Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chassez le naturel et...

 
- Humour -

Voir les commentaires

La fameuse repentance ; et quoi, encore ???

L’immigration et la mauvaise conscience européenne – par Robert SCHILLING

 
- Point de vue -
Dès lors qu’il s’agit des relations entre pays développés et tiers-monde, l’Occident, et principalement la France, sont atteints d’un sentiment de culpabilité qu’entretient une classe intellectuelle et médiatique inspirée par l’idéologie mondialiste et le rejet du passé colonial présenté comme honteux.
L’esclavage, le colonialisme, le capitalisme, l’exploitation sous toutes ses formes, que nous aurions infligés aux peuples du Sud, nous rendraient coupables à leur égard d’une faute irrémissible et leur confèreraient sur nous des droits: devoir de repentance pour les uns, pour les autres droit aux compensations, à l’ouverture des frontières, et demain bien sûr droit à une revanche méritée.
 

Alors que sont expulsées ou dépossédées les dernières minorités européennes des pays ex-colonisés et notamment d’Afrique, il nous faudrait, au nom de ces « péchés » historiques, accepter et entretenir sur notre sol des flots de migrants venant de ces mêmes pays, y compris lorsqu’ils s’imposent chez nous en violant nos frontières et nos lois.

Dans cette vision des choses, les coupables ne sont plus ceux qui renoncent à défendre nos valeurs, notre identité et notre territoire, mais ceux, qualifiés de «xénophobes», qui prétendent résister à un déferlement migratoire de plus en plus envahissant et arrogant. La manipulation idéologique s’appuie sur un arsenal législatif de jour en jour plus répressif.

Accueillir des migrants en surnombre auxquels nous n’avons à proposer que l’assistanat, l’économie parallèle et la délinquance, au nom de la compassion et du rachat de nos fautes présumées, est un faux argument auquel nos compatriotes cèdent trop facilement. L’alibi de la solidarité et de l’aide au tiers-monde ne tient pas : Les pays qui voient partir les migrants n’ont rien à y gagner sur le long terme. Le coût social d’un seul immigré africain en France permettrait d’en faire vivre et travailler utilement plusieurs dizaines chez eux. Aider les tricheurs attirés par le mirage de l’Eldorado français ne fait qu’enfoncer un peu plus leurs pays dans un sous-développement devenu chronique, car structurel. L’argent qu’ils envoient à leurs parents est investi dans l’immobilier de prestige (Bamako et Kayes, au Mali, sont entourées d’une ceinture de carcasses de béton abandonnées) ou sert à acquérir des biens de consommation importés au détriment de l’économie locale.

Le « bon pain blanc », fabriqué avec de la farine de blé d’origine étrangère acheté avec l’argent des immigrés, a ruiné les producteurs de vivriers locaux, mil, sorgho et manioc. Les politiques dites d’aide alimentaire aboutissent d’ailleurs aux mêmes conséquences, déstabilisant des économies fragiles et poussant les agriculteurs à émigrer, dans un premier temps dans les mégapoles africaines devenues ingérables, puis en Europe.

Les « transferts de technologie », autre argument souvent invoqué en faveur de l’immigration, sont de très faible amplitude car les retours au pays sont de plus en plus exceptionnels et les savoir-faire acquis en France par une main-d’œuvre non qualifiée au départ trouvent rarement un débouché en Afrique. Un éboueur parisien aura du mal à exercer ses talents dans la vallée du fleuve Sénégal, où, par contre, l’agriculture manque désormais de bras et surtout de débouchés rentables.

L’immigration des cadres, dite à tort immigration « choisie » car elle n’est pas davantage maîtrisée que l’autre, est tout autant pernicieuse car elle prive l’Afrique de l’élite professionnelle dont elle aurait besoin pour enfin sortir de l’ornière. L’immigration, conséquence du sous-développement et d’une décolonisation ratée, ne saurait en constituer le remède. Faire appel aux bons sentiments d’une opinion publique manipulée, mal informée et indûment culpabilisée, pour lui faire accepter l’intrusion sur son territoire d’une immigration envahissante qui tend à ruiner notre économie et à détruire notre identité, sans bénéfice décelable pour les pays d’origine des migrants, constitue une supercherie mortelle.

Ce n’est pas en encourageant les comportements de fuite que nous contribuerons au développement des pays du Sud, bien au contraire. L’émigration est un choix personnel, qui ne confère aux migrants aucun droit. Les intellectuels, politiques, magistrats, gens d’église, de media, de lettres et du spectacle, belles âmes en quête de valorisation personnelle ou électorale, qui jouent de la corde sensible pour instrumentaliser la pitié des Français, se trompent ou nous trompent.

À l’époque coloniale et après, alors que la France constituait encore aux yeux des Africains authentiques un modèle et un partenaire respecté, beaucoup d’entre nous avons participé, sur un terrain difficile, à la construction d’une Afrique prospère et digne. Nous n’avons, à ce titre, aucune leçon de générosité à recevoir d’apprentis sorciers et d’idéologues toujours prêts à dénigrer la France, pour soigner leur image politique et promouvoir leur vision d’une humanité hors-sol, grise, déculturée et amnésique.
Contact E-Mail : rjp.schilling@wanadoo.fr (Opinion Info

Voir les commentaires

Qu'on lui pardonne, il ne sait pas ce qu'il dit... IL EST MALADE !!!!

Inch’Allah” : nouveau titre de Grand Corps Malade

Grand Corps Malade nous invite à la cérémonie d’un mariage accompagné d’invités de marque, tels que Yannick Noah ou encore Lilian Thuram, pour son nouveau clip “Inch’Allah”.

On va marier Yacine et Delphine pas seulement pour la rime
Un second tour sans Marine…»

Paroles de la chanson

C’est un son plein de sourires dans un climat tendu
qui espèrent et respirent dans cette époque tordue
C’est le son qui propose des virages des voyages,
des clameurs, des visages,
C’est le son des mariages
Refrain :
Si on chantait de toutes les couleurs
On va faire danser les corps et les coeurs
Inch’Allah
Si on est tous ensemble, ça nous suffira
Inch’Allah
Si nos voix se rassemblent on nous entendra
Inch’Allah, Inch’Allah, Inch’Allah, Inch’Allah

C’est le son qui éclaire, qui partage et rassemble
Inch’Allah
c’est les beaux quartiers qui dansent avec les grands ensembles
Inch’Allah
Ceux qui souhaitent un pays convivial alors ils croient en une autre identité nationale
Inch’Allah
C’est le son qui rêve en réalité et change les mentalités, tue la morosité
Inch’Allah
Il invente, imagine et renverse les clichés établis et oublie leur tristesse
Inch’Allah
Tous les codes sont bannis et révisés, on mettra des baggys jusqu’à l’Elysée
Plus de quotas dans le foot ni ailleurs, peu importe on gardera les meilleurs
Inch’Allah
Les blaireaux les fachos c’est la même
C’est quand y en a beaucoup que ça pose des problèmes
On va marier Yacine et Delphine pas seulement pour la rime
Un second tour sans Marine
Refrain
C’est le son qui réécrit l’histoire
Inch’Allah
Sortez tous dans la rue on va chanter l’espoir
Inch’Allah
L’espoir que pour changer ce monde
Inch’Allah
on s’croisera forcément vu puisque la terre est ronde
Inch’Allah
L’espoir que les choses puissent avancer
Inch’Allah
qu’on aime tous les accents quand on parle en francais
L’espoir qu’un jour ce sera normal
Inch’Allah
de voir des bloc party à l’assemblée nationale
Inch’Allah
Les képis, policiers, les kipas les tchadors,
Inch’Allah
les casquettes à l’envers même combat
Inch’Allah
Les bobos, les prolos, les bourgeois, les nantis, les cailleras
Inch’Allah
Vous êtes tous invités sur la piste
Inch’Allah
C’est la danse de demain quelque peu utopiste
Inch’Allah
Mais cette époque a besoin d’espoir
Inch’Allah
Soyons un peu rêveur faut y croire pour le voir
Refrain

Voir les commentaires

La résistance "CORSE". Qu'attendons-nous ???

Corse – « Immigration ou colonisation? » – Appel au retour à nos valeurs chrétiennes

on  at 18 h 00 min
Posted In: Environnement, Mouvement Écologiste Indépendant, Baccarelli Jean François, Environnement, Environnement, Mouvement Écologiste Indépendant
 

Le Mouvement écologiste, par la voix de son secrétaire général Jean François BACCARELLI affirme : « La Corse est une Terre Chrétienne et elle le restera. C’est notre religion et personne ne nous imposera ni de la changer, ni d’en subir une autre. Chacun est libre d’avoir sa propre religion mais quand on vit sur une Terre Chrétienne, on la respecte exactement comme dans certains pays où on impose aux chrétiens et aux non chrétien de respecter la religion de celui-ci. 

Si on veut s’intégrer dans un pays, cela est possible mais pour cela, il faut accepter la culture d’accueil avec tout ce qu’elle compose : langue, histoire et religion.

 

Jusqu’à preuve du contraire, la religion chrétienne catholique est bien présente avec les célébrations de Saint Antoine Abbé le 17/01 en Balagne, de Sainte Dévote, patronne de la Corse le 27/01 à Lucciana et Borgo, de Notre Dame de la Miséricorde le 18/03 à Ajaccio, de Saint Joseph le 19/03 à Bastia, de Saint Pancrace, patron des bergers le 12/05, de Saint Erasme, Patron des pécheurs le 02/06 à Ajaccio, de Saint Jean Baptiste le 24/06 à Bastia, de Sainte Marie le 15/08 dans toute la Corse, de Saint Roch, Protecteur des animaux le 16/08, de la Nativité de la Vierge Marie le 08/09 à Lavasina et dans le Niolu, de la Toussaint le 01/11, de la Noël le 25/12.

 

Nous ne pouvons donc nier cette évidence. Par conséquent, il est plus que temps de le dire très clairement et sans aucune ambiguïté, OUI à l’accueil dans le respect comme dû à l’hospitalité.

 

Ceux qui veulent nous imposer leur culture et leur religion en Corse n’ont pas leur place. L’intolérance et l’intégrisme religieux n’est plus supportable. Pour preuve, à l’hôpital de Bastia, toutes les croix ont été enlevées dans les chambres. Et plus fort encore, il était question de transformer l’Eglise de Saint Charles en un autre lieu de culte.

A ce rythme, dans quelques années, le son des cloches de nos Eglises sera prohibé.

 

 

Alors arrêtons l’hypocrisie, si certains ne se sentent pas chez eux chez nous, nous ne retenons personne par la force car la Corse est une terre d’accueil et nous l’affirmons très solennellement. Mais le temps est venu de le dire tout aussi clairement : si votre bonheur n’est pas chez nous, retournez dans votre pays natal pour vivre votre religion, vos us et vos coutumes car lorsque on veut s’intégrer, il ne suffit pas de prendre les allocations familiales et les acquis sociaux d’un pays, il faut aussi respecter sa religion, sa culture, sa gastronomie et pour finir parler la langue du résident.

 

Là, c’est une véritable volonté d’intégration.

Mais aujourd’hui ce n’est pas le cas. A chaque coin de rue, l’idéologie intégriste soulève le drapeau : nous sommes chez vous chez nous. Et nous devrions accepter cette croisade moyenâgeuse et bien c’est NON. La culture corse et l’humanisme chrétien sont les seules valeurs légitimes et multiséculaires sur notre île. Et quant au spectre de l’intolérance, lorsque la burqa, le niqab, la polygamie et la lapidation seront dénoncés par ces pays et qu’ils accepteront chez eux nos Eglises et nos prêtres, nous pourrons ainsi parler de liberté et de modernité.

 

La véritable intégration pour nous, c’est de respecter d’abord celui qui offre l’hospitalité. Accueillir, ce n’est pas de nier sa propre religion. L’intégration devrait être de respecter l’autochtone tout simplement.

 

La Corse doit rester aujourd’hui ce qu’elle est : une terre chrétienne et surtout ne pas devenir, une banlieue de Marseille ou de Lyon, où nos valeurs et notre religion chrétienne disparaitraient au nom de la laïcité.

 

Enfin, pour tous ceux qui douteraient de notre histoire chrétienne : à la Consulta di Corti du 6 au 8 Janvier 1735, le Diu vi salve Regina a été adopté comme chant national. Ce chant est une prière à la Vierge Marie. Une deuxième Consulta di Corti, le 30 Janvier 1735, vota la constitution démocratique de Corse qui sera placée sous la protection de la Vierge Marie. Ce même jour, la Consulta a choisi la fête de l’Immaculée Conception le 8 décembre comme fête nationale corse. A cela, force est de constater que la réalité historique n’est pas contestable tant au niveau politique et religieux.

 

Le mouvement écologiste de ce fait lance l’appel du 15 Juin aux corses pour la prise de conscience afin de sauvegarder cet héritage chrétien qui fait ce que nous sommes : des humanistes avec une identité qui a su nous guider depuis des siècles.

 

Pourquoi aujourd’hui cet appel écologiste ?

 

Nous considérons qu’il y a urgence face à la montée en puissance de l’uniformisation de la société insulaire qui chaque jour perd ses valeurs d’origine chrétienne catholique. La dépossession de notre religion ne peut être acceptée mais en revanche dénoncée et combattue avant de ne plus savoir d’où nous venons, ce que nous sommes, et quel avenir nous préparons pour les générations futures.

Jean François BACCARELLI

Secrétaire général du Mouvement Ecologiste

Voir les commentaires

L'Algérie rit jaune !!!!!

L'Algérie rit jaune !

- Mais c'est parfait çà ! …

C'est ce qu'on appelle l'effet boomerang :

Immigration en Algérie

-Tiens, quelle surprise !

Çà vaut 10 !

Ca ne manque pas de sel !

Ça mériterait d'être expliqué à nos habitants issus de l'immigration ....

Vu dans des extraits de journaux ça tombe pile en plein débat sur l'identité nationale..... !

Marrant non ? et où sont les donneurs de leçons ????

Tu vas rire, elle est bien bonne ....!!!!!

 

Les arroseurs arrosés.

*Depuis plusieurs semaines, la presse algérienne se fait l'écho de tensions entre la communauté chinoise installée en Algérie et la population locale.*Tensions qui ont donné lieu cet été à de graves agressions à l'encontre de ces immigrés asiatiques et dont la violence a même poussé les autorités

chinoises à intervenir auprès de leurs homologues maghrébins pour leur demander de mettre fin à ces pugilats.

 

 Les Chinois ont abusé de la gentillesse des Algériens.

* On les a accepté malgré leurs défauts, aujourd'hui ils nous agressent chez nous, a déclaré Mounir à l'A.F.P. ---

 

« Ils boivent de l'alcool devant leurs boutiques au vu et au su des Algériens et s'exhibent parfois en short dans le quartier.

Ce sont des comportements contraires à notre religion et notre culture »

a précisé Abdellah, un autre habitant du quartier.

Des critiques que Song explique par « un sentiment de concurrence et de jalousie ».

 A Bab Ezzouar, à Alger, plus de 200 commerces appartiennent à des Chinois.

 « Leurs produits sont vendus à des prix très compétitifs,ils sont ouverts tous les jours, donc ils gagnent de l'argent, ce qui déplaît aux Algériens », observe-t-il.

 

Étonnant, non ?

 

Ces mêmes Chinois sont implantés en France depuis des lustres mais n'ont que rarement attisé le ressentiment des Français, contrairement à d'autres communautés.

 

Mais que les Algériens se rassurent, leurs immigrés Chinois

 

*ne brûlent pas encore le drapeau national dans la rue.

*n'imposent pas leurs coutumes alimentaires dans les écoles,

*n'exigent pas la construction de temples,

*ne réclament pas d'horaires de piscine aménagés,

* ne contredisent pas l'enseignement des sciences,

*se satisfont de médecins masculins pour leurs épouses,

*ne profitent pas indûment des aides sociales. - etc.,

etc....

Voir les commentaires

Quelques unes...

Un paysan part acheter une vache à un copain. Celui-ci, habite dans les Landes, et lui vend la vache un peu cher.

 

Dans le camion lors du retour le paysan dit à son fils :

"Vu le prix qu'on l'a payée, dés qu'on arrive à la ferme, on la met à saillir directement."

 

Ils présentent donc la vache au taureau et celle ci se met à faire gauche droite, gauche droite, de l'arrière train, empêchant le taureau de faire son travail.

 

Le voisin qui passe par là, dit au paysan :

"Ta vache, tu ne l'aurais pas achetée dans les Landes ?"

Étonné le paysan lui dit :

 "Oui, comment l'as tu deviné ?"

 Et le voisin lui répond :

"Ma femme aussi est de là bas !"

 

 

Kadhafi a quitté la Libye sans dire au revoir, c’est pas Tripoli de sa part.

il a même pas fait Libye-zou en partant.

Il est sûrement parti parce qu’il a fait Libye-tise.

Il Lybie-zar quand même ce dictateur.

C’est écrit dans la presse si tu Libyen…

 

 

  

Quel est le comble d'un coq ? 
- C'est d'avoir la chair de poule.

 

C'est quoi le comble d'un mathématicien ? 
- Se coucher avec une inconnue et se réveiller avec un problème ! 

 

Quel est le comble de l'électricien : 
- Ne pas être au courant 
Avoir des ampoules aux mains 

 

Quel est le comble du médecin ? 
- C'est d'examiner un crayon pour voir s'il a bonne mine. 

 

Quel est le comble pour un canard ? 
- En avoir marre 

 

Quel est le comble pour un chasseur? 
- De se faire poser un lapin. 

 

Quel est le comble pour un cuisinier ? 
- C'est de ne pas être dans son assiette ! 

 

Quel est le comble pour un jardinier?
- C'est de raconter des salades.
 

  

  

  

 

 

 

 

 

 

Quel est le comble pour un agent de police?  Souffrir de troubles de la circulation.

 

Voir les commentaires

Un bon job...

Dans un commerce de spiritueux, la personne qui goûtait habituellement  les boissons vint à mourir et le patron ouvrit un recrutement pour le remplacer. Il vit arriver un type complètement bourré, avec un look pas possible, qui
postulait pour la place.Le directeur se demandait comment s'en
débarrasser mais malgré tout, il le soumit à des tests.Il lui présenta un verre.

Le type goûta et dit : " C'est un vin blanc, un muscat, trois ans d'âge, cultivé sur un versant nord, mûri en conteneur acier."

- Correct ! répond le patron.

Un autre verre.

- C'est un vin rouge, cépage cabernet, cultivé sur un versant ouest, mûri en fût de chêne.

- Correct, répond le directeur.

Un troisième verre.

- C'est un champagne de grande classe,

répond calmement l'ivrogne.Le directeur est sur le cul. Il demande en douce à sa secrétaire de lui trouver un moyen de se débarrasser du type en le prenant en défaut.

Elle quitte la pièce et revient avec un verre plein d'urine. Le soulard goûte, fait claquer sa langue contre son palais :

" C''est une blonde, 26 ans d'âge, enceinte de trois mois... Et si j'obtiens pas ce putain de job, je révèle le nom du père!

Voir les commentaires

Un sondage ?

 

 

Je pressens qu'elle va plaire à beaucoup de monde et qu'elle va faire le tour des copains en un temps record !!!

Sondage :

 

Dans une récente enquête, la question suivante a été posée au peuple Français :

Trouvez-vous qu'il y a trop d'immigrés dans votre pays ?

> - 27% ont répondu : Oui

> - 11% ont répondu : Non

> - 62% ont répondu : عهدالأمنالعالميبوانط

 

 

Voir les commentaires

L'A.T.A. : Une nouvelle allocations pour sans-papiers... Et toi, l'français, ta gueule !!!!!

Allocation temporaire d'attente (ATA)

Mis à jour le 07.02.2011 par Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Principe

L'allocation temporaire d'attente (ATA) est une allocation versée par Pôle emploi aux demandeurs d'asile pendant la durée d'instruction de leur demande d'asile, à certaines catégories de ressortissants étrangers et à des personnes en attente de réinsertion.

Bénéficiaires

Les personnes pouvant bénéficier de l'ATA sont :

  • les étrangers, âgés de plus de 18 ans, qui ont sollicité l'asile en France et présenté une demande tendant à bénéficier du statut de réfugié, y compris les demandeurs d'asile originaires d'un "pays d'origine sûr",

    Si, après une décision définitive de rejet, l'étranger demande le réexamen de sa demande au vu de nouveaux éléments en sa possession, l'ATA ne lui sera pas versée (sauf si l'Ofpra signale à Pôle emploi qu'il s'agit d'un cas humanitaire),

  • les étrangers bénéficiaires de la protection temporaire  ou de la protection subsidiaire,  

  • les étrangers bénéficiaires d'une carte de séjour "vie privée et familiale" ayant déposé plainte ou témoigné dans une affaire de proxénétisme ou de traite des êtres humains,  

  • les apatrides,

  • les anciens détenus, lorsque la durée de leur détention a été supérieure à 2 mois,

  • les travailleurs salariés expatriés non couverts par le régime d'assurance chômage qui, lors de leur retour en France, justifient d'une durée de travail de 182 jours au cours des 12 mois précédant la fin de leur contrat de travail.

Conditions d'attribution

Condition de ressources

Pour pouvoir bénéficier de l'ATA, le demandeur doit justifier de revenus inférieurs au montant forfaitaire servant de base au calcul du RSA.

Condition de recherche d'emploi

Les apatrides, les anciens détenus et les travailleurs salariés expatriés doivent être inscrits en tant que demandeurs d'emploi.

Dépôt de la demande

La demande d'ATA doit être déposée auprès de l'agence Pôle emploi dont dépend le domicile du demandeur.

Le dossier du demandeur doit contenir :

  • le questionnaire fourni par Pôle emploi complété,

  • ses justificatifs de ressources,

  • ses coordonnées bancaires,

  • les pièces permettant de justifier du statut au titre duquel il demande l'Ata (demandeur d'asile, bénéficiaire de la protection temporaire ou subsidiaire, apatride, ancien détenu, etc.)

Montant

10,83 € par jour.

L'ATA est incessible et insaisissable.

Durée de versement

La durée de versement de l'ATA varie selon les catégories de bénéficiaires :

  • pour les demandeurs d'asile, l'ATA est renouvelée tous les mois jusqu'à la décision définitive d'acceptation ou de refus du statut de réfugié, sous réserve que les conditions de ressources soient toujours remplies,

  • pour les bénéficiaires de la protection temporaire, les bénéficiaires de la protection subsidiaire et les titulaires d'une carte de séjour "vie privée et familiale" ayant déposé plainte ou témoigné dans une affaire de proxénétisme ou de traite des êtres humains, l'ATA est versée tant que la protection temporaire ou subsidiaire est accordée ou durant toute la période de validité de leur carte de séjour,

  • pour les autres catégories de bénéficiaires (apatrides, anciens détenus et salariés expatriés) l'ATA est versée pendant 12 mois maximum, sous réserve que les conditions de ressources et de recherche d'emploi soient toujours remplies.

Pour chacune des catégories concernées, le droit à l'ATA ne peut être ouvert qu'une fois.

Interruption du versement

Le versement de l'ATA est interrompu dans les cas suivants :

  • l'autorisation provisoire de séjour n'est pas reconduite,

  • le droit à la protection temporaire est interrompu,

  • l'allocataire, soumis à l'obligation de recherche d'emploi, n'a pas présenté son nouveau titre de séjour à Pôle emploi en temps voulu,

  • décès de l'allocataire,

  • l'Ofpra a rendu une décision définitive de rejet de la demande d'asile,

  • le demandeur d'asile s'est vu proposer un hébergement dans un centre d'accueil pour demandeurs d'asile (CADA), qu'il ait accepté ou non cette proposition. 

Dès que la décision définitive est prononcée, le versement est interrompu à la fin du mois suivant cette décision.

Reprise du versement

Lorsque le bénéficiaire de l'ATA avait repris une activité professionnelle et que celle-ci cesse, la reprise du versement de l'ATA est possible à condition que les droits au bénéfice de l'ATA ne soient pas épuisés.

Dans ce cas, le reliquat des droits du bénéficiaire est versé :

  • dès la fin du contrat, s'il ne peut bénéficier des allocations de retour à l'emploi (ARE),

  • ou à l'issue de ses droits au bénéfice de l'ARE.

La reprise des droits doit intervenir dans les 4 ans qui suivent la date d'admission à l'ATA.

Allocations indues

Les allocations perçues à tort sont récupérées par retenues sur le montant des allocations à venir ou par remboursement selon un échéancier arrêté avec Pôle emploi.

Les sommes indûment perçues ne sont pas dues lorsque le montant est inférieur au montant journalier de l'ATA.

Cumul de l'ATA avec des revenus d'activité professionnelle

L'ATA peut être cumulée avec des revenus d'activité pendant 12 mois maximum, à condition que l'activité soit d'une durée inférieure à 78 heures / mois.

Si cette condition est remplie :

Revenus mensuels

Montant de l'ATA du 1er au 6ème mois

Montant de l'ATA du 7ème au 12ème mois

Jusqu'à 760,50 €

L'ATA est versée en intégralité

Une somme équivalant à 40 % du revenu brut d'activité est déduite du montant des allocations

Supérieurs à 760,50 €

Le montant de l'ATA est réduit de 40 % de la part du revenu brut d'activité qui excède 760,50 €

Une somme équivalant à 40 % du revenu brut d'activité est déduite du montant des allocations

Voir les commentaires

Une bonne idée


577 députes, 343 sénateurs, 30 ministres et secrétaires d'état, si on leur baissait leur salaire de 1 000 €, on ferait

950 000 €d'économie chaque mois.

 

 

 

                 950 000 € X 12 = 11 400 000 €
  En 3 minutes j'économise plus de 11 millions d'euros,



ON VA VOIR SI ON PEUT FAIRE TOURNER ÇÀ DANS TOUTE LA FRANCE ? ?

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>