en contrats aidés (61 %) que les étudiants (60 %) et les jeunes en CDI (54 %).

Cette enquête, publiée dans «Le Monde» daté de mercredi, a été lancée à la mi-octobre par Télévisions, la société de production audiovisuelle Yami 2 et le concepteur web Yupian. Deux sociologues de la jeunesse, Cécile Van de Velde et Camille Peugny, ont participé à l'élaboration des questionnaires. Selon elles, les 18-34 ans sont «une génération qui veut entrer de plain-pied dans une société vieillissante». «Elle ne veut rien renverser, elle n'est pas en conflit de valeurs, mais elle trouve toutes les portes fermées, et elle envoie un avertissement», analysent les deux sociologues.

Le travail au coeur de leurs préoccupations

Sept jeunes interrogés sur dix (70 %) estiment que la société française ne leur donne pas les moyens de montrer ce dont ils sont réellement capables. Un sujet les préoccupe tour particulièrement : le travail. 62 % des 18-25 ans se disent épanouis dans leur travail, mais 60 % disent ne pas se sentir payés à la hauteur de leur qualification.

Dans un livre à paraître le 6 mars, Léa Frédeval, jeune diplômée de 23 ans de l'université de Saint-Denis ( VIII), évoque ces difficultés d'accéder à un emploi. Selon l'auteure de «Les Affamés», interrogée dans «Le Parisien» de ce mardi, limiter à six mois la durée des conventions de stage «ne changera pas le fait qu'on se donne comme pas possible alors qu'il n'y a rien ensuite, ni espoir, ni remerciements». Dans la nuit de lundi à mardi, l'Assemblée a adopté une loi sur l'encadrement des stages, qui limite à six mois la durée des stages et impose une gratification dès le premier jour pour les stages dépassant deux mois.

Voir les commentaires

Vue de la Russie, la France, est-elle encore la France ?

 

Vue de Russie, la France de la « diversité » et des « chances pour… » est-elle encore la France ?

Gros plans sur le Paris de la “diversité”. Où sommes nous ? N’importe ou dans le monde ? Le tiers monde ? Non ! Mais il faut zoomer sur la tour Eiffel pour que l’on devine. « Croyez le ou pas », nous disent les commentateurs Russes, « d’où que vous veniez, quelle que soit la couleur de votre peau, votre religion, en théorie, si vous avez un passeport Français, vous êtes français, à part entière. Mais en réalité », ajoutent-t-ils, « ce n’est pas si simple… »

 

Ainsi débute une série d’émissions de la première chaîne nationale de la télévision russe : la France et Qu’est-ce qu’être français ? Le Tour de France, avec Vladimir Posner et Ivan Ourgant, en 12 épisodes de 52 minutes. Pour eux la réponse est assez claire. Nous sommes envahis et la France est en train d’être défigurée…..

 
France et Qu’est-ce qu’être français ? Le Tour de France, avec Vladimir Posner et Ivan Ourgant, en 12 épisodes de 52 minutes. Pour eux la réponse est assez claire. Nous sommes envahis et la France est en train d’être défigurée…..
Faute d’une version traduite, les images des premières minutes sont parfaitement parlantes.
 
La traduction du titre russe de l’article - ‘’Понаехали в бедным французам черно..пые бездельники’’ - est en revanche difficile. Elle résume en jargon populaire le sentiment profond de nos amis russes….Dans cette riche langue slave, le terme Понаехали Po naiehali, fait référence à « des étrangers arrogants et désinvoltes qui viennent s’installer chez vous sans faire grand-chose et en s’asseyant avec mépris sur vos traditions et votre culture… ».Il se prononce avec une nette nuance d’exaspération. (« Indignés ? ») On pourrait traduire littéralement, « Pauvres français, les c… noirs paresseux occupent la France ».
ADVERTISEMENT
 
Pourquoi cette insistance sur le « français a part entière » ?
 
En Russie il y a deux mots différents pour les détenteurs de passeports. Les russes (Ruski) et les « Rossianin, » ( russiens ?), Intraduisible aussi. C’est pire que « français de souche ». Vous pouvez ne parler que russe, avoir une famille présente en Russie depuis toujours, être orthodoxe et boire de la Vodka, si vous vous appelez Satouiev, Naibourov ou Noureev (Noms Tatares) aucun russe ne vous confondra avec un russe. Preuve de respect pour la « diversité » ? Pas vraiment. Les russes se considèrent comme de la « glaise » par opposition aux français, plus « grains de sable ». Ils distinguent les « nôtres » (nashi) et les « pas nôtres ». En Russie aussi, en pratique, il vaut mieux appartenir aux premiers qu’aux seconds.
 
La France vue par l’ethnologue et le Persan
 
Vladimir Posner est une star de la télévision sovieto russe. Il est né en France en 1934 dans la clandestinité d’une mère au passeport français et d’un père juif apatride et espion soviétique. La famille fuit aux Etat Unis pendant l’occupation. Chassé par le Mac Carthysme, refusée en France, elle quitte l’Amérique pour Berlin Est. Posner passera les années suivantes en Union soviétique. Il fut le porte parole médiatique du pays pendant la guerre froide puis un symbole télévisuel de la perestroïka. Il ne remettra les pieds en France que 30 ans plus tard. Posner a donc au moins une quadruple culture, Française américaine soviétique et russe. Dans la série, il est le « passeur » : celui qui maîtrise les deux cultures et l’analyste : le journaliste d’investigation formé à l’américaine. Urgant est un jeune animateur TV et acteur de Saint Petersbourg. Il joue le rôle du Russe de base aux réactions spontanée et naïves. Le Persan.
  
 
Au delà des stéréotypes, la confrontation de deux visions impériales.
 
On n’échappe pas à un certains nombre de clichés : Champagne, Mode, Fromages et Saucissons, et avec des majuscules partout s’il vous plait ! Mais c’est néanmoins passionnant parce que l’URSS était, elle aussi, un empire multinational. On rabâchait à ses peuples qu’ils étaient tous des citoyens soviétiques, mais ils ne le croyaient pas vraiment. Pourtant, dans une certaine mesure, c’était assez vrai. Il existait un « Homo Sovieticus ». Les français sont restés longtemps convaincus qu’effectivement, dés lors qu’on avait un passeport, on était un français à part entière, alors qu’effectivement, en pratique, ce n’était sans doute pas si simple. 
 
Les uns et les autres donnent aujourd’hui le sentiment de découvrir les limites de leurs modèles respectifs. C’est sans doute le regard qui a changé plus que la réalité. La confrontation de ces deux visions a la fois impériales, universalistes et, aujourd’hui, doutant d’elles mêmes, est vivement intéressante.
 
Chacun pourra y butiner. « Si même les étrangers trouvent que nous avons trop d’étrangers, alors , oui, nous avons un réel problème ! » Ou, au choix, « si les étrangers de passage sont fascinés par des modes de vie qu’ils nous envient, par la force et la richesse de notre culture et de notre identité, au combien plus encore ceux qui vivent chez nous devraient ils finir par les adopter ! »
 
Quelques fils directeurs de la série
 
Les comparaisons avec la Russie, évidemment, mais aussi avec les Etats-Unis.
 
La précédente série se déroulait aux USA. Dans l’ensemble, elles nous sont plutôt favorables. La France apparaît aux russes comme un « milieu d’or ». D’un coté, le monde anglo saxon ou chacun vit dans des règles claires et assez strictes, y compris intérieurement. De l’autre la « liberté intérieure russe » qui fait qu’on ne peut jamais savoir ce qu’il y a au fond d’un russe.
 
C’est une des dernières russes blanches encore née en Russie qui le leur révèle.
« Pourquoi ces affinités entre la France et la Russie ? » 
« C’est une histoire de proximité intellectuelle mais aussi de caractère. Mais, êtes vous américain ou français ? »
« Quelle différence ? Disons américain ».
 « Elle est énorme ».
 
Sous entendu, un américain ne saurait comprendre la liberté russe. Un français, lui, pourrait la soupçonner ?
 
Nous voila fixés. Pour les russes, nous sommes quelque part a mi chemin entre l’est et l’ouest !
 
Truisme géographique me direz vous, mais encore ?
 
Suivant le principe du pessimiste et de l’optimiste et de la bouteille à moitié pleine ou vide, toute la série peut se comprendre de deux manières.
 
Les déclinistes pourront comprendre que nous sommes presque aussi bureaucrates et bordéliques que les russes mais à coût plus élevé et sans le gaz. Presque aussi ultra libéraux que les américains avec la richesse en moins et la sécurité sociale en plus.
 
Les optimistes au contraire, concluront qu’il fait globalement bon vivre en France, pays de la mesure, du juste milieu et de l’équilibre. De l’Art de vivre et du Savoir Faire…..
 
Les russes, eux, ont fait leur choix. Mais pour ne pas tomber dans un optimisme excessif, signalons que pour eux, le type même du génie français, alliant une fantaisie débridée à une logique rigoureuse, c’est l’invention du Velib…..
 
Au temps pour la France des droits de l’Hommes ! Mais il est vrai que pouvoir mettre des vélos en libre service dans la rue, sans qu’ils soient immédiatement volés ou dégradés, comme ce serait peut être le cas en Russie (les russes le pensent) donne l’image d’une société globalement apaisée et policée.
 
Les souvenirs d’enfance de Posner.
 
Sa naissance dans le 16 eme, ses vacances à Biarritz, sa fuite depuis Marseille. Quand il explique aux russes l’occupation, le Vichysme, quand il échange avec Juliette Greco, Marek Halter, il est de plain-pied avec l’histoire de France et avec son histoire personnelle. Cela donne une touche intimiste mais aussi un poids particulier à ses questions comme à ses propres réponses.
 
La fraîcheur du ton. Le politiquement correct n’en est qu’a ses tout débuts en Russie.
 
On sait que les babushka orthodoxes (grand mères) ratonnent les Gay Pride à grand coup d’icônes, sous l’œil attendri des OMONs (sorte de CRS locaux, dont l’appellation en cyrillique, déchiffrée dans un rétroviseur se lit HOMO !) et avec l’approbation des autorités pour lesquelles l’homosexualité, je cite : « n’est pas favorable au redressement démographique du pays »...
 
Dans l’ensemble, les russes restent assez éloignés des grandes modes intellectuelles occidentales. Ils disent les choses comme ils les voient et les pensent.
 
Les deux animateurs portent donc sur notre pays un regard, neuf pour nous, amoureux certes, mais dans l’ensemble sans complaisance.
 
Ce qui surprend quand on a l’habitude des medias français, ce sont des questions qu’on a pas le droit de poser, des réponses qu’on a pas l’habitude d’entendre, des images qu’on a pas l’habitude de voir.
 
L’écologie et le multiculturalisme ne les convainquent pas.
 
Les Enfants de Tchernobyl, sont fan du nucléaire à la française !
 
La fine équipe va visiter La Hague, puis interviewe un militant anti nucléaire. Conclusion, les français sont très fort. Leur système nucléaire est remarquable. Ils ont le sens de l’anticipation à long terme. Les écolos ne sont pas convainquant. Pourquoi se battent ils contre les centrales quand la voiture tue plus, directement et indirectement ? Ah, si nous avions en Russie une filière nucléaire aussi sure et performante !
 
Il y a trop d’étrangers !
 
Le Marseille de 2009, n’est plus celui de 1942. Posner n’est clairement pas enthousiasmé par la différence. « Les français peuvent dire ce qu’ils veulent, et faire semblant d’y croire, nous ne sommes pas persuadés des beautés du multiculturalisme ».
 
Les russes qu’ils rencontrent, Les jeunes étudiants sibériens à Polytechnique par exemple, sont sur la même longueur d’onde « Zeymourienne ». "Il y a trop d’étrangers d’où, vols, insécurité et dégradation culturelle"….Sainte Marie de la mer : (sur un ton de tranquille évidence) « tous le monde sait que les Tziganes ne travaillent pas. Donc c’est qu’ils volent. Et en plus, les français leur financent des places de camping…. !
 
Une exception : un Légionnaire russe : pas de français, pas d’étrangers, que des légionnaires ! » Un modèle pour une société harmonieuse ?
 
Les russes furent très frappés par les images de nos émeutes urbaines plus ou moins ethniques. Tous les touristes russes vous font des réflexions sur « l’envahissement » de la France. Chez eux, un africain dans la rue, cela reste d’un exotisme torride. Ils reviennent de Paris atterrés et ils nous plaignent ! Posner confirme. Pour lui, la France n’a pas su décoloniser pacifiquement comme l’Angleterre, elle a été virée par ses colonies. Pour se faire pardonner, elle a ouvert grand ses portes et elle se perd elle-même.
 
Toutes ces opinion sont d’ailleurs largement partagées par la plus part des nombreux migrants qu’ils interviewent. Ils se sentent français. Posner est un peu sceptique. Et pourtant ! Un animateur social d’origine algérienne lui explique qu’il ressent profondément l’insécurité. « Le fait d’être Arabe ne change rien. Ce sont les « jeunes » qui sont intenables…. » Bel exemple d’intégration…Un français d’origine africaine lui fait part de ses difficultés. « Oui, il y a du racisme ». Ses filles se sentent françaises, mais elles doivent à chaque fois faire leur preuve et elles fréquentent surtout des noirs… Mais incidemment, on apprend que ses 4 garçons sont mariés à des compatriotes blanches. Un président Noir ? Peut être demain, un de mes petits enfants métis…
 
La France, un modèle pour la Russie ?
 
En attendant, les, russes, sont confrontés à leurs propres « diversités » : La résurgence de l’Islam chez certains des « russiens ». L’arrivée de travailleurs des anciennes républiques soviétiques. Ils se demandent comment réagir. Cela est très nouveau pour eux dans la forme actuelle. D’ailleurs, ils utilisent souvent le mot allemand faute d’un équivalent soviétique. « Gestarbeiter ».
 
Les longues explications enthousiastes sur les tenants et aboutissants des lois successives sur le voile laissent penser qu’il y a de fortes chances qu’une fois de plus, la Russie cherche l’inspiration auprès de la « France des lumières….. ». D’autant plus paradoxal, que la bonne russe orthodoxe se ballade souvent en foulard et ne saurait en aucun cas pénétrer dans une église sans son « voile »
Evidemment, « quid de la tradition de la liberté en France ? » Mais on sent que là aussi c’est presque un nouveau reproche aux étrangers. « A cause d’eux, la France est contrainte de renier ses propres traditions d’ouverture et de tolérance…. »
 
 La Russie un modèle pour la France ?
 
En matière de « diversité », les russes sont très en avance sur nous. En gros, je ne connais pas un russe qui ne soit mâtiné d’autre chose. Même, surtout, les plus racistes. En dehors de la vodka et de la bouillie de sarrasin, et encore, il n’est pas une spécialité dite « russe », qui ne soit d’origine « étrangère » du bortsch ukrainien a la salade Olivier française, en passant par le chachlik caucasien. Tout le monde cohabite, mais cela ne saurait se concevoir que dans un strict respect de la « grande culture du grand peuple frère russe et de sa grande langue ». Y mettre un minimum d’obséquiosité ne nuisant nullement au caractère chaleureux des relations interethniques. Sur bien des églises orthodoxes, cela est symbolisé par la présence d’un croissant islamique sous la croix. L’islam a toute sa place en Russie, qu’on se le dise : A la botte !
 
 La recherche du religieux leur parait être une étape obligée de la définition de l’identité nationale.
 
 Pour des russes, c’est une évidence, la religion est liée à l’identité nationale et vice versa ! L’émission s’attarde donc volontiers dans les lieux de culte. Posner est un adepte d’un « athéisme positif ». Il nie être vraiment militant, mais il réaffirme régulièrement ses convictions. Passage à Notre Dame de Paris ou il fut baptisé..., la tombe de Thomas d’Aquin à Toulouse, mort sur le chemin d’une éventuelle réconciliation avec l’orthodoxie. 
 
Lourdes ! Posner est physiquement mal à l’aise face aux souvenirs et autres Saint sulpiceries, l’argent, les « superstitions ». Il ne le cache pas. Mais il montre aussi la somme des dévouements, donne la parole aux pèlerins, aux malades, aux prêtres. Quel contraste avec nos propres medias !
 
Comme tout français, j’ai entendu parler du pèlerinage de Lourdes. Jamais je n’avais vu, en France, un reportage montrant à quel point c’est un événement de masse.
 
La manière dont les problématiques religieuses sont maniées avec des pincettes, voire occultées dans les medias et les débats publics français contraste très fortement, et pas en bien, avec la place qui leur est accordée dans les débats équivalents en Russie, même par des journalistes plutôt hostiles. Oui, ce sont de vraies questions et les censurer ne pourra qu’entraîner leur résurgence dans des termes pas nécessairement apaisés.
 
L’attachement des français à leur histoire nationale et familiale : mémoire, continuité ou stagnation ?
 
En URSS, tout a été fait pour éradiquer le passé physiquement comme symboliquement
 
Il est rare qu’un russe ait des idées précises sur sa famille au delà de la troisième génération. Posner est fasciné par l’attachement des français à leur histoire. On navigue de musée en artisanat d’art, de célébrations en son et lumière, de souvenirs de famille en espoir de transmission. La leçon récurrente pour le téléspectateur russe : Pour avoir un avenir, il faut connaitre son passé. Pour le français ? Qu’est ce que nous le connaissons bien ! Peut être gagnerions nous même à nous tourner un peu plus vers l’avenir ?
 
Mais ce n’est pas tant en réalité l’histoire qui est en jeux que la continuité. Etre russe aujourd’hui, c’est ne pas savoir de quoi demain sera fait. Vivre dans l’instant avec tous les charmes mais aussi l’insécurité que cela implique. A Blois, Posner retrouve un café ou il est passé il y a 30 ans lors de son premier retour en France. C’est toujours la même famille. Ah ! Ce n’est pas Moscou ou les enseignes changent en permanence !
 
Stabilité et continuité ou immobilisme et conservatisme ?
 
Il est rare qu’un russe ait des idées précises sur sa famille au delà de la troisième génération. Posner est fasciné par l’attachement des français à leur histoire. On navigue de musée en artisanat d’art, de célébrations en son et lumière, de souvenirs de famille en espoir de transmission. La leçon récurrente pour le téléspectateur russe : Pour avoir un avenir, il faut connaitre son passé. Pour le français ? Qu’est ce que nous le connaissons bien ! Peut être gagnerions nous même à nous tourner un peu plus vers l’avenir ?
 
Mais ce n’est pas tant en réalité l’histoire qui est en jeux que la continuité. Etre russe aujourd’hui, c’est ne pas savoir de quoi demain sera fait. Vivre dans l’instant avec tous les charmes mais aussi l’insécurité que cela implique. A Blois, Posner retrouve un café ou il est passé il y a 30 ans lors de son premier retour en France. C’est toujours la même famille. Ah ! Ce n’est pas Moscou ou les enseignes changent en permanence !
 
Stabilité et continuité ou immobilisme et conservatisme ?
 
 Le faible niveau de matérialisme des français…. !
 
L’URSS fut philosophiquement matérialiste. La Russie l’est désormais économiquement. La France le serait peu. Ils n’en reviennent pas. D’autant que l’idéologie officielle, c’est que « l’âme spirituelle russe » s’oppose au matérialisme occidental ».
 
Pour le vigneron, ses vignes sont moins une réalité économique qu’une passion. Les deux russes essayent d’évaluer la valeur du vignoble et Urgant ne comprend pas que le propriétaire continue à travailler. Il pourrait vendre et vivre très largement, lui et ses descendant.
 
Les « femmes françaises s’intéressent a l’argent, comme toutes les femmes (sic) », mais elles préfèrent encore un « homme qui parle bien » à un « homme riche ». « Les français jouent, mais pas pour de l’argent, juste pour la tournée ».
Cela pourrait paraître positif, mais dans l’esprit russe, il y a aussi le sentiment d’une certaine mesquinerie, voir avarice. Avare comme un français est un proverbe russe…. (En réalité, c’était pour ne pas dire radin comme un juif, mal vu en l’URSS. On nous explique que comme « la loi interdit les anecdotes sur les juifs les noirs et les arabes », les français eux, en sont réduits à raconter des histoires belges…)
 
 Modeste et de bon goût.
 
Les russes adhèreraient bien au bon goût, mais ne sont pas vraiment adeptes du modeste. Depuis une « Grrande Rrrussie », ou tout est « grrand », ils ne comprennent pas vraiment comment avec leur « petites voitures, leur petites maisons leurs petites villes leurs petites femmes, leur petits plats, leur petits salaires, les français peuvent globalement donner l’impression d’être heureux.
A quoi cela sert il de gratter à longueur de journée une terre qui vaut 90 millions d’euro si c’est pour ne même pas rouler en Rolls ? Interview de Bocuse : vous êtes un grand artiste !? Non, je suis un modeste artisan qui aime le travail bien fait.
 
Les russes rêveraient d’une France plus bling bling ? Peut être. D’ailleurs, ils cherchent vainement un vrai d’Artagnan, flambeur et flamboyant, un Portos avec son baudrier plaqué or. France Rollex ! Ou es tu ?
 
 Des interviews, de personnalités comme d’inconnus, mais d’une grande variété et qui parlent (presque) vrai :
 
Au nombre des personnalités, que du beau monde, Sophie marceau, Alain Dominique Perrin, Marek Halter, Juliette Greco, Chevènement, des maires, des députés, des artistes, des entrepreneurs, des militaires des journalistes
 
Les français aiment les russes. Du coup, on a le sentiment qu’ils se « lâchent » et sortent un peu des langues de bois habituelles. Assez rafraîchissant. Le propriétaire de la Romanée Conti leur ouvre ses portes, parait il pour la première fois a une télévision. « Recevrez vous un jour la TV française ? » « Jamais, ou en dernier ! » Les choses importantes, on ne prendrait pas le risque de les raconter à des journalistes français. Qu’est ce qu’être française ? Pour Sophie Marceau, c’est être, à la fois une bonne maman, une bonne maîtresse de maison et une bonne épouse…L’aurait elle dit dans ces termes sur une chaîne nationale ?
 
Une constante : tous, ne sont pas peu fiers d’être français….
 
L’art de vivre et le savoir faire. Cela revient en boucle. C’est très vrai. Mais par moment, cela en devient presque gênant de nombrilisme et d’autosatisfaction. D’auto persuasion ? On veut apprendre aux « barbares russes » comment il est de bon ton de vivre. Comment boire son Champagne….
 
Un producteur de vin porte un toast. Aux honorables hôtes étrangers, comme en Russie ? Pas du tout, c’est à la Bourgogne et à ses vins ! Qu’ils vivent à jamais !
Même en faisant la part du coté dépliant touristique, on a parfois l’impression que les français sont de bons vivants qui passent leur temps à faire la fête, et à picoler. Mêmes nos manifs donnent un peu cette impression ! C’est vous dire !
 
Plus d’un interviewé, quand on lui demande ce que sont la France et la culture française, répond par le pinard. Par moment, on en viendrait à penser que la passion gastronomique et viticole cache peut être d’autres vides plus existentiels comme l’amour du passé pourrait cacher une appréhension de l’avenir.
 
La meilleure définition est donnée par un Héritier de la Maison Hermès. « Etre français, c’est être persuadé qu’il n’est pas de sort plus enviable dans le monde, vouloir le faire partager au reste de l’humanité et être capable de rire de cette conviction ». A la fin, c’est l’humour qui nous sauverait d’une certaine arrogance. Problème : ce n’est pas vraiment le fort des russes. Mais ils nous aiment tellement qu’ils nous pardonnent, même si ils n’en pensent sans doute pas moins…
 
 Tous fiers ? Oui !
 
Les basques, les bretons, les marseillais. Et les migrants ! Du reste, preuve de leur intégration, ces derniers résument l’ambiguïté de leur double appartenance dans des termes parfaitement français. « Nous faisons le ramadan, nous ne mangeons pas de porc, mais nous buvons du vin ! Comme si les différences théologiques culturelles et civilisationelle entre islam et occident étaient avant tout question de gastronomie !
 
A la fin cela tourne au modèle systématisé. On est Basque, Breton, russe, algérien ET français. Le deux compères finissent même par croire, au vu des doubles noms des rues, que l’occitan existe encore vraiment et que les toulousains sont occitans et français.
 
C’est vrai que cela ne conviendrait pas mal à la Russie. Le problème, c’est que les tatares sont tatares et « rossianin », pas tatares et Russes.
 
 Un bémol la Femme Française : ne pas nous endormir sur nos lauriers.
 
Consensus : En Russie, ce n’est pas le grand amoureux français qui fait rêver, mais La Française. Bon, sur le terrain qu’en est-il ? « Elles sont quand même en moyenne moins grosses que les américaines ». « Comparées au Russes ? Pas terribles ». « Oui, mais quel Charme ! » Notre propagande fonctionne encore pas mal. Et de partir à la chasse aux « charmantes »…
 
A grand peine, ils en trouvent deux qui auraient le profil. Ce sont des italiennes…
Peut être vivons nous un peu trop sur nos acquis ?
 
Paradoxalement, alors que les observateurs russes semblent avoir des positions très sensiblement à droite de celle du front national, ils nous montrent une France dotée d’une identité en béton armé et ou au final, les choses ne se passent pas si mal.
 
Et puis vient le moment de vérité. Et les russes dans tous cela ? Et Posner ?
 
Parce que tant que l’on parle des autres, on peut se permettre approximations et interprétations. Mais quand on parle de soi même…
 
Trois moments forts.
 
L’orchestre de balalaïka des russes blancs quatrième génération.
 
Ils parlent tous russe. « Vous vous sentez russes ou français ? » Longue hésitation, « Russes oui russes. Mais nous sommes français, juste pas tout à fait comme les autres et c’est très important ». « Oui mais vous parlez français entre vous ? » « Oui, mais on est russes quand même ! ». Et puis la question centrale, celle qui révèle tout, qui dissipe tous les faux semblant, les réponses de circonstance ou de courtoisie. « Dans les matche de foot, vous êtes pour la France ou pour la Russie ? » « Pour la Russie pour la Russie ! ».
 
 Oui mais voila. Au match France Russie, ils jouaient de la balalaïka dans la tribune VIP. Quand la Russie a gagnée, ils étaient pour la Russie, certes, mais en même temps, ils se sentaient coupable d’avoir battu la France…
 
Cela rappel le moment de bravoure dans « la promesse de l’aube » de Romain gary. Un juif polonais critique devant lui les officiers polonais patriotes, leur « honour polski » et leur antisémitisme congénital. Dans son polonais sans accent, hérité d’une enfance a Varsovie, Gary, lui-même juif, le remet vertement a sa place : « Etant lui-même un patriote polonais, il ne saurait tolérer que l’on dise du mal de cette grande nation amie de son pays, La France. »
Un peu de mal à s’y retrouver ?
 
Tous les autres russes blancs interviewés quand on leur demande si ils vont en Russie, si ils souhaiteraient y vivre, disent en substance avoir pas mal fréquenté ce pays de toutes leurs espérances dans les années 90. Par la suite, ils ont pris progressivement leurs distances. Ils sont un peu déçus par les évolutions…. Tu parles ! Je les ai vu arriver et repartir. En réalité, pour beaucoup d’entre eux, ils ont découvert que même sans le communisme, la Russie ne deviendrai pas la France et ils ont fait un choix…
 
Si l’Algérie avait gagné le match ou fut sifflé la Marseillaise, je soupçonne que certains beurs auraient été fiers pour elle, mais malgré tout, au fond, sans le dire peut être, un peu triste pour la France. Leur pays. Mais bien sur, je peux me tromper.
 
Et Posner et Urgant ?
 
Les votes les plus convainquant sont ceux que l’on exprime avec ses pieds. Sur les bords de Loire et dans la « douceur angevine », Posner se confesse. Il veut achever son chemin en France.
 
Oui mais pourquoi ? Il cite Du Bellay, « France, mère des Armes des Arts et des Lois ». Il aurait aussi bien pu citer « Heureux qui comme Ulysse », car en vérité, il a fait un beau voyage. Il a traversé le 20eme siècle au cœur des grandes cultures mondiales et a la fin, il choisit la France. Même réputée en passe d’être défigurée par les « invasions barbares ». Il reconnaît encore sans peine son visage…. Plus son petit Lyré que le mont des oiseaux (ex mont Lénine a Moscou) ?
 
Mais est ce pour les arts et les lois ou parce que la France est, somme toute, une confortable maison de retraite ?
 
Et Paris ?
 
Assis à la terrasse d’un café, Posner résume : « c’est cela être parisien, prendre son petit noir le matin avec ses voisins de quartier et bavarder. Urgant :
« Vladimir Vladimirovitch, Eh ! Vladimir Vladimirovitch ! Est ce que j’ai l’air d’un vrai parisien ? » « Montrez vous de profil ? », « Non ! (Sans illusions et légèrement agressif) de profil, je sais très bien à quoi je ressemble. Mais de face ? » « Oui, toute personne qui est assise le matin dans un café est parisienne, c’est cela Paris, la France ! ».
 
Pour nous, cela n’a l’air de rien. Mais avec ou sans passeport, baptisé ou non a Notre Dame, il n’y pas un russe qui ne sache qu’Urgant et Posner, de face comme de profil, ne sont pas russes et ne sauraient l’être. Ils sont juifs. Et, circonstance aggravante, membre de l’élite intellectuelle juive.
 
Et oui, sans doute, ils sont des vrais parisiens, comme d’ailleurs les « diversités » (si on est de gauche) ou les « chances pour la France » (si on est d’une certaine droite) qui sont attablés à la même terrasse. D’ailleurs, ils ne les remarquent même plus. Pas plus que chez FonFon, ( « spécialité ancestrale de Bouillabaisse ») ils ne semblaient avoir remarqué que si le patron est bien un descendant du fondateur, le cuisinier, lui, est africain…
 
A la fin du voyage, le regard russe s’accommode à la réalité française ?
A chacun de décider si la bouteille est a moitié pleine ou vide.
 
Paris sera toujours Paris !
 
C’est, entre autre, le titre d’une BD d’anticipation de Gérard Lauzier, ou l’on voit des parisiens, aux prix de grands efforts et difficultés, parvenir a s’intégrer…. a la culture émigrée…(« depuis que mon mari s’est convertit a l’islam, ses ouvriers musulmans n’essayent presque plus de le sodomiser dans les vestiaires… »).
Mais Lauzier est aussi le scénariste du film, « Le plus beau métier du monde » dont la thèse lucide et optimiste est que « oui, c’est dur, parfois même très dur, mais qu’on y arrivera ! » (À vivre ensemble).
 
 Des russes, issus de l’homogénéité culturelle de façade soviétique, portent sur une France qu’ils jugent envahie, un regard inquiet. Personnellement, j‘ai trouvé dans leur émission, beaucoup de raisons de voir l’avenir avec optimisme. En deux trois générations, nous avons « bouffé » une élite intellectuelle russe armée d’une riche culture et « d’une âme tellement différente de la notre ». L’émigration actuelle arrive avec un faible bagage de diplômes. Elle oublie généralement sa propre langue des la seconde génération. Elle se trouve très vite fascinée par nos habitus et notamment nos fixations alimentaires. Même les manifestations pour le voile sont peut être un signe d’intégration. Ou, dans un pays arabe, des fondamentalistes enverraient ils des femmes défiler dans les rue, même bien encadrées, pour exiger un libre choix, fusse-t-il celui d’être voilées ?
 
 Contre les partisans de la « diversité », contre ceux des « chances pour », contre les russes, je crois que la France, avec toutes les difficultés qu’implique le processus pour tous le monde est bien partie pour réussir l’intégration.
Passeport ? Double nationalité ? Triple appartenance ? Nos russes, comme beaucoup de français sont passé à mon avis à côté de l’essentiel. Lino Ventura n’a jamais voulu être français. Amilakvari a toujours souhaité rester apatride. Qui douterait qu’ils furent des « nôtres » (nashi) ?
 
 Oui ! Paris sera toujours Paris mais, n’en déplaise aux russes, pas principalement par la grâce de la Tour Eiffel….
 
 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>