Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #a ceux qui l'ont voulu... catégorie

Hôtel pour les clandestins, Française de 72 ans dans une cave de 15 m2 qui vient de brûler… Publié..." href="http://ainsi.soit-il.over-blog.com/article-pendant-que-les-fran-ais-sont-dans-la-rue-les-clandestins-sont-bichonnes-123066300.html"> Pendant que les Français sont dans la rue, les clandestins sont bichonnés...

Hôtel pour les clandestins, Française de 72 ans dans une cave de 15 m2 qui vient de brûler…

  Sinistre-cave

http://www.nicematin.com/antibes/a-72-ans-elle-vivait-dans-une-cave-de-15-m%C2%B2-sans-fenetre-a-antibes.1656656.html

Madame la ministre de l’Egalité des territoires (?) et du logement, aurez-vous pour une fois la décence de vous pencher sur un dossier autre que ceux des immigrés que vous privilégiez scandaleusement, en leur donnant la priorité au logement, pendant que des familles de citoyens français vivent dans d’indécents trous à rats ?

 

Bien qu’ils soient légions sur tout le territoire, ce seul exemple devrait, tout comme à nous, vous tirer des larmes de compassion, honte et remords pour avoir depuis presque deux longues années, appliqué une politique ignoble de « préférence étrangère » !

 

Mais que vous ont-ils fait les citoyens français pour que vous et les vôtres les détestiez à ce point ; celui de toujours vous soucier des nouveaux arrivants, que vous faites venir à coup d’aides (sans contrepartie) que vous refusez à vos concitoyens ?

 

Ah, oui, j’oubliais, vous comptez sur eux pour voter pour les vôtres aux prochains scrutins… mais ouvrez  les oreilles, levez les yeux de votre nombril, et vous verrez peut-être que vos agissements préférentiels vont vous attirer le retour de bâton qui vous est dû, et ce dans peu de temps !

 

Parce que jamais encore, un gouvernement, quelle que soit sa couleur, n’avait osé aller si loin dans la félonie et la trahison des Français. Et pourtant bien peu, parmi ceux qui vous ont précédés étaient des enfants de chœur !

Pourtant pour certains, des solutions sont rapidement trouvées, y compris pour offrir un logement fixe à des gens… du voyage ! Quelle logique, et surtout quelle justice dans tout cela ?

http://bourgogne.france3.fr/2014/01/06/marsannay-la-cote-12-pavillons-seront-construits-pour-les-gens-du-voyage-389225.html

Quand par ailleurs, votre collègue de la Santé, tolère l’arriéré de 19 millions d’euros dus par l’Algérie à la Sécurité Sociale française, notamment pour les opérations et soins prodigués à son président qui crache sur la France mais vient impudemment se faire soigner chez nous au moindre malaise ?

http://www.algerie1.com/actualite/lalgerie-doit-encore-19-millions-deuros-a-la-securite-sociale-francaise/

 Cecile-Duflot-en-goguette

Cécile Duflot à l’Elysée en décembre 2012, avec son compagnon Xavier Cantat

 

Toutes vos vilaines actions ne pèsent-elles pas sur votre conscience ?

 

Celle-ci (si vous en avez une) n’est-elle pas capable de réaliser un « service minimum » en vous gâchant un tant soit peu vos plaisirs mondains, lorsque vous êtes en goguette à l’Elysée par exemple ?

 

Vous qui avez l’aplomb de vivre dans un confort certainement inversement proportionnel à vos mérites, pouvez-vous vraiment vous regarder sereinement dans le miroir chaque matin ?

 

Dans le doute je forme le vœu qu’elles soient troublées par les remords, vos nuits, car c’est le minimum que vous méritez pour votre responsabilité ET votre culpabilité dans le ministère que vous représentez, car depuis le vibrant appel lancé par l’Abbé Pierre en 1954, rien n’a vraiment changé, hormis les parlottes stériles des politiques de votre acabit, bien plus soucieux de leur carrière et de tous les avantages qui s’y rattachent (au point d’être prêts à tout pour les conserver), que du véritable sort des citoyens que vous méprisez réellement au-delà de vos paroles mensongères.

 le-gouvernement-s-occupe-de-tout

 

Pourtant l’argent est là ! Avec toutes les nouvelles et incessantes ponctions que vous infligez à la classe moyenne, celle qui supporte dans la souffrance les ahurissantes dépenses personnelles de la classe politique totalement dévoyée, les moyens seraient suffisants pour ériger suffisamment  d’appartements pour loger décemment l’ensemble des citoyens, s’il existait une réelle volonté politique  qui malheureusement devient immédiatement lettre morte aux lendemains des élections qui vous ont été favorables ! 

 

Ce n’est par parce que vos faux-ennemis de droite portent exactement les mêmes responsabilités que vous dans ce désastre, que vous devez automatiquement en être exemptés. Aujourd’hui c’est vous et les vôtres qui êtes aux manettes, c’est donc à vous de faire face enfin à la misère de Français de plus en plus nombreux à souffrir de votre égoïsme !

 

Trop c’est trop, madame ;  l’effet boomerang, vous connaissez ?  Vous devriez vous en méfier, parce qu’à force d’accumuler les injustices envers vos compatriotes, vous prenez le risque de recevoir bientôt en pleine face, les conséquences en  retour de toutes vos ignominies… Pas sûr alors qu’il y ait beaucoup de Français pour vous tendre un mouchoir… bien plus intéressés par votre hémisphère sud qu’ils auront envie de botter avec force et hargne, pour tout ce que vous et les vôtres leur faites subir depuis presque deux longues et douloureuses années.

Et votre gouvernement indigne aura beau accumuler les mensonges, enfumages, détournements d’infos, la vérité finira par triompher, et ce jour-là, je ne donne pas cher de votre sort …

A bon entendeurs, Salut !

Aude Alajoie

Sujet de méditation que je porte à votre attention … s’il vous en reste une parcelle !

sdf-et-pelouses.Capture

Quand une société prend plus soin de ses pelouses que de ses citoyens les plus fragiles, elle est extrêmement

Voir les commentaires

U.E. : + 48 % d'immigration clandestine (silence des médias)

UE, + 48% d’immigration clandestine : Silence des médias (maj 4 : «MLP a donc dit vrai»)

France info — Le vrai du faux – 7/03/2014

L’an dernier, il y a eu 107.365 migrants détectés, contre 72.437 en 2012; ça fait bien 48% de hausse. (…)

Marine Le Pen a donc dit vrai – France info

 

____________________________

RTL – Aphatie – 06/03/2014

- +48%, c’est une information qui a été révélée par Frontex mais pas sur RTL (Marine Le Pen)
- Vous n’écoutez pas assez RTL pour savoir ce que nous diffusons sur notre antenne (Aphatie)
- C’est paru dans la presse grecque, portugaise, italienne, espagnole mais pas un mot dans la presse française (Marine Le Pen)
- … et si ça se trouve sur RTL (Aphatie)

Lire la suite

Voir les commentaires

Ivan Rioufol : La liberté d'expresion maltraitée (Vidéo)

 

FRANCOIS DE SOUCHE 

Voir les commentaires

Le livre : Pourquoi je vais quitter la France

Pourquoi je vais quitter la France

15 janvier 2014 par les4v dans Economie, International (LES 4 VERITES)

 

Jean-Philippe Delsol, avocat fiscaliste, auteur de nombreux ouvrages, et co-auteur avec Jean-Philippe Feldman, Patrick Simon et moi d’un ouvrage publié au temps où je présidais l’Institut Turgot (Avancer vers l’État de droit) vient de publier un nouveau livre, dont je recommande vivement la lecture, et qui constitue un réquisitoire contre la France telle qu’elle est.

Parlant au nom d’un entrepreneur et, au-delà de lui, au nom de tous ceux qui fuient, il a titré le réquisitoire à la première personne : « Pourquoi je vais quitter la France ».

Les principaux griefs qui doivent être énoncés le sont, avec une précision sans merci : L’État, en France, dit Delsol, est devenu un « État fiscal ». La dépense publique, qui s’élève désormais à 57 % du PIB incarne une « intrusion publique dans toutes les relations sociales et toujours plus dans les rapports économiques. Pire, elle se finance largement par l’emprunt, au détriment des entreprises ». Et c’est un fait : les prélèvements obligatoires, qui sont désormais les plus lourds du monde développé, représentent 46 % du PIB, ce qui fait que les 11 % de la dépense publique non couverts par les prélèvements doivent être empruntés.

Delsol évoque en ce contexte le nombre de ceux qui vivent de l’État : à ceux qui en vivent de façon pleine et permanente (les fonctionnaires), qui sont 5,2 millions, s’ajoutent l’ensemble des « salariés du secteur parapublic », les salariés des associations subventionnées par l’État, les bénéficiaires de contrats d’apprentissage et d’emplois aidés, qui touchent les uns et les autres, pour l’essentiel, de l’argent pu­blic, les bénéficiaires du RSA, les chômeurs de longue durée. Le total s’élève à 14,5 millions de personnes, soit plus de la moitié de la « population active ». Qui peut s’étonner si « se perdent la volonté de travailler et l’esprit d’initiative » ?

 

Delsol se fait plus explicite concernant les blocages qui en résultent : « L’impôt est un enrayeur », dit-il, une entrave au dynamisme, à la croissance et à la prospérité. « Tout impôt renchérit les prix et atteint la compétitivité. » Or, les taux en France sont exorbitants (la France a le taux d’impôt sur les sociétés le plus élevé d’Europe, et elle a aussi le taux marginal supérieur d’impôt sur le revenu le plus élevé d’Europe).

 

Prétendant remédier au problème créé par le poids écrasant de l’État, les gouvernements successifs utilisent l’État et se conduisent, poursuit Delsol, en « pompiers pyromanes » : plus les aides publiques se font nombreuses, plus le chômage et la pauvreté augmentent.

 

Delsol passe ensuite en revue les fausses bonnes idées qui conduisent, en général, au désastre accentué, telles le protectionnisme, ou la taxe sur les transactions financières. Puis, il rappelle les principes fondamentaux du droit, qui ne cessent d’être violés en France, et souligne que la démocratie absolue, affranchie des règles du droit naturel, peut devenir totalitaire.

 

Il conclut en exposant les moyens de partir, mais aussi les conditions imposées à ceux qui entendent partir, et il donne les détails sur une « taxe de sortie » dont il faut s’acquitter pour s’en aller.

 

Envisageant divers pays comme lieux de nouvelle résidence, il finit par présenter les avantages de la Suisse, qui, c’est un fait, n’est pas dans l’Union européenne et peut encore exercer la concurrence fiscale que l’Union européenne cherche à supprimer – en appelant « harmonisation » ce qui est en réalité uniformisation. D’autres destinations, plus lointaines, au­raient pu être proposées.

 

Le livre de Jean-Philippe Delsol devrait être pris comme un signal d’alarme par les dirigeants politiques et les médias français. Car il décrit un pays qui s’asphyxie.

 

Je crains qu’il n’inspire que fort peu les dirigeants politiques, qui savent que, pour être élus, ils doivent compter sur les voix de tous ceux qui vivent de l’argent pris et redistribué par l’État. Je crains qu’il ne soit pas commenté dans les médias. Je crains dès lors que le nombre de ceux qui quittent la France ne continue à s’accroître dans les années à venir…  

 

Guy Millière

Vous pouvez trouver ce livre en cliquant ici

Voir les commentaires

Vie tranquille dans un pays musulmans (7 vidéos)

Jeudi 16 janvier 2014 4 16 /01 /Jan /2014 22:11    REVOLTESENEUROPE

L’islam est une religion de paix et d’amour. Tout le monde le dit. Preuve en est de ces scènes idylliques tournées en janvier 2014 sur les terres d’islam où le binôme Mahomet – Allah est quotidiennement  vénéré par de pacifiques individus.


Irak, 14 janvier : légère dispute entre amis qui ne veulent pas montrer leur visage

 

Voir les commentaires

DELINQUANCE : LE SEVERE CONSTAT..." href="http://ainsi.soit-il.over-blog.com/article-delinquance-le-severe-constat-d-un-general-121946126.html"> Délinquance : le sévère constat d'un général...

                                         DELINQUANCE : LE SEVERE CONSTAT D'UN GENERAL

La PhytothérapieDossier FigaroPartner

Découvrez le dossier
 1/5 

«Je vais livrer une analyse personnelle, peut-être un peu iconoclaste»: avec un courage certain, le général de corps d'armée Bertrand Soubelet, numéro 3 de la gendarmerie nationale, s'est livré à une critique sans fard de la politique pénale actuellement menée. Ses propos, tenus le 18 décembre devant la commission parlementaire de «lutte contre l'insécurité» ouverte à la presse et qu'il savait enregistrés, sont ceux d'un grand technicien. Énoncés sur un ton posé, ils ont l'effet d'une bombe. Venant d'un gradé de tout premier plan et reprises par l'Agence France presse, ils traduisent, s'il en était encore besoin, le malaise des forces de l'ordre face un système judiciaire souvent taxé d'angélisme et dont le nombre de remises en liberté ne cesse de hérisser la base.

Pendant plus d'une heure et 24 minutes d'audition, ce général 4 étoiles, grand patron des opérations et de l'emploi à la Direction générale de la gendarmerie nationale, nommé le 28 novembre 2012 en Conseil des ministres, a brossé un tableau sans concessions. Évoquant en préambule de son propos la lourdeur des procédures «sur le plan juridique», qui complique le travail des gendarmes, le général Bertrand Soubelet lâche que «les délinquants le savent et profitent du système».

«L'insécurité et le sentiment d'insécurité ne cesseront d'augmenter tant que la réponse collective à la délinquance ne sera pas adaptée»

«Les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des victimes», prévient le militaire, précisant qu'en 2013 il y a eu une hausse de 4% de personnes mises en cause par ses services tandis que le nombre de placements sous écrou «a diminué de 33%». «Évidemment, l'insécurité et le sentiment d'insécurité ne cesseront d'augmenter tant que la réponse collective à la délinquance ne sera pas adaptée», martèle-t-il. Le diagnostic de ce haut stratège est implacable: la réponse pénale est, selon lui, «en décalage». Sans détour, il enfonce le clou en assurant: «Les auteurs d'atteintes aux biens (cambriolages, vols...), les plus importantes numériquement, bénéficient d'un traitement pénal qui leur permet de continuer à exercer leurs activités.» Si le mot «impunité» n'a pas été lâché, l'auditoire a dû y penser très fort.

Lien de la VIDEO ! http://bcove.me/xtujhti0

hhhttp://bcove.me/xtujhti0thttp://bcove.me/xtujhti0tp://bcove.me/xtujhti0ttp://bcove.me/xtujhti0

Toujours selon la vidéo de cette audition, il cite un «élément déstabilisant» pour la gendarmerie: «La notion de sanctuaire rural et périurbain n'existe plus (…) la délinquance et l'insécurité frappent au cœur de nos territoires, dans la ruralité profonde.» Un phénomène lié à une «migration importante de la population française en dehors des 25 agglomérations les plus importantes, vers la zone gendarmerie».

Une grenade dégoupillée

Lors d'un échange avec les députés, le haut galonné dégoupille une autre grenade: citant une synthèse datée du jour même de l'audition et reprenant les conclusions de commandants de groupements de gendarmerie départementale, il révèle que 65% des cambrioleurs interpellés dans les Bouches-du-Rhône en novembre 2013 «sont à nouveau dans la nature». «Quand vous lâchez 65% de ceux qui se sont rendus coupables d'un certain nombre d'exactions, comment voulez-vous que les chiffres baissent?, s'interroge le général Soubelet, c'est tout à fait impossible. Vous pouvez multiplier par deux les effectifs de gendarmes dans les Bouches-du-Rhône, cela ne changerait rien. La réalité, c'est celle-là, je pense que c'est mon devoir de vous le dire, de manière peut-être un peu crue.»

«Dans un département» qu'il ne cite pas, affirme-t-il encore, le parquet recommande de «mettre dehors» les présumés délinquants mineurs étrangers faute de «moyens» pour trouver un interprète. Par ailleurs, il estime aussi que le «critère de valeur» pour une garde à vue est qu'à «moins de 300 euros» de préjudice «on remet tout le monde dehors».

«Aujourd'hui, toute une frange de notre jeunesse ne sait pas où est le bien et où est le mal. On peut très tôt donner un message clair. »

Plus largement sur les Français de moins de 18 ans, il préconise «une prise en charge très précoce»: «Quand j'entends dire, face à des enfants de 10 ou même de 8 ans, qu'ils ne sont pas capables d'entendre un rappel à la loi, je suis très surpris, note le général. On peut tout entendre à condition que le discours soit adapté à l'âge de celui à qui on s'adresse. (…) Aujourd'hui, toute une frange de notre jeunesse ne sait pas où est le bien et où est le mal. On peut très tôt donner un message clair.»

 

Si la Direction générale de la gendarmerie se refuse à tout commentaire sur ces propos forts et mesurés de ce technicien à la réputation incontestée, certains officiers jugent la liberté de ton du général Soubelet, 54 ans, «un peu étonnante et assez inhabituelle». «Ce grand chef, qui coordonne et met en œuvre la politique opérationnelle de toute la gendarmerie, est à un poste d'observation majeur pour décrypter toutes les remontées venant du terrain, confie un cadre. Devant la représentation nationale, il a juste fait son devoir en ne mentant pas et en assumant la réalité telle qu'elle est, sans langue de bois…»

Voir les commentaires

L'immigration sauvage paralyse l'Europe...

L'immigration sauvage paralyse l'Europe

            LE FIGARO

  •  
Des migrants sur un navire de la marine italienne après une opération de sauvetage, jeudi, au large de la Sicile.

Des migrants sur un navire de la marine italienne après une opération de sauvetage, jeudi, au large de la Sicile. Crédits photo : HANDOUT/REUTERS

INFOGRAPHIE - Plus d'un millier de migrants ont été secourus jeudi par la marine italienne. Les Vingt-Huit n'ont toujours pas de réponse à ce défi politique.

 

L'immigration et l'asile devraient conduire l'Europe à parler d'une seule voix. Difficile pourtant d'imaginer plus de discorde et de confusion. Trois mois après la noyade de 366 Érythréens à Lampedusa - naufrage que le Pape avait qualifié de «honte» pour l'UE - les Vingt-Huit tardent à trouver une réponse collective tandis qu'enfle la crainte d'un déferlement de réfugiés syriens.

Malgré les tempêtes d'hiver, le drame se perpétue dans le canal de Sicile. Dans les dernières 48 heures, les secours ont sauvé plus d'un millier de migrants embarqués sur des rafiots: Égyptiens, Irakiens, Maliens, Nigérians, Pakistanais, Somaliens, Tunisiens ou Zambiens. C'est la marine militaire italienne qui conduit les patrouilles. La vaste surveillance «européenne» imaginée à l'automne de Gibraltar à la mer Noire n'a pas vu le jour.

Le sommet européen de décembre, voué au dossier, a permis d'éviter une confrontation gênante entre les 28 capitales. Mais le huis clos s'est achevé sans avancée concrète, ni sur les moyens navals à déployer, ni sur le dossier politiquement empoisonné du droit d'asile. La paralysie guette et le fossé se creuse entre l'Europe méditerranéenne, en première ligne pour le sauvetage, et celle du Nord, qui dit accueillir finalement la majorité des réfugiés parvenus dans l'UE.

«C'est une bombe politique»

Il est question de muscler l'agence européenne Frontex, qui pourrait mutualiser des moyens nationaux supplémentaires pour la surveillance maritime et aérienne de la Méditerranée. Mais le souci humanitaire se heurte à la réalité politique: l'UE cherche à barrer la route, plutôt qu'à secourir ou à accompagner. Le Vieux Continent, plombé par le chômage, redoute un afflux de migrants et de réfugiés, et la hantise publique pèsera lourd dans les élections européennes de mai 2014. «À quatre mois du scrutin, personne n'entend faire trop de bruit, confie l'un des 28 chefs d'État. Si l'immigration sauvage s'impose dans la campagne, chacun autour de la table va perdre des voix.» En France, au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas, l'extrême droite et une partie de la droite exploitent déjà le filon. «C'est une bombe politique, ajoute un diplomate britannique. Pour défendre le droit d'asile, il faut d'abord maintenir le consensus social, c'est-à-dire réprimer les abus.»

Rendre la traversée de la Méditerranée trop facile, dit-on, ce serait susciter de nouvelles vocations, chez les passeurs comme chez les clandestins. La loi de la mer et le droit obligent un capitaine à porter secours à tout navire en difficulté. Ce qu'ont bien compris les trafiquants qui sabordent leurs embarcations surchargées tout près de l'autre rive, ou en vue d'un navire battant pavillon européen.

L'ambiguïté de la mission - sauver les migrants sans les enhardir - conduit à imaginer d'autres voies. La première serait d'inciter les bateaux à faire demi-tour et de refouler les migrants tant que c'est légalement possible, au plus près de la côte d'embarquement. Cela suppose que le dernier pays de transit prête main-forte - ce que fait le Maroc - ou accepte le déploiement de bâtiments européens.

Jeu de gendarmes et de voleurs

L'Europe, une forteresse? En mer, le jeu de gendarmes et de voleurs peut aussi tourner au drame. L'idée de traiter le problème à terre se heurte à d'autres difficultés. Par définition, l'exode naît dans des zones troublées ou en guerre, comme le Soudan, la Somalie et aujourd'hui la Syrie. Quant aux routes, elles traversent une Afrique du Nord déstabilisée. La méthode trouve sa vitrine avec l'Espagne et le Maroc, l'un des rares régimes sortis intacts du printemps arabe. Mais il est plus difficile de trouver des interlocuteurs solides en Libye, en Tunisie ou en Égypte.

Troisième levier, la remise en état d'un système d'asile (et de retour forcé) qui craque à toutes les coutures attendra l'été 2014, après les européennes. Chypre, l'Espagne, la Grèce, l'Italie et Malte demandent que soit changée la règle qui rend le pays de débarquement seul compétent pour examiner les demandes d'asile dans l'UE. Angela Merkel et François Hollande répondent qu'il n'en est pas question. Les pays du Nord, eux aussi, font face à un déferlement, même s'il est moins vi­sible que sur la Méditerranée: les migrants débarquent comme touristes d'un avion, d'un train ou d'un autobus. L'Allemagne, la France, la Suède, le Royaume-Uni et la Belgique ont ainsi absorbé l'an passé 70% des 330.000 demandeurs d'asile. Et le mouvement s'accélère, d'après Eurostat: à plus de 100.000, les demandes ont explosé de près de 50% au deuxième trimestre 2013.

                                                                                                                                                           

                                                      

 

 

 

Voir les commentaires

Et... Soi-disant, c'est nous les racistes !!!!

 8(Mon iiImage du jour :

ils piétinent le drapeau français, soyons plus tolérants, les racistes, c'est nous !!!stu+%28Dreuz%29#sthash.H18d1l6a.dpuGrumbomments: 2

ils piétinnent le drapeau français

Cette photo a été prise au Maroc, à Tangier. La légende dit : « Bismillah » (au nom de Dieu).

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

- See more at: http://www.dreuz.info/2013/12/mon-image-du-jour-ils-pietinent-le-drapeau-francais-soyons-plus-tolerants-les-racistes-cest-nous/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29#sthash.H18d1l6a.dpuf

Voir les commentaires

Mentir au peuple est la meilleure façon de le bâillonner !

Mentir au peuple est la meilleure façon de le bâillonner !

censure-silence
Le 29 novembre 2013 - BOULEVARD VOLTAIRE   
Nos voisins helvètes, experts en démocratie directe, doivent se tordre de rire..             
         

L’Assemblée nationale et le Sénat ont définitivement adopté les projets de loi organique et ordinaire portant application de l’article 11 de la Constitution :

Un référendum portant sur [l'organisation des pouvoirs publics, des réformes relatives à la politique économique, sociale ou environnementale de la nation et aux services publics qui y concourent, ou tendant à autoriser la ratification d'un traité] peut être organisé à l’initiative d’un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales. Cette initiative prend la forme d’une proposition de loi et ne peut avoir pour objet l’abrogation d’une disposition législative promulguée depuis moins d’un an. [...] Si la proposition de loi n’a pas été examinée par les deux assemblées dans un délai fixé par la loi organique, le Président de la République la soumet au référendum.

Pour être complet, précisons qu’il appartiendra au ministre de l’Intérieur de recueillir les soutiens populaires par voie électronique et que c’est le Conseil constitutionnel lui-même qui déclarera recevable ou pas une telle initiative avant de la transmettre pour discussion et vote aux assemblées concernées. Cette complexe usine à gaz a pour nom jargonnant le référendum d’initiative partagée. Elle avait été introduite dans notre loi fondamentale en 2008 puis laissée poste restante par le gouvernement Fillon avant d’être opportunément finalisée par un pouvoir socialiste aux abois.

 

Le « partage » en question est, ici, des plus léonins, l’exécutif et le législatif ayant la mainmise sur une initiative préalablement parlementaire. Ensuite, le Conseil constitutionnel, autorité pseudo-juridictionnelle et profondément politique, archétype du gouvernement des juges à la jurisprudence inexplicable, sauf par la dose d’arbitraire qui la caractérise, autorise souverainement son passage en chambre. Enfin, c’est uniquement lorsque ces dernières n’ont pas daigné entamer le débat que le texte sera, en dernière instance, soumis ad referendum.

 

Hollande et son gouvernement oligarchique se moqueraient, à peu de frais, des Français qu’ils ne s’y prendraient guère autrement. Nos voisins helvètes, experts en démocratie directe, doivent se tordre de rire, quand nos amis italiens, qui connaissent le référendum d’initiative des lois (art. 71 de leur Constitution), le référendum facultatif pour abolir une loi (art. 75) et le référendum constitutionnel facultatif (art. 138), affichent leur circonspection. Décidément, en régime représentatif, la démocratie est un os que l’on jette au peuple pour qu’il s’y casse les dents. Entretenant cyniquement la confusion parmi les diverses procédures de consultations populaires directes existantes, le gouvernement, en une habile communication politique, présente comme un « référendum d’initiative populaire » (RIP) ce qui s’apparente à un simple droit de pétition. Comme quoi mentir au peuple est encore la meilleure façon de le bâillonner. RIP, comme requiescat in pace ?

 

Voir les commentaires

Délinquance en hausse : plus bas niveau d'arrestations

Addendum du 20.11.2013 :

Au 1er novembre, 67.050 personnes étaient incarcérées en France, soit un recul de 0,4% par rapport à octobre (67.310 personnes écrouées).

Les chiffres fournis, ce mercredi 20 novembre, par la direction de l’Administration pénitentiaire constitue le plus bas niveau de personnes écrouées en France depuis mars. Parmi les personnes écrouées, c’est principalement le reflux du nombre de personnes condamnées (-1,0%) qui explique la baisse, la population des prévenus étant, elle, en hausse par rapport au mois précédent (+1,5%)…
RTL
                                                        
Addendum du 10.09.2013
Délinquance en hausse : Le Figaro maintient ses informations
C’est par un communiqué envoyé aux aurores que Manuel Valls a souhaité réagir à la publication lundi soir de notre dossier sur l’insécurité réalisé d’après le nouveau «tableau de bord» de Beauvau.
Le Figaro maintient l’intégralité de ses informations et répond, point par point, aux remarques du ministre de l’Intérieur.
______________________________
Valls dénonce une « tromperie »
[...] Ces révélations n’ont visiblement pas plu au ministre, ses services s’étant fendu d’un communiqué de presse particulièrement virulent, dès 5h30 ce mardi matin. « Une nouvelle fois, les éléments rapportés par Le Figaro dans son édition de ce jour méconnaissent les avertissements et les règles méthodologiques rappelées par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) » et « on ne peut que regretter la publication sélective, tronquée et biaisée d’éléments statistiques (…), proteste le ministère de l’Intérieur. [...]
Tous les types de délinquance en hausse [...] : Dénonçant un « contresens complet », l’Intérieur affirme qu’il est « désormais établi que les pratiques de ‘nettoyage statistique’ qui avaient cours jusqu’en 2012 sont de nature à fausser fortement la base de comparaison ». [...]
______________________________
Le Figaro s’est procuré le nouveau tableau de bord du ministre, un an après sa prise de fonction. La violence augmente presque partout, les patrouilles sont moins nombreuses et le taux d’élucidation diminue.
Dans le baromètre Valls, ce qui grimpe figure en rouge. Or, sur un an, d’août 2012 à juillet 2013, période qui démarre quand la gauche assume pleinement la conduite des affaires, tout ou presque vire à l’écarlate: les atteintes à l’intégrité physique (+2,9%) et, parmi ­celles-ci, les violences sexuelles ­(+10,4%) ; les atteintes aux biens (+3,5%), parmi lesquels les cambriolages (+9,3%) ; enfin, les infractions économiques et financières (+5,9%). [...]
Image en grande taille ici / Le Figaro
(Merci à Joe le Rassis/Copleboss/Stigmatiseur/BenDupont)

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>