Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Tournante à Ste-Geneviève-des-Bois...

Sainte-Geneviève-des-Bois, jeune fille de 17 ans victime d’une tournante par des taubiriens de 13 à 16 ans

Classé dans: Faits de société |

 

Sainte-Geneviève-des-Bois, une jeune fille de 17 ans a été victime d’une tournante dans les toilettes publiques.

Hier matin, dix suspects ont été interpellés pour ce viol collectif qui remonte au 28 mai.

Placés en garde à vue dans les locaux de la sûreté départementale de l’Essonne, ces adolescents, âgés de 13 à 16 ans, auraient prémédité ce passage à l’acte.

Ce jour-là, la victime a rendez-vous avec un garçon qu’elle a rencontré sur le réseau social Facebook. Ils discutent depuis plusieurs semaines et ont prévu de se retrouver au Parc Pierre pour se promener et faire plus ample connaissance.

L’ami de la jeune fille y aurait participé

 

Sur place, les deux « amis » sont importunés par un groupe d’une dizaine de jeunes du coin. Le garçon prend la jeune fille sous son bras et l’emmène à l’écart. Tous deux tentent de se retrancher dans les toilettes. Mais le refuge se transforme en piège. Les dix jeunes ouvrent la porte, poussent le garçon dehors et commencent à violer à tour de rôle ou en même temps la jeune fille. Mais l’ado expulsé, celui avec qui la victime avait rendez-vous, serait revenu et aurait ensuite participé lui aussi à la tournante. « Maintenant, il va falloir déterminer à quel point tout était planifié », souligne une source proche du dossier.

Après son calvaire, la victime dépose plainte au commissariat local. L’enquête débute. Les policiers retrouvent des préservatifs sur place. Des prélèvements ADN sont effectués sur les lieux. Ils permettront de confondre au moins quatre des dix suspects. Les autres seront identifiés peu à peu au cours des investigations menées par la sûreté départementale. A leur âge, ils sont tous déjà connus des services de police.

En garde à vue, après avoir d’abord nié, les protagonistes reconnaissent avoir été présents, mais assurent que la jeune fille « était consentante ». Malgré tout, l’un des jeunes aurait reconnu les faits et avoué « qu’il s’agissait bien d’un viol ».

Source (merci allah babar)http://www.leparisien.fr/espace-premium/paris-75/dix-ados-interpelles-a-la-suite-d-une-tournante-au-parc-27-06-2013-2931895.php

Voir les commentaires

La loi sur 3 janvier 1973...

Le 3 janvier 1973, nos États se sont fait hara-kiri…

1973

Le 26 juin 2013

Nicolas
Gauthier
Journaliste, écrivain.
Nicolas Gauthier est auteur avec Philippe Randa des Acteurs de la comédie politique. 29 € À commander en ligne sur francephi.com.

Le 3 janvier 1973, la France abdique sa souveraineté monétaire, privant la Banque de France de ses prérogatives pour s’endetter auprès des marchés financiers. Résultat : quand autrefois notre Banque centrale prêtait à l’État à taux zéro, ce même État emprunte désormais à tour de bras, assurant ainsi une confortable rente à vie à des institutions financières internationales ; soit l’un des plus grands scandales de ces dernières décennies que même le pourtant fort prudent Michel Rocard a récemment dénoncé.

L’essayiste Pierre-Yves Rougeyron a enquêté sur ce sujet brûlant, sans sombrer dans la paranoïa ni le complotisme. « Il y a ceux qui traitent le sujet avec toute la complexité que nécessite un tel sujet, avec parfois des nuances notoires [...] et ceux qui, par idéologie, prétendent que les dettes sont soit d’apparition récente (depuis 1992) soit dues qu’au déficit public lui-même, dont un État impécunieux serait responsable. Ce que j’ai voulu démontrer, à l’aide de documents officiels et de témoignages de certains décideurs de l’époque, c’est qu’en réalité, il y a toute une histoire qui s’inscrit dans l’histoire et l’anthropologie des Banques centrales. Histoire qui se confond avec l’Union économique et monétaire (UEM), seconde étape du processus européen, après le Marché commun qui devait, par la finance et la monnaie, pousser à la fédéralisation politique. »

Il n’y a donc pas de complot à proprement parler, mais juste une conjoncture de rapports de forces, force vieillissante du modèle étatique, force émergente de ces marchés financiers dont le principe même consiste à se rire des frontières et des souverainetés nationales, empêcheuses de commercer en rond. Le tout sur fond de libre-échangisme mondialisé – la période Reagan/Thatcher ayant initié le détricottage du New Deal américain et du compromis social anglais – et tout se prêtait à ce changement de société. En effet, la dette est un choix, sachant qu’on parle d’économie de la dette et d’économie d’endettement.

« Il y a une convergence d’intérêts autour du projet européen. Les grandes entreprises voulaient déconnecter les luttes sociales en élargissant le marché, favoriser des économies d’échelle et multiplier les investissements à l’étranger pour contourner les limites environnementales et sociales de la société des années 1970. Le monde financier a voulu l’UEM pour favoriser une libéralisation des capitaux. Les grands rentiers ont voulu remettre la main sur la dette publique et empêcher l’inflation qui grignote la rente et ne favorise que le travail par l’indexation des revenus. Les hauts fonctionnaires furent, au nom de “l’Europe”, pénétrés d’une volonté de réformer la France malgré le peuple français et de refermer la parenthèse gaullienne. »

Pourquoi un tel acharnement à casser ce système qui, bon an mal an, ne fonctionnait pas si mal ? Pierre-Yves Rougeyron :

Cette jeune génération de hauts fonctionnaires, en formation pendant la guerre, n’a pas connu la grande crise de 1929, peu connu la guerre et à peine la reconstruction ; leur carrière dépend déjà en grande partie de la dévotion à l’Europe qui fut l’une des grandes idées mobilisatrices de la collaboration et des hauts fonctionnaires de Vichy.

Pour les politiciens, outre l’anti-gaullisme et cet abandon par étapes de l’espérance française qui s’insinue dans l’élite française depuis l’anglomanie du XVIIIe siècle, ce fut la volonté de trouver un nouveau modèle de développement qui atteigne les taux de croissance des Trente Glorieuses additionné à une europhilie et une américanophilie amplifiées par le contexte de guerre froide, qui expliquent leur ralliement au projet.

Comme beaucoup des acteurs de l’époque me l’ont dit : “La France, c’est fini”.

Bande de branquignoles

Voir les commentaires

G. Depardieu insulte une journaliste...

Depardieu insulte une journaliste

Gérard Depardieu s'en est pris verbalement à la journaliste Elena Volochine

Gérard Depardieu s'en est pris verbalement à la journaliste Elena Volochine

Crédit : ELENA FITKULINA / AFP

Irrité par un précédent reportage, Gérard Depardieu a insulté la correspondante russe de la chaîne "i-Télé".

Une fois de plus l'acteur français fait parler de lui. Une journaliste raconte dans le Canard Enchaîné de ce mercredi une entrevue qui aurait mal tourné avec l'acteur Gérard Depardieu le 20 juin dernier.

Un reportage à l'origine de l'altercation

Invitée par Gérard Depardieu dans son hôtel en Russie, Elena Volochine, correspondante pour I-Télé arrive alors que l'acteur regarde un de ses précédents reportages. Ce dernier traite du film tchétchène "Turquoise", dans lequel il apparaît.
Dans ce sujet, la journaliste évoquait "l’appartement cadeau" du président Ramzan Kadyrov, "le régime controversé du dictateur tchétchène" faite à la star. Elle revient aussi sur "la communication extrêmement contrôlée" autour du long-métrage. Des thèmes qui auraient fortement déplu à l'acteur français.

Les insultes ont volé

Il aurait alors violemment pris à partie la journaliste russe. C'est en ces termes peu flatteur qu'il se serait adressé à elle : "Salope !" , avant de lui lancer "Va te faire baiser" puis de lui intimer l'ordre de quitter les lieux, sans interview cette fois.
Si elle affirme ne pas s'être sentie "menacée physiquement", elle avoue être "choquée et très blessée".


Pas de remord cependant du côté de l'acteur. Contacté par le Canard Enchainé il aurait rétorqué avec son franc parler habituel : "C'est une salope ! Et merde au "Canard !"


Voir les commentaires

L'immigration explose... Objectif final

« L’immigration explose.

Objectif final: la mise en minorité ethnique des Français de souche européenne» ?


Le masque est en train de tomber : les chiffres publiés par Le Figaro confirment que le ministre de l’Intérieur n’est là que pour jouer un rôle. On parle ferme pendant que l’immigration clandestine — sans compter la « légale » — explose.

Si on était conspirationniste, on pourrait croire que tout est voulu, qu’il faut que l’invasion commencée il y a 40 ans, se poursuive jusqu’à la submersion totale de la population indigène.

Dans les faits, rien n’a changé depuis Mitterrand : le socialisme continue d’ouvrir les vannes. (…) Le cercle vicieux tourne de plus en plus vite, et l’immigration clandestine, de moins en moins contrôlée, va finir par se mêler au fleuve de l’immigration familiale.

En analysant la politique migratoire sur le long terme, il paraît évident que le PS et ses alliés préparent le peuple français à l’irréversible.
Un jour, ce sera le droit de vote pour les étrangers, un autre le quasi-abandon des expulsions, pour arriver mathématiquement à l’objectif final : la mise en minorité ethnique des Français de souche européenne. Nous sommes en route vers l’inconnu.

Boulevard Voltaire

———— ci-dessous article publié le 10 mai 2013

Le discours martial du ministre de l’Intérieur sur le dossier des Roms et de l’immigration illégale en général est pris à contre-pied par ses propres statistiques.

Hebergeur d'image

Quid de la lutte contre les illégaux ? Les chiffres cachés sont édifiants. Dans l’agglomération parisienne, en un an, les «constats d’infraction aux conditions générales d’entrée et de séjour des étrangers» ont diminué de plus de 61 %. Depuis janvier, la baisse est de plus de 87 %. Et même de 93 % en avril (113 clandestins contrôlés contre 1640 le même mois de l’année précédente). [...]

Jusqu’alors, la Place Beauvau expliquait que la baisse d’activité de la police des étrangers était la conséquence d’une décision de la Cour de cassation qui, à l’été 2012, avait transposé la jurisprudence européenne interdisant toute garde à vue d’un étranger au seul motif qu’il serait en situation illégale sur le territoire.

Mais voilà : depuis le 1er janvier, la police dispose d’un droit de rétention de 16 heures pour contourner cet obstacle. «Ce n’est pas un problème d’outil juridique, mais bel et bien de volonté politique», estime, le député UMP des Alpes-Maritimes Éric Ciotti. [...]

Manuel Valls annonçait, en début d’année, 37.000 éloignements de clandestins en un an. Mais c’était en incluant cinq mois d’action du précédent gouvernement. [...]

Le Figaro

Ce contenu a été publié dans Immigration, Politique, PS, Sécurité par Mnemic, et marqué avec , , , , , . Mettez-le en favori avec son permalien.

Voir les commentaires

Argenteuil : un maire dhimmis, lécheur de babouches

Samedi 22 juin 2013622/06/Juin/201318:30

 

Lécher les babouches est certes une activité fort répandue chez nos élus, d’une banalité telle qu’on pourrait l’envisager inscrite aux frontons de nos monuments : « Liberté. Égalité. Léchage de Babouches. » pour l’édification du peuple et son éducation à la servitude. Cependant un regard exercé nous permet de distinguer des catégories d’impétrants très divers.

Par Danièle Moulins

Les lèche-babouches de base se distinguent par leur modestie, leur humilité, leur manque d’expérience ; ils font comme ils peuvent, un peu contrits, pas mauvais bougres au fond mais, les bras ballants, se couchent devant les revendications de repas sans porc pour la cantine de la communauté de communes (une famille musulmane vient de s’installer dans une HLM du village voisin) et disent, vaincus, qu’ils ne peuvent faire autrement… Ils sont légion ces maires de petits patelins de la France profonde et encore bien maladroits dans l’exercice de la dhimmitude mais, on ne doute pas que la construction accélérée de logements sociaux leur permettra de se mettre rapidement à niveau.

PhilippeDoucetIl y a des lèche-babouches aguerris, finauds, goupils à fromage, sachant louvoyer pour préserver et amplifier leur électorat diversifié, ménageant avec art la chèvre communautariste et le chou laïque, depuis longtemps bouffé par les chenilles mahométanes, grands politiques et dispensateurs de subventions tous azimuts, et, le cas échéant, amateurs de tours de manège (cf le maire de Roubaix) §

Et puis il y a Le Lèche-babouches ! Celui qui force le respect et l’admiration, celui qui atteint des sommets, le dhimmi de l’Annapurna, celui qui nous entraîne plus loin dans la soumission, le Niel Armstrong de la flagornerie, le prix Nobel de la bassesse et de l’impéritie, le prototype de l’idiot utile à placer sous cloche, à Sèvres, à côté du mètre-étalon, j’ai nommé Philippe Doucet, maire PS d’Argenteuil !

Sa ville naufragée compte un peu plus de 100 000 habitants dont près de 30 000 Musulmans. Les marquages identitaires dénaturent la ville de jour en jour. Douze mosquées et salles de prière, des lieux de bourrage de crâne coraniques (que je me refuse à nommer écoles), kebabs, gargotes halal, commerces divers et lieux de propagations d’écrits chariatiques (que je me refuse à nommer librairies) gangrènent le tissu urbain, L’annuaire halal nous donne les adresses de plus de 100 lieux fréquentables pour le bon Musulman, y compris des coiffeurs, un plombier et l’entreprise de « charcuterie » Isla Délices !http://www.pageshalal.fr/halal/argenteuil/fr/2

A toute heure, les barbus calés du front déambulent en kamis dans les rues entre deux prières, rapidement mobilisables à la moindre « alerte-islamophobe-stigmatisante-humiliante », comme nous l’ont montré les derniers événements. Les empaquetées gravides gravitent autour de la CAF, assurant l’avenir d’un Argenteuil délicieux aux gourous du meilleur des mondes. La langue française est massacrée par l’accent guttural et l’indigence du vocabulaire propres à la « diversité » éructante, trouvant son hallali dans les vomissures du rap et les mâles crachats marquant les trottoirs.

http://www.fdesouche.com/119246-promenade-a-argenteuil

Et pourtant Dhimmi Doucet ose encore et encore parler de cet infâme fourre-tout idéologique, détritus de novlangue, le vivre-ensemble ! Jusque dans l’antre des mosquées de sa ville il ose faire la promotion de la réussite de son vivre-ensemble argenteuillais que des jaloux d’extrême-droite chercheraient à ébranler ! Il est grotesque et pitoyable et cette vidéo (d'un site musulman) est à déguster : (Vous y verrez des barbus refusant la loi de la république qui n'est pas celle de l'islam. Parlaient du niquab arraché alors que le port du niqab est interdit par la loi. Une menace électorale puisqu'ils affirment que ce sont les musulmans qui l'ont élu, etc. ndlr Gérard Brazon)

 


http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=hxlwCaI5xyY

J’ai envie de lui hurler que son vivre-ensemble, mis bien sûr en exergue sur le site multicolore de sa ville http://www.argenteuil.fr/ et sur son bloghttp://www.philippedoucet.fr/?m=201006, est en train, inexorablement, de devenir le Crever-Séparément pour tous ceux qui refusent de se couler dans le moule islamique et qu’il aura beau organiser des visites à la petite synagogue ou à la cathédrale, avec la bénédiction du SRI, comme autant de gesticulations désespérées d’un homme qui se noie, engraisser les pseudos-associations culturelles communautaristes, hurler contre l’islamophobie par complaisance, violenter la loi de 1905, détourner le sens du mot laïcité, prétendre que l’islam est une religion comme les autres, prostituer la tolérance républicaine à la takiyya mortifère de la dictature islamique, un jour très prochain il ne pourra plus lécher de babouches car il se les prendra en pleine gueule ! C’est ce que nous montre cette vidéo implacable de vérité crue : les barbus lui crient, déchaînés : « Vous n’avez pas été assez soumis à nos revendications, nous ne voterons plus pour vous ! » Ciel, toutes ces compromissions, toutes ces lâchetés, toutes ces trahisons ne rapporteraient plus de voix !

La violence est là, prête à se répandre, les adeptes de la religion d’amour malmènent le commissaire, l’explosion est proche, le maire est invectivé, pitoyable, écoeurant, soumis à la horde mâle islamique. Pas une femme, charia oblige ! Tout est dit, tout est montré, tout est clair.

Échec du multiculturalisme, échec du vivre-ensemble ou plutôt destruction du civisme, échec de la tolérance à sens-unique, échec de l’ouverture aux autres, échec des mantras vides de sens, échec de la promotion du mensonge droit-de-l’hommiste, échec du clientélisme, naufrage de la raison.

Victoire du ségrégationnisme, victoire de la puissance grégaire du communautarisme, victoire des revendications sectaires, victoire de la violence physique, victoire de l’hystérie agressive, victoire du totalitarisme islamique, victoire des lois de la charia, destruction du tissu social, des valeurs laïques et des règles civiques.

Voilà le bilan de Philippe Doucet, naufrageur d’Argenteuil, grand lécheur, suceur, bouffeur de babouches jusqu’à en crever ( électoralement parlant bien sûr, quoique…) Le cas échéant, à graver sur sa tombe.

Pour compléter quelques liens sur le vivre-ensemble à Argenteuil :

http://ripostelaique.com/?s=argenteuil
http://ripostelaique.com/une-avocate-musulmane-en-foulard-et-robe-professionnelle-dans-une-mosquee.html
http://ripostelaique.com/?s=argenteuil : sur le conseil des cultes mis en place par le maire et aujourd’hui transformé en conseil du vivre-ensemble suite à la pression des laïques, athées et autres agnostiques !

Délinquance et criminalité :

3196 faits de délinquance en 2012 :

http://faj.hautetfort.com/archive/2013/01/27/chiffres-de-la-delinquance-dans-le-val-d-oise-en-baisse-en-2.html

http://www.directmatin.fr/france/2013-02-26/orange-mecanique-argenteuil-la-famille-sequestree-la-mere-violee-403662

http://www.europe1.fr/Faits-divers/Argenteuil-des-vehicules-carbonises-1005633/

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/argenteuil-arrestation-de-l-animateur-soupconne-de-viols-06-12-2010-1180629.php

http://paris-ile-de-france.france3.fr/2013/03/27/argenteuil-un-homme-de-36-ans-tue-d-un-coup-de-couteau-224329.html

Mérah vedette au lycée d’Argenteuil :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/03/25/01016-20120325ARTFIG00277-des-reactions-de-soutien-a-merah-inquietent-la-police.php

Les prêches radicaux à la mosquée d’Argenteuil :

http://www.fdesouche.com/327579-un-imam-juge-dangereux-loge-aux-frais-de-letat

mosquée Al Hisan Argenteuil

http://islamineurope.unblog.fr/2012/02/12/apercu-de-lideologie-islamiste-de-nader-abou-anas-predicateur-a-la-mosquee-al-imane-du-bourget/#respond

Emploi et communautarisme à la mosquée :

http://www.leparisien.fr/argenteuil-95100/la-mosquee-se-lance-dans-l-emploi-des-jeunes-25-02-2013-2596383.php

Le dialogue islamo-crétin :

http://www.la-croix.com/Religion/Engagement/A-Argenteuil-la-mairie-ouvre-les-portes-des-lieux-de-culte-2013-04-15-942794

http://www.saphirnews.com/Argenteuil-la-mosquee-Al-Ihsan-entre-spiritualite-et-savoir_a11652.html : « La mosquée Al-Ihsan est engagée dans le dialogue interreligieux à Argenteuil. « Nous participons à la commission islamo-chrétienne. Chaque trimestre, nous nous rencontrons pour discuter de sujets comme la place des jeunes, la finance islamique… » Abdelkader Achebouche l’a bien compris : « Élus, catholiques, juifs, je suis copain avec tout le monde ! » Al-Ihsan, la « petite mosquée » dans la cité. »

Et pour finir un peu de culture locale :

http://www.youtube.com/watch?v=UmX7t6aN9jA

http://www.youtube.com/watch?v=g37oAXZW5dU

Danielle Moulins

 

Voir les commentaires

L'Egypte envisage de réduire l'âge du mariage pour les filles : de 18 à 13 ans

Lundi 24 juin 2013124/06/Juin/201310:30

Source: Express.be

Femmes en islam -

Les Egyptiennes qui avaient protesté sur la Place Tahrir lors du Printemps Arabe en 2011 et fait chuter le président Moubarak, sont les grandes perdantes du régime du président Mohamed Morsi, affirme le Guardian. Dès son arrivée au pouvoir, les quotas de femmes au parlement ont été supprimés sans que cette question ne fasse l’objet d’un débat. La nomination d’une femme comme vice-présidente n’a pas eu lieu comme promis. La pratique de l’excision, pratiquée sur les ¾ des petites filles égyptiennes, n’a finalement pas été remise en cause.

La nouvelle constitution ne reconnait pas les droits des femmes, et un nouveau projet de législation va encore leur reprendre un peu plus de liberté, puisqu’il propose d’abaisser l’âge minimum légal du mariage de 18 ans à 13 ans. Des religieux membres des Frères Musulmans se sont même prononcés pour l’abaisser jusqu’à 9 ans.

 

« Ils considèrent d’abord les femmes comme des objets sexuels, puis comme des domestiques pour le ménage. C’est ça, les Frères Musulmans », dit Fatma, une étudiante en ingénierie qui a défilé avec ses amis pour s’opposer à ce projet. « Est-ce que ce sont vraiment les sortes d’hommes que nous voulons pour diriger notre pays ? Des pédophiles ? », s’insurge-t-elle. (Mahomet s'est marié avec Aïcha quand elle avait 6 ans. Il l'a violé à 9 ans. Ces faits sont inscrits dans les hadidhs. Tous musulmans doit tendre à se rapprocher de "l'homme parfait" qu'était Mahomet. C'est cela la réalité. ndlr Gérard Brazon)

 

Le mariage des petites filles est déjà une pratique commune en Egypte, notamment dans les classes sociales les plus pauvres. Les médecins sont soudoyés pour attester que les filles de 14 ans en ont en fait 18. Cependant, la plupart des familles n’ont pas l’argent pour payer, donc les mariages ont lieu sans être enregistrés. Les petites filles mariées ainsi ont des enfants illégaux sans certificat de naissance, qui ne peuvent donc aller à l’école, perpétuant ainsi leur pauvreté.

 

 

Pour Mme Gihan, une activiste de 45 ans, l’abaissement de l’âge du mariage à 13 ans serait une bonne chose : « Tous les enfants non enregistrés qui ne peuvent aller à l’école ont besoin d’aide. Ces filles n’ont pas droit aux soins de santé, puis on refuse de donner un avenir à leurs enfants. (…) Lorsque Moubarak a écouté la pression internationale et qu’il a élevé l’âge à 18 ans cela n’a rien changé ici. Si vous décrétez un âge légal, vous ne faites que criminaliser et marginaliser. Les hommes quittent leurs femmes avant qu’elles aient 18 ans et leurs enfants sont considérés comme des enfants nés de la prostitution. De cette manière, nous allons alerter l’opinion et faire cesser le mariage des enfants ».

 

Voir les commentaires

Islam : les Hollandais fuient en Suède

Voir les commentaires

F.N. ou islamisation... (Vidéo)

Voir les commentaires

Si vous ne voulez pas subir le même sort que Nicolas, obéissez au pouvoir en place...

Si vous ne voulez pas subir le même sort que Nicolas, obéissez au pouvoir en place

Classé dans: Les dossiers,Présidence Hollande |
 

 

Il me faut revenir une fois encore sur l’arrestation de Nicolas.

48% des Français, selon un sondage en ligne du Figaro, considèrent que son incarcération est juste. 48% de Français qui n’attachent pas beaucoup d’importance à la liberté d’expression.

Je l’avoue, je ne suis pas surpris : c’est une des raisons pour lesquelles j’ai quitté la France. Je voulais plus de liberté que la France n’en propose à ses citoyens, même si j’ai eu la chance, l’intelligence et la force naturelle de vivre en homme libre dans un environnement qui bride la liberté. Ceux qui sont tentés de brider la liberté des autres m’ont toujours fui comme la peste. Leur instinct les a bien conseillé.

Nicolas Buss, prisonnier politique, a reçu plus de 20 000 euros de dons.

Vous pouvez lui faire un don ici et ici. Vos dons envoient un message fort aux cyniques qui se réjouissent de son incarcération, et aux associations des Droits de l’homme qui auraient mis la France à feu et à sang si un des leurs avait été enfermé lorsque la Droite était au pouvoir.

Er vous pouvez lui écrire, car le régime ne l’a pas encore interdit.

M. Nicolas BERNARD BUSS »
404 247 // D-4
M.A de Fleury
7, avenue des peupliers
91 700 FLEURY-MEROGIS

Joignez des timbres (pas d’argent car il est volé) qui vont lui servir à répondre bien entendu, mais surtout à échanger les timbres pour acheter de la nourriture, des produits de première nécessité, du savon etc.

Cet enfermement a appor

Nicolas

Nicolas

Cet enfermement a apporté la preuve de ce que nous constatons : la gauche se nourrit d’un totalitarisme qu’elle enroule dans une cape humaniste qui est tombée en lambeaux. Je ne suis pas certain que vous comprenez tous qu’après l’emprisonnement, le degré supérieur, puisque depuis longtemps les médias sont aux ordres, c’est de tirer sur la foule.

L’autoritarisme de cette gauche liberticide est arrivé à un tel paroxysme que pour avoir risqué un mot à peine dissonant (« Il ne fait pas bon être hostile au mariage homosexuel »), pourtant factuel, sur TF1, les médias et les réseaux sociaux se sont littéralement déchaînés toutes griffes dehors contre Jean-Pierre Pernaut, accusé de « dérapage inexcusable ».

Mais comment s’étonner que d’un gouvernement qui détient tous les pouvoirs, de l’exécutif au législatif en passant par les médias et la justice, sans oublier les syndicats, l’éducation nationale et les officines de police de la pensée, rien de bien démocratique ne pouvait en sortir. N’avaient-ils pas annoncé la couleur, lorsqu’au procès de Zemmour, les juges avaient déploré que l’éditorialiste avait dépassé les limites de la liberté d’expression, lesquelles limites, puisqu’elles ne sont pas fixées par la loi, relèvent de l’arbitraire ?

Voici une lettre inspirée par les circonstances de cette atteinte aux Droits de l’homme.

 

 

Je m’appelle Nicolas B, je suis prisonnier politique en France et j’ai peur

Publié dans Economie Matin.fr Par Calculette, bloggeuse, samedi 22 juin 2013 10:39

Lettre inspirée de la compilation de faits réels évoqués dans plusieurs grands médias de toutes tendances. Toute ressemblance avec la réalité devra être imputée à cette dernière.

Je m’appelle Nicolas Bernard-Buss, je suis prisonnier politique en France et … j’ai peur.

J’ai quitté mes parents et ma ville d’Angers pour suivre un double cursus universitaire à Paris. J’étudiais les sciences politiques et l’histoire à la Catho en plus d’être en troisième année d’école d’ingénieur. J’ai 23 ans et le «malheur» de porter le même prénom que le président Sarkozy sur qui s’acharne la haine du locataire de l’Élysée.

Espérance…

Comme des millions de Français encore libres de penser, je manifestais mon opposition à la loi Taubira en portant fièrement la Famille dans mon cœur et sur mon sweat, regrettant que les élus et responsables politiques se soient même provisoirement «faits une raison» face au mépris du gouvernement.

Joie de vivre…

Dimanche 16 juin, j’étais à Neuilly-sur-Seine avec des amis, au milieu de 1500 personnes selon la police, pour accueillir François Hollande, invité à s’exprimer dans l’émission «Capital». Comme toujours dans cette ambiance bon enfant et déterminée contre le mariage Gay, la Manif Pour Tous battait son plein parquée à 500 m de l’entrée du studio de télévision par des bataillons de forces de l’ordre… Plus tard, mes amis et moi sommes allés poursuivre joyeusement en nous promenant sur les Champs Élysées.

Perplexité…

Vers 22h, j’ai vu fondre sur nous une charge de CRS accompagnés d’ individus armés de Taser et hurlant «Interpellation !» Ne voyant aucun braqueur, violeur, voleur, dealer et autre terroriste alentour, j’ai pensé à ces fanatiques d’Antifa voulant casser du «droitard». Nous avons pris la fuite.

Affolement…

Aidés par un des serveurs, nous nous sommes réfugiés dans la première pizzeria venue. J’apprendrai plus tard que le patron, absent au moment des faits, justifie ainsi une plainte contre moi «à cause de son arrestation, il y a eu des dégâts, et le restaurant a dû fermer un quart d’heure».

Trou noir…

Rattrapé par deux de ces brutes qui écrasaient tout sur leur passage dans le restaurant, j’ai réalisé que nos agresseurs étaient des policiers en civil ! Comme j’essayais de me défendre, ils m’ont tabassé jusqu’à perdre quasiment connaissance.

Isolement…

On m’a dit qu’une vingtaine de personnes ont été interpellées en même temps que moi et relâchées après un contrôle d’identité de plusieurs heures. Ce qui m’étonne, c’est d’avoir été séparé des autres qui eux, ont été emmenés dans le panier à salade jusqu’au commissariat de la rue de l’Evangile. Réflexion faite, après mon tabassage, je n’étais probablement plus assez présentable devant de mes compagnons d’infortune.

Incrédulité…

Assommé, menotté et pieds liés, ils m’ont jeté dans la fourgonnette de la BAC puis embarqué pour une comparution immédiate non pas dans l’une des deux chambres correctionnelles qui s’en occupent habituellement mais à la 16e, spécialisée dans les dossiers de stupéfiants et proxénétisme et qui, d’après «Le Monde», venait opportunément d’être libérée suite à l’ajournement du procès de l’affaire Zahia. De ces deux prétextes «dégradations volontaires» et «rébellion», seul le deuxième sera retenu par le juge, la responsabilité des dégradations étant difficile à établir dans le cadre d’une interpellation mouvementée !

Improvisation…

Le 27 mai après-midi, en marge d’une manifestation spontanée à proximité du lycée Buffon à Paris, où François Hollande effectuait une visite, des lycéens, une femme enceinte, un aveugle, un prêtre, des dames catéchistes et des retraités âgés de plus de 70 ans ont été interpellés, en tout quatre-vingt-treize personnes, des opposants au mariage homosexuel mais aussi de simples passants. J’avais déjà été contrôlé moi aussi comme des centaines de veilleurs et condamné à 200 euros d’amende avec sursis pour «non-dispersion d’un rassemblement non autorisé». Je vivais donc l’instant présent comme un improbable cauchemar. Trop c’est trop, j’ai refusé le prélèvement de mes empreintes et ADN. C’est cet «antécédent judiciaire» qui motivera la sévérité du juge. Tout cela n’avait aucun sens ! Jean-Frédéric Poisson, député UMP s’indignait : «Quand vous êtes interpellé sans raison, il n’est pas anormal que vous vous rebelliez !»

Consternation…

Mercredi soir, ils m’ont condamné pour «rébellion et refus de prélèvement» à quatre mois de prison, dont deux fermes et 1000 euros d’amende avec mandat de dépôt comme si j’étais une menace, un danger pour la société ! «C’est ubuesque ! Il a été jugé pour des infractions consécutives à une interpellation qui n’a pas de cause.» a déclaré Me Henri de Beauregard, l’un des avocats bénévoles de la Manif pour tous.

Solitude…

J’ai évidemment fait appel de cette sentence ahurissante simplement pour recouvrer ma liberté. Mais contrairement à ce qui se fait dans le cadre de cette procédure, ils m’ont jeté dans un cachot de Fleury Mérogis. «Pour l’exemple» sans doute !

Cauchemar…

Il y a 8 ans, un jeune homme du nom d’Eric BLAISE incarcéré comme moi à la prison de Fleury-Mérogis était battu à mort et décédait dans sa cellule. Une ordonnance de «non-lieu» envoyée à ses parents signifiant que sa mort restera inexpliquée lui sert aujourd’hui d’épitaphe ! Aujourd’hui je survis dans un environnement sordide à trois dans 9 mètres carrés, toilettes comprises. Je suis cerné par la crème de la délinquance et de la violence.

Angoisse…

Quand il fera trop chaud, les détenus de Fleury-Mérogis boucheront leurs lavabos pour laisser l’eau s’écouler directement sur le sol. Puis, pour avoir un peu d’air, ils briseront les lourdes vitres de l’étroite fenêtre de leur cellule. Ils devront également choisir entre le ventilateur, que l’on peut « cantiner » auprès de l’administration, et tout autre équipement électrique : le circuit ne supporterait pas la surcharge imposée par les deux appareils. Et si le soleil cogne lors des promenades, le seul véritable point d’ombre de la cour ne sera d’aucun secours. Le préau, à l’abri du regard des gardiens, est en effet une zone de non-droit où se mènent les règlements de comptes. Il est donc interdit d’accès. (*)
Parole d’expert :

Désespérance…

Je me sens tellement étranger à ce statut de prisonnier politique, incroyable dans une démocratie, que je ne maîtrise plus rien. J’ignore comment je pourrai m’en sortir et dans quel état ? Il parait que je reçois d’innombrables témoignages de soutien et de sympathie ? Cela fait tant de bien. Quelqu’un m’a dit qu’il y a aussi des Français pour estimer que ce qui m’arrive est «bien fait», c’est possible ça ?

Courage…

J’aimais la France quand elle était encore le pays des Droits de l’Homme.
Maman, Papa, mes amis, mes amours… ne pleurez pas : oui j’ai peur, mais je m’accroche. Du fond de ma cellule, je m’accroche à l’idée que quoiqu’il arrive vous ne lâchez rien !
Je vous aime.
Nicolas B.
* * * * * * * * *

Surpopulation chronique, vétusté… Un été chaud pourrait être, dans les prisons, celui de tous les dangers. Pendant la période estivale, « la justice est en vacances, les avocats sont partis et, du coup, ne viennent pas voir leurs clients », explique Céline Verzeletti, secrétaire générale du syndicat CGT pénitentiaire
Prions pour qu’il continue de pleuvoir !

©Calculette pour revolte.exprimetoi.com

 

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

Voir les commentaires

Honteuse provocation à la tranche de jambon !!

Honteuse provocation à la tranche de jambon !

cochon

 

Le 19 juin 2013 (BOULEVARD VOLTAIRE)

Joris
Karl
Journaliste.

Selon le quotidien champenois l’Union de Reims, vendredi 7 juin aux alentours de 21 heures, un jeune militant fasciste aurait été surpris en pleine incitation à la haine raciale dans un tramway traversant le quartier Croix-Rouge. Ce triste réactionnaire, âgé de 23 ans, se serait servi d’une tranche de jambon exhibée par provocation à la vue des voyageurs. « C’était pour faire un sandwich », a déclaré le coupable avec une arrogance nauséabonde. Heureusement, trois jeunes gens voyageant dans le même wagon ont fait preuve d’un sens civique certain en remettant dans le droit chemin l’apprenti nazillon. Courageux, l’un d’eux l’apostropha virilement « en l’accusant de manger délibérément du porc devant lui pour le provoquer et porter atteinte à ses convictions religieuses ». Devant le mépris affiché et l’attitude raciste de l’homme qui continuait à savourer son sandwich, notre fier républicain n’hésita pas, à l’aide d’une série de coups de poing citoyens, à calmer l’individu qui osait protester.

Malheureusement, nous rappelant les heures les plus sombres de notre histoire, des témoins présents lors de l’altercation ont dénoncé à la police la « violence » des faits.

La « victime » souffrirait, selon nos confrères de l’Union, de « plusieurs blessures saignantes qui ont nécessité son transport aux urgences du CHU ». « C’était très violent. J’ai cru qu’ils allaient lui fracasser la tête », déclare un témoin sidéré par la scène. Le lendemain, sorti de l’hôpital, le jeune homme est allé porter plainte au commissariat pour des faits susceptibles d’être qualifiés en « violences volontaires » commises « en réunion » et « dans un moyen de transport collectif de voyageurs », deux circonstances aggravantes qui porteraient la peine maximale encourue à cinq ou sept ans d’emprisonnement selon la durée de l’incapacité totale de travail. Et pourquoi pas le bagne ou la peine de mort, pourrait-on ajouter ? Si les résistants antifascistes ne peuvent plus se défendre, où va-t-on?

Nos trois jeunes républicains sont donc, c’est un comble, en ce moment recherchés par les forces de l’ordre ! Voilà où nous mènent les discours sarko-lepénistes de ces dernières années : à la haine. Les fascistes agissent désormais en pleine lumière, et le porc est leur allié. Nos compatriotes musulmans, tels les juifs des années 30, servent de boucs émissaires et sont en permanence discriminés par le maintien de ces traditions d’un autre âge, tel le jambon-beurre ou l’apéro saucisson-pinard. La société aurait sans doute à gagner à pénaliser plus sévèrement ces pratiques dont le seul but, visiblement, est de vexer les musulmans.

Espérons que, dans les prochains jours, les progressistes de tous bords sauront s’unir pour défendre les jeunes gens qui risquent d’être condamnés… pour avoir voulu faire respecter les bases les plus élémentaires du vivre ensemble. No pasarán, Justin Bridou !

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>