Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vive les vidéos d'animaux ! Trop mignon...

sélection de vidéos d’animaux, dédicacée à tous ceux qui sont nés un 29 février.

Il est actuellement 10h00 du matin et j’ai déjà lu approximativement 78 blagues sur le mot « bissextile », de quoi me donner la patate de bonheur. Mention spéciale à tous ceux qui disent « aujourd’hui je m’habille en bitextile », ceux qui assument leur « bissextualité », et ceux qui disent « on bosse un jour de plus dans l’année gratos, pendant ce temps là, la SNCF fait grève et des enfants meurent en Afrique, j’espère que vous êtes contents de vous, monde de merde ».

Regardez donc quelques vidéos d’animaux, ça vous détendra.

Le colibri qui ronfle

Saviez-vous que les colibris ronflaient ? Mieux encore, saviez-vous que les colibris ronflaient comme dans les dessins-animés ? Maintenant oui, et je suis sûre que ça va révolutionner votre vision du monde – moi, ça m’a scotchée, j’ai dû appeler toute ma famille pour leur dire et leur faire écouter, ce fut épuisant.

Le sphinx qui prend un bain

J’vous ai déjà dit que je rêvais d’avoir un Sphinx ? Je suis sûre que ça vous intéresserait vachement que je vous raconte pourquoi, mais je vais plutôt me taire et vous laisser regarder cette vidéo où il ne se passe rien. Je l’ai déjà regardée 7 fois.

La chorale de chatons

Encore une vidéo sans grande utilité (mais eh, on est pas là pour disserter non plus) : une petite chorale de chatons. Voilà, voilà. Du miaou à foison, des rires débiles d’humains qui s’étonnent encore d’entendre des chatons miauler en 2012 (MAIS C’EST SI MIGNON), c’est beau, c’est frais, c’est bon, mangez-en (pas des chatons hein).

La cavalcade de dauphins

Après avoir vu cette vidéo pour la première fois, je me suis évanouie. Maintenant, je me contente de crier comme une fillette en fixant l’horizon. Parce que moi, j’appelle pas ça une cavalcade en vrai. J’appelle ça un maxi-gang-bang-orgiaque-façon-massacre-à-la-tronçonneuse. Faut dire que j’suis un peu fâchée avec les dauphins depuis que j’ai appris deux-trois trucs sur leur comportement.

Le petit cochon qui joue

Après cette vision cauchemardesque, revenons à des choses bien plus mignonnes avec Hamlet, le petit cochon qui s’amuse comme un fifou en sautillant partout.

Jack le dogue allemand et le trampoline

Jack est un dogue allemand qui n’a peur ni de la neige, ni des trampolines. Encore moins d’une couche de neige sur un trampoline.

Le bébé fennec

Je… hmhngnf… aaaaahhfjdsncj. Non. Je. Non.

Je veux un fennec.

Le chat qui réclame à manger

Après le chat qui réclame des câlins, voici celui qui réclame à manger (avec en bonus, l’ambiance 1993, filmée avec le camescope de Tonton Gilbert, effet vintage garanti).

Le yorkshire qui ne supporte pas la chasse d’eau

Captain est un petit yorkshire calme, agréable, gentil comme un coeur avec tout le monde… jusqu’à ce qu’il entende la chasse d’eau. Il se change alors en psychopathe sanguinaire, et c’est franchement moche à voir.

Le poisson globe et le laser

Alors comme ça, on croyait que le coup du laser ça fonctionnait que sur les chats, les chiens, et les petits enfants, hmm ? Eh bah raté, les poissons aussi aiment chasser le petit point lumineux venu de l’Enfer.

Cayucos, la loutre qui se fait chouchouter

Je vois pas pourquoi je m’embêterais à écrire un commentaire alors que je sais parfaitement qu’à la lecture du mot « loutre » vous vous êtes précipitées sur la vidéo sans chercher à comprendre, donc bon.

Le chaton qui grimpe à l’échelle

Là normalement, on pourrait mettre cette vidéo en boucle avec Eye of the Tiger à fond les ballons, que ça choquerait personne. (et puis ça camouflerait les « oooouuuuhgrougrougrougrougrougrougrou » que je fais en regardant cette vidéo).

Cadeaux bonux

C’ÉTAIT RENVERSANT.

Les vidéos danimaux de la semaine #17 tumblr lx6qwtvC5N1r4zr2vo1 r1 500

Voir les commentaires

Jean Dujardin : Un retour en France mouvementé

  

C’est non sans mal que l’acteur français Jean Dujardin a pu rentrer chez lui hier après-midi. Une horde de journalistes l’attendait à l’aéroport dans un si grand désordre qu’il n’a pu, comme seule réaction, que brandir avec le sourire son Oscar.

 

Comme nous l’avions prédit, c’est en vrai héros que Jean Dujardin a rejoint notre belle capitale, son trophée à la main, après avoir vécu l’American Dream aux Oscars, où il a décroché le prix du meilleur acteur. Attendu par une centaine de journalistes et photographes, selon le Figaro, devant le Terminal 2E de l’aéroport Roissy Charles de Gaulles, la star de The Artist a eu du mal à se frayer un chemin - alors qu'à l'aéroport de Los Angeles la dizaine de fans présents ne l'a pas empêché de signer des autographes et poser pour les photographes - pour rejoindre la voiture noire aux vitres teintées qui devait le ramener chez lui hier après-midi.

L’acteur de 39 ans, qui était accompagné par son ami Gilles Lellouche – invité avec lui aux Oscars alors qu’ils doivent encore assurer ensemble la promotion de leur film Les Infidèles qui sort en salles -  avait attendu ses bagages à l’abri des regards avant d’être confronté à la foule. Après une arrivée dans "la confusion" et "le désordre le plus total", commente une journaliste de BFM TV, où des caméras ont même volé, l’acteur de 39 ans va pouvoir enfin se reposer après ce vrai marathon médiatique terminé avec succès. BFM TV avance qu’après la fin de la promotion de son nouveau film, Jean Dujardin partira se ressourcer avec son épouse Alexandra Lamy, "peut-être à la montagne". De quoi lui permettre de réaliser, au calme, tout ce qui vient de lui arriver en deux mois !

Zoom sur l'arrivée de Jean Dujardin à Roissy :

 

ET AUSSI...

Jean Dujardin : un Oscar, et ensuite ?

Oscars 2012 : The Artist taclé sur Twitter par l'auteur de The Descendants

VIDEO - Jean Dujardin, avant aussi, il était le chouchou des Oscars...

Oscars 2012 : Jean Dujardin câline Meryl Streep et Natalie Portman : il est le roi d'Hollywood !

Oscars 2012 : Jean Dujardin n'y croyait vraiment pas

Oscars 2012 : Jean Dujardin et Alexandra Lamy, Michel Hazanavicius et Bérénice Béjo : deux couples glamours, stars de la soirée !

Oscars 2012 : Le triomphe de Jean Dujardin, les larmes de joie d'Alexandra Lamy !

Voir les commentaires

10 stratégies de manip à travers les médias

Le linguiste nord-américain Noam Chomsky a élaboré une liste des « Dix Stratégies de Manipulation » à travers les média. Nous la reproduisons ici. Elle détaille l'éventail, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu'à maintenir le public dans l'ignorance et la médiocrité.

 1/ La stratégie de la distraction

Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. 

La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux ».
Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

Les 20h de TF1 et de France 2 s'en sont fait une spécialité. Endormir ou noyer le téléspectateur par le chat de la grand-mère, la leçon de moral à deux sous si ce n'est le foot, la sécheresse pendant 20mn ou les inondations partout dans le monde en remontant le temps s'il le faut jusqu'à Noé et son Arche et encore, car cela pourrait stigmatiser une "communauté". Note de Gérard Brazon) 

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter.

Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics. 

 (N'est-ce pas ce que l'on vit aujourd'hui afin de contrer la montée des partis dit populistes anti-europe afin justement, de réaliser cette Europe fédérale liberticide anti nations et ultra libérale dont personne ne veut. Note de Gérard Brazon) 

3/ La stratégie de la dégradation 

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

 (L'immigration massive étant l'élément le plus visible en pesant sur les salaires des salariés mis en concurence avec les immigrés nouvellement arrivés. Note de Gérard Brazon)

4/ La stratégie du différé 

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu. 

 

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-âge ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

(Inutile de donner des exemples de pubs débiles ou d'émissions débilitantes! Regardez vos téléviseurs et jugez! Ndlr Gérard Brazon) (Il est à noter que cette technique est ancienne est fut utilisée par les communistes des époques de  Lénine et Staline mais aussi écrite par Hitler dans Mein Kamph en 1923! "Toute propagande doit être populaire et placer son niveau spirituel dans la limite des facultés d'assimilation du plus borné parmi ceux auxquels elle doit s'adresser. Si la faculté d'assimilation de la grande masse est très faible, son entendement petit, par contre son manque de mémoire est grand. Toute propagande effective doit donc se limiter à des données peu nombreuses et les mettre en valeur à coups de formules toutes faites aussi longtemps qu'il le faudra afin que le dernier des auditeurs puisse en saisir la portée. Ne pas savoir se limiter à ce principe et chercher à être universel, c'est diminuer l'action de la propagande, car la multitude ne pourra ni digérer ni retenir  ce qu'on lui représentera. Le succès sera ainsi amoindri et, en fin de compte détruit. -Note de Gérard Brazon)

 

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle et, donc, le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

 (Les meurtres d'enfants sont une aubaine pour l'effet de distraction comme vu précédemment alors que les lois sont liberticides et qu'il n'y a plus de peine de mort, etc Le citoyen est occupé à penser à autre chose qu'à la pure politique, son rôle disparaît en tant que citoyen. Ndlr GB)

 

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise 

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures ».  Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »  (Pas besoin de faire un dessin, il suffit de réaliser les résultats de l'Education Nationale. ndlr GB) 

 

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte! (Voir Secret Story et autres Téléréalités qui vous permettent de vous croire instruits par rapport aux idiots évoluants sur les plateaux de télévision. ndlr GB)

 

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution! (La repentance faisant partie de cette technique de culpabilité qui rend les français coupables et... impuissants - Ndlr GB)

 

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement.

Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes. (CQFD - ce qu'il fallait démontrer. Désormais, sans devenir paranoïaques, vous avez les moyens de contrôler votre information du moins de filtrer celle-ci en vous posant les bonnes questions! Où se trouve la manipulation quand j'écoute Ferrari, Pujadas, les Grandes Gueules et autres bonimenteurs radios-télévisés et politiques. Vous n'en serez pas plus heureux mais au moins vous saurez pourquoi. Ndlr Gérard Brazon)

Voir les commentaires

Les joies de la diversité...

MALHEUREUSEMENT, CERTAINES VILLES DE RÉGIONS CONNAISSENT DÉJÀ LES "BIENFAITS " DE LA "DIVERSITÉ DES CULTURES" ! Et ENCORE UN PEU DE PATIENCE CE QUI SE PASSE À PARIS ARRIVERA TÔT OU TARD PARTOUT !!!!!! 
 
 
C'est tout de même beau ... la diversité !Une petite vidéo très instructive ! Les provinciaux qui découvrent cette vidéo doivent halluciner ! Et pourtant pour les Franciliens elle est d'une banalité quasi quotidienne. Ce moment d'anthologie a été tourné sur la ligne 1 du métro (Château de Vincennes/La Défense). On reconnaît parfaitement les nouvelles rames.Qu'est ce que la diversité ?Quel enrichissement culturel ?Que ne serions nous devenus sans leur apport ?On sent dans les paroles de ces Français tout l'attachement qu'ils portent à notre nation et les efforts d'intégration qu'ils ont dû déployer.Voici donc la scène filmée récemment dans le métro parisien. (P.S. : Il n'y a pas eu de contrôleurs !)
Cliquez ICI et faites circuler

Voir les commentaires

Une barbarie absolue...

C'est une horreur, une barbarie absolue, c'est à vomir mais il faut que ça se sache.
Si vous êtes sensibles, ne visualisez pas la vidéo qui montre des soldats se faire égorger par des afghans

 
---------------------------

 

PERSONNE NE L'’A JAMAIS MONTRE A LA TELE
  
attention particulièrement dûr, âmes sensibles, ne pas visionner

 
C'est clair que faire pipi sur des cadavre c'est mal !!
Ames sensibles ne pas s'abstenir, on ne peut pas se cacher la vérité toute sa vie. Voilà ce qui se passe en réalité, là bas, dans certains pays où l'on risque notre vie, où la mort n'est pas donnée comme partout, où la guerre pourrait paraître comme une récréation comparé à ce qu'ils nous réservent si on a le malheur de se faire attraper.  
 
Pour les plus solides qui seront allés à la fin du film, je vous demande si vous seriez capable de parler avec un chien pendant 15 minutes, pour finalement lui couper la tête de sang froid avec un poignard. Eux, le font avec des humains. Ce sont les mêmes qui occupent les facultés en Tunisie, les mêmes qui prient dans les rues des grandes villes françaises...
  
 

Cliquez sur ce lien...  ou recopiez le dans votre navigateur
 
 
 
http://vkontakte.ru/video_ext.php?oid=4395641&id=145358185&hash=95a7a845a167bed9
 

Voir les commentaires

Les dix moments cultes des "César" et "Oscars"

27 février 2012
Les 10 moments cultes des César et des Oscars

I love you Cuba Gooding Jr



César 2012 (© @DR)
Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant

Quand : 69th cérémonie des Oscars - 1997

Là on peut dire qu'il est content. Loin d'être blasé par la remise d'un Oscar, Cuba Gooding Jr exulte totalement sur scène lorsqu'il reçoit son prix en tant que meilleur acteur pour un second rôle dans Jerry Maguire. Il faudrait compter mais il s'agit sûrement du plus grand nombre de 'I Love you' prononcés dans un discours. Dépassant totalement le temps qui lui était alloué, Cuba Gooding Jr continue de parler sur la musique qui lui dit de partir, saute dans tous les sens et remercie encore et toujours les autres.

Cette joie non dissimulée lui vaudra une standing ovation parmi la salle remplie de professionnels du cinéma. Chapeau l'artiste


Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant

La bourde de Vanessa Paradis

César 2012 (© @DR)
Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant
La bourde de Vanessa Paradis

Quand : 16 ème cérémonie des César - 1991

Tout le monde la connait, elle a fait le tour de tous les best-of du monde mais cette séquence reste un grand moment de solitude pour Vanessa Paradis, de déception pour Judith Godrèche et d'embarras pour le spectateur.
Alors que la toute jeune chanteuse/actrice doit remettre le César du meilleur espoir féminin, celle-ci se trompe de nom. En effet, elle annonce Judith Godrèche alors qu'il s'agissait de Judith Henry. Un ascenseur émotionnel que l'actrice blonde a bien du mal à lui pardonner.
Mais une scène culte dont Vanessa Paradis a su se moquer lors des César 2010.

La bourde de Vanessa Paradis

Quand : 16 ème cérémonie des César - 1991

Tout le monde la connait, elle a fait le tour de tous les best-of du monde mais cette séquence reste un grand moment de solitude pour Vanessa Paradis, de déception pour Judith Godrèche et d'embarras pour le spectateur.
Alors que la toute jeune chanteuse/actrice doit remettre le César du meilleur espoir féminin, celle-ci se trompe de nom. En effet, elle annonce Judith Godrèche alors qu'il s'agissait de Judith Henry. Un ascenseur émotionnel que l'actrice blonde a bien du mal à lui pardonner.
Mais une scène culte dont Vanessa Paradis a su se moquer lors des César 2010.

César 2012 (© @DR)
Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant

David Niven et l'homme nu

Quand : 46 ème cérémonie des Oscars - 1974

Le très british et distingué David Niven devait appeler sur scène Liz Taylor afin que celle-ci ne remette l'Oscar du meilleur film. Mais soudain, surgit derrière lui un homme nu. Tout à fait nu. Evidemment cela provoque le fou rire de l'assistance mais David Niven et son flegme typiquement anglais a su poursuivre avec l'humour que l'on connait de nos amis outre-Manche : ' Le seul rire obtenu par l'homme dans sa vie l'est en se dépouillant et en exhibant ses 'défauts' ' (il dit 'shortcomings', short étant un jeu de mots vis-à-vis des parties génitales de l'homme nu).

La classe incarnée.

César 2012 (© @DR)
Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant

Charlotte Gainsbourg étouffée de sanglots

Quand : 11 ème cérémonie des César - 1986

La toute jeune Charlotte Gainsbourg reçoit le prix du meilleur espoir féminin et c'est tremblante de timidité et d'émotion qu'elle monte sur scène. Arrivée devant le micro, elle tente de dire quelques mots mais très peu de son parvient à sortir de sa bouche. Dans la salle, son père, Serge Gainsbourg, est debout, la cigarette à la bouche et ému aux larmes.
Touchant

César 2012 (© @DR)
Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant

Le baiser d'Adrien Brody

Quand : 75th cérémonie des Oscars - 2003

Adrien Brody obtient le prix du meilleur acteur pour Le Pianiste et devient ainsi le plus jeune détenteur de cet Oscar à l'âge de 29 ans. Et c'est avec toute la fougue de sa jeunesse qu'il monte sur scène et se précipite dans les bras de la belle Halle Berry, lui délivrant l'un des plus beaux baisers de cinéma devant toute une salle stupéfaite et conquise.
Et Halle Berry ne semble pas détester cet acte très spontané !

César 2012 (© @DR)
Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant

La petite culotte de Sara Forestier

Quand : 36ème cérémonie des César - 2011

Elle avait déjà emporté le César du meilleur espoir en 2005 et c'est donc à sa très grande surprise qu'elle emporte, 6 ans plus tard, celui de la meilleure actrice pour Le Nom des Gens.
Sous le coup de l'émotion, la jeune femme de 24 ans se lance dans un discours spontané et un tantinet incohérent. Elle explique ainsi qu'elle porte sa culotte porte-bonheur, qu'elle adore François Cluzet (qui vient de lui remettre son prix) et surtout qu'elle était vierge au moment du tournage du film.
Comme l'a dit Antoine de Caunes : c'est un scoop !

César 2012 (© @DR)
Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant

Will Ferrell et Jack Black poussent la chansonnette

Quand : 76th cérémonie des Oscars - 2004

Tout le monde ne le sait pas mais aux Oscars, il existe une petite musique, très classique et un peu ringarde, qui est jouée lorsqu'un lauréat est un peu trop long sur scène dans son discours de remerciements.
L

César 2012 (© @DR)
Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant

Le prix des Robins des bois

Quand : 26ème cérémonie des César - 2001

Marina Foïs et Jean-Paul Rouve, représentants des Robins des Bois, arrivent sur scène pour remettre un prix d'un nouveau genre : celui du meilleur acteur de second plan. Fou rire général.
Une séquence culte qui prouve qu'aux César aussi, on peut avoir de l'humoures deux comiques Will Ferrell et Jac

César 2012 (© @DR)
Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant

La hâche de guerre de Marlon Brando

Quand : 45th cérémonie des Oscars - 1973

Ayant déjà reçu un Oscar en 1955 pour sa prestation dans Sur les Quais, Marlon Brando a jugé qu'il n'était pas nécessaire qu'il en obtienne un second pour Le Parrain. Ainsi a-t-il séché la cérémonie des Oscars et envoyé à sa place Sacheen Littlefeather, une native américaine. A travers elle, Brando voulait protester contre le manière dont le peuple natif d'Amérique est traité par l'industrie hollywoodienne. Il avait d'ailleurs préparé un speech d'une quinzaine de pages mais la jeune femme n'eut pas le droit (ni le temps) de le lire. Depuis cet incident, l'AMPAS (Academy of Motion Pictures Arts & Sciences) a interdit la récupération de trophées par procuration.

Brando, the Wild One ! k Black ont ainsi décidé de s'en moquer en chantant par dessus. Une chanson tout à fait hilarante.

César 2012 (© @DR)
Précédent
  • César 2012 (© @DR)
  • David Niven
  • Vanessa Paradis (© @DR)
  • Cuba Gooding Jr (© @DR)
  • Charlotte Gainsbourg (© @DR)
  • Adrien Brody et Halle Berry (© @DR)
  • Sara Forestier (© @DR)
  • Jack Black et Will Ferrell (© @DR)
  • Jean-Paul Rouve et Marina Foïs
  • Sacheen Littlefeather
  • Annie Girardot
Suivant

Les larmes d'Annie Girardot

Quand : 21ème cérémonie des César - 1996

Annie Girardot avait été un peu ignorée du grand écran pendant une dizaine d'années, la plongeant dans un grand désarroi. Lorsqu'elle reçoit ce César de la meilleure actrice dans un second rôle pour le film Les misérables de Claude Lelouch, l'actrice est terriblement émue. Elle voit cette récompense comme un retour en grâce.
Son discours est teinté d'émotions pures : « Je ne sais pas si j'ai manqué au cinéma français, mais à moi, le cinéma français a manqué follement... éperdument... douloureusement. Et votre témoignage, votre amour, me font penser que peut-être, je dis bien peut-être, je ne suis pas encore tout à fait morte. »
Cette année, les César lui ont rendu hommage.

 

 

 

Voir les commentaires

L'homme, destructeur...

Portraits nature : engagés pour la cause animale

     

    Deux tigres blancs sont nés début octobre dans un zoo du Calvados, près de Lisieux.

    Deux tigres blancs sont nés début octobre dans un zoo du Calvados, près de Lisieux. AFP PHOTO KENZO TRIBOUILLARD

    LIVRE - Deux tiers des espèces vivants sur la Terre sont des animaux dont nous ne prenons pas assez soin. Pour susciter l'envie d'agir à leur égard, l'universitaire Fabrice Delsahut présente dans son ouvrage «Portraits nature», une vingtaine d'hommes et de femmes qui agissent au quotidien pour sauvegarder la biodiversité...

    Le constat est sans appel. Fabrice Delsahut explique dès les premières lignes de son livre que les scientifiques ne cessent de découvrir de nouvelles espèces: de 67.000 espèces recensées au XVIIIè siècle, on est passé entre 1,5 à 1,8 million d’espèces connues et décrites à l’heure actuelle. Pourtant, la sixième grande extinction de masse est en cours. Et plus que jamais elle est le résultat de l’action de l’homme.

     

    C’est donc un «curieux paradoxe que celui de la perte de notre biodiversité, alors même que cette dernière n’a jamais été autant appréhendée que ces dernières années. (…) De multiples espèces disparaissent avant même d’avoir été reconnues, caractérisées et décrites», déplore l’auteur dans l’introduction de son ouvrage.

     

    Ces nombreuses disparitions, qui pourraient sembler anodines pour l’espèce humaine, ne le sont pas. Allain Bougrain-Dubourd, président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), explique dans la préface du livre que «l’arche du vivant continue de prendre l’eau. (…) Mais nous avons tout autant conscience que sauver la biodiversité, c’est servir directement les intérêts des hommes. L’approche économique en fait la démonstration. (…) La pollinisation génère 30% de la production agroalimentaire, soit un budget évalué à 158 milliards d’euros. Pouvons-nous nous passer des butineuses?»

    Fabrice Delsahut a également souhaité rappeler à quel point protéger la biodiversité est le garant de notre humanité. Pour cela, il a publié des extraits de la « Lettre à l’éléphant » de Romain Gary, parue dans Le Figaro littéraire en mars 1968, et dans laquelle le romancier français s’inquiète: «Pour moi, je sens profondément que le sort de l’homme et sa dignité sont en jeu chaque fois que nos splendeurs naturelles, océans, forêts ou éléphants, sont menacées des destruction.»

     

    Un mot sur l’ouvrage

    «Portraits nature» est en majeure partie une alternance entre présentation des enjeux planétaires environnementaux concernant l’homme et l’animal sauvage, et portraits ou interviews d’hommes et de femmes qui agissent activement sur le terrain. Des personnalités médiatiques, comme Yann Arthus-Bertrand (fondateur de GoodPlanet.org) ou Paul Watson (confondateur de Greenpeace), côtoient des gens plus «ordinaires», à l’image de Catherine Le Page, bénévole de longue date dans un hôpital pour koalas en Australie.

    De nombreux thèmes sont ainsi abordés: l’environnement partagé, l’urbanisation, la déforestation, le trafic d’animaux, de l’ivoire, le commerce de viande de brousse, la diversité génétique, la pollution biologique ou marine, la surpêche, la pêche scientifique, la conservation ciblée, les espaces protégés et les parcs zoologiques.

     

    Pour l’auteur, ces thèmes «sont autant de pistes (…) dans lesquelles l’engagement – au sens écologique – est souhaitable.» Il en appelle même les lecteurs à soutenir, voire s’engager, dans une association qui œuvre en faveur de la biodiversité. Car selon lui, «couper l’eau en se brossant les dents est un geste écologique important, mais il ne sauvera pas les tigres cambodgiens ou les baleines bleues. En revanche, soutenir Véronique Pestel-Audibert ou Paul Watson, via leurs fondations respectives les aidera certainement à maintenir la pression sur les communautés locales et internationales.»

    On vous le dit, l’ère des seuls éco-gestes est révolue. Le temps est maintenant à l’action et à l’engagement citoyen!

    A propos de l’auteur

    Fabrice Delsahut est maître de conférences à l’Université Paris 4 Sorbonne. Il est spécialiste des Indiens d’Amérique du nord et des cultures premières. Ses recherches concernent également le rapport qu’entretiennent les hommes avec leur environnement naturel et plus particulièrement avec les animaux sauvages.

    Portraits nature. L’homme et l’animal sauvage: les enjeux planétaires environnementaux

    Fabrice Delsahut

    Editions Pascal Galodé – 21,

    Voir les commentaires

    Aux Champs Elysées...

    « Je comprends pourquoi certains votent

    Le Pen » (Bondy Blog)

    Publié le 28 février 2012 par Antoine

     

    Il est midi, et je suis censée retrouver sur l’avenue des Champs Elysées, Sacha, une camarade qui suit les mêmes études que moi, et avec qui j’ai sympathisé sur les bancs de la fac. Après quelques minutes je la trouve, et nous décidons de nous promener un peu tout en papotant, de tout et de rien. Nous finissons par entrer dans le magasin H&M, pour regarder la dernière collection en partenariat avec un célèbre designer. [...]

     

    Nous rigolions jusqu’à ce qu’un groupe de trois filles passe devant nous, et que l’une d’entre elles, en jean, grosse bottes (imitation Ugg), fond de teint orange, extensions capillaires jusqu’aux hanches et casquette m’accoste et me dit « C’est moche », avec un regard plein de haine et de provocation. Sur le coup, je ne m’aperçois pas vraiment qu’elle cherche la bagarre alors je ne réagis pas tout de suite, mais quand je me rends compte que cette bande de trois filles s’est mise sur le côté, et qu’elles attendent toutes trois ma réaction, forcément, là je comprends. [...] Je commence à oublier cette scène, quand Sacha me dit « Doria, elles sont en train de nous suivre ».

     

    Parmi les filles qui nous prenaient en chasse, il y’avait celle à la casquette, une autre maigrichonne avec un tissage qui rendait l’âme et enfin une troisième petite et un peu ronde, mais jolie. J’étais restée très calme jusqu’à là, mais quand j’ai entendu « Nique ta mère, salope », mon sang n’a fait qu’un tour. A ce moment, je n’ai plus voulu réfléchir comme une personne civilisée, je ne supportais plus ces provocations et était à deux doigts d’en venir aux mains. Mon amie ne savait plus quoi faire et tentait de me raisonner. Mais j’étais réellement en colère, la fille qui m’avait provoquée ne parlait plus, et regardait ses pieds. Elle se taisait tandis que je la remettais en place. Elle finit par me répondre « T’es qu’une arabe friquée de Paris ». C’était donc ça ? Toute cette provocation, ces insultes, parce qu’elle pensait que j’étais « friquée » ? [...]

     

    Mais les filles nous suivaient encore. Le problème étant que nous avions nos ordinateurs dans nos sacs, nous avions peur de nous les faire voler. Sacha, excédée, finit par se tourner et dire aux trois filles «Bon, vous comptez nous coller pendant longtemps encore ? ». Apparemment, les trois, attendaient que ma copine ouvre la bouche, car dès qu’elle a prononcé cette phrase, la maigrichonne voulut la frapper. Et c’est donc malgré moi, que je me retrouvais à tenir éloignée la fille et à devoir la raisonner. [...]

     

    [...]

     

    Avec Sacha, nous avons ensuite reparlé de cet évènement, et elle finit par me dire une phrase qui m’a marquée : « Doria, ce n’est pas contre toi, mais je comprends pourquoi certains votent Le Pen ». Ce n’est pas la première fois que je me retrouve face à de telles situations d’agressions gratuites, dans l’unique but de « s’amuser », et je me demande où je suis sensée me placer dans tout ça.

     

    [...] Par mes origines, je ne suis pas tout à fait française, mais pourtant je me sens comme telle. Devrais-je payer pour les autres ? Être prise à partie par tout le monde ? Parce que ma position, et je ne suis pas la seule dans ce cas là, est délicate. En banlieue, je suis une « vendue », une arabe « francisée » et ailleurs on me sous entend et on me fait comprendre que si on vote Le Pen, ce n’est pas contre moi.

     

    Les filles qui m’ont « agressée », ne m’ont pas frappée, car elles ont fini par comprendre que j’étais du 93. Mais si mon amie avait été seule, quelle aurait été l’issue de cette discorde ? Et plus important encore, pour qui va-t-elle voter en 2012 ?

     

    Bondy Blog

     

    (Merci à Zatch)

     

    Voir les commentaires

    Appel au Djihad...?

    Rashid Debbouze : « il faut aller faire le djihad »

    Dans une entrevue avec FranceInfo à propos du film « La désintégration » :

    France-Info

    Voir les commentaires

    Merci...

    t" triomphe aux Oscars

    Avec ses cinq statuettes, dont celle du meilleur acteur pour le Français Jean Dujardin, le long métrage muet "The Artist" est le premier film non anglo-saxon à être sacré meilleur film de l’année par la prestigieuse académie des Oscars.

             

    AFP - "The Artist", la lettre d'amour muette et en noir et blanc du Français Michel Hazanavicius au cinéma américain, a reçu d'Hollywood la plus belle des réponses, en devenant le premier film non anglo-saxon de l'histoire des Oscars à recevoir la statuette du meilleur film.

     
    Par Valérie DEFERT, correspondante FRANCE 24 à Los Angeles
     
    Les frères Weinstein ont mis en marche une machine promotionnelle acharnée qui a permis à Jean Dujardin et à toute l’équipe du film de faire les plateaux TV, de faire des interviews... Tout cela a participé a créer un momentum pour "The Artist".
    Valérie DEFERT, correspondante FRANCE 24 à Los Angeles

    Son producteur Thomas Langmann déclarait récemment à l'AFP que Steven Spielberg en personne lui avait dit que faire aujourd'hui "un film muet en noir et blanc eut été impossible à Hollywood".

    La partie n'a pas été facile en France non plus, mais le système hexagonal de financement du cinéma, allié à la persévérance de Thomas Langmann, a permis in fine de réunir les 9 millions d'euros nécessaires pour tourner le film à Hollywood, sur les lieux de l'action.

    "C'était pour moi infaisable ailleurs: puisqu'on racontait Hollywood, il fallait y être. Michel n'osait pas me le demander, mais si on faisait ce film, on était condamné à l'excellence", explique le producteur.

    Mais cette "lettre d'amour" à Hollywood, comme la qualifiait Michel Hazanavicius au soir de sa victoire aux Golden Globes, aurait pu rester lettre morte si le distributeur américain Harvey Weinstein, "grand sorcier" des Oscars et génie du marketing, n'avait décidé de prendre le film sous son aile.

    "Harvey Weinstein a fait un travail incroyable. La manière qu'il a de réfléchir à un film, au public, à la façon de le montrer sous son meilleur jour, avec le bon timing, c'est très fort", déclarait récemment Michel Hazanavicius à l'AFP. "Une fois qu'il a établi une stratégie, il se donne vraiment les moyens de l'appliquer", ajoutait-il.

    Syndiquer le contenuHollywood et le cinéma français

    Si le film peut se targuer d'une jolie recette de 28 millions de dollars au box-office nord-américain -- sans doute moins, cependant, que ce qu'espérait Weinstein -- c'est surtout son succès auprès des professionnels, et notamment de l'industrie hollywoodienne, qui force le respect.

    Car nombreux ont été les films ayant rendu au hommage au cinéma américain, mais aucun n'avait jusqu'alors reçu un tel accueil. Sans doute est-ce un signe des temps et de la période que traverse actuellement Hollywood.

    Difficile en effet de ne pas voir dans le destin de George Valentin (Jean Dujardin), le héros du film -- une star du muet qui doit se réinventer pour embrasser l'avènement du cinéma parlant -- un parallèle avec notre époque.

    Avec la fin programmée de la pellicule et la suprématie du numérique, auxquelles s'ajoute la part grandissante de la 3D, Hollywood doit s'adapter à une révolution aussi grande que celle du passage du muet au cinéma parlant.

    D'une certaine manière, "The Artist" donne à l'industrie l'espoir -- ou l'illusion ? -- d'un "happy end". Car dans le film, après avoir touché le fond et frôlé la mort, faute d'avoir voulu regarder la réalité en face, Valentin remonte la pente avec l'aide d'une de ses anciennes admiratrices, Peppy Miller, devenue une star du cinéma parlant, avec qui il va filer le parfait amour.

    Dans une période d'incertitude, les membres de l'Académie des Arts et Sciences du Cinéma -- fondée en 1927, l'année où commence "The Artist" -- étaient peut-être tentés de porter un regard nostalgique sur leur passé...

    Syndiquer le contenuLe triomphe de "The artist" à Hollywood

    Hasard ou coïncidence, pendant que Michel Hazanavicius faisait les yeux doux à Hollywood, Martin Scorsese rendait pour sa part hommage aux origines du cinéma français dans "Hugo Cabret", convoquant la figure du pionnier du septième art, Georges Méliès.

    Mais à l'inverse de "The Artist", réplique exacte d'un film muet comme on en tournait dans les années 20, "Hugo Cabret" a été réalisé avec les moyens modernes. Et à 69 ans, le maître américain s'est laissé séduire pour la première fois par... la 3D.

     

     

    Bande-annonce de "The artist"

     

     

    Voir les commentaires

    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>